La semaine du Super rugby, la semaine des Indians et la semaine du reste (échecs, playoffs en NBA, NHL, la Montellerie)


Le Super rugby avance et les Crusaders continuent de dominer. Pendant ce temps, les Indians gagnent comme ils peuvent et avec leurs armes : pas de points mais des lanceurs partants hyper-efficaces contre des attaques nulles. Et puis, on parlera de la polémique de la semaine, lancée par une de nos plus grandes quiches journalistiques.






Super rugby. Les matchs de la semaine 8


Highlanders-Hurricanes 28-31

Reds-Stormers 24-12

Lions-Sharks (bo) 5-42

Crusaders (bo)-Brumbies 36-14

Blues-Waratahs 32-29

Rebels (bo)-Sunwolves 42-15

Bulls-Jaguares 20-22

Décidément, ce Super rugby pré-mondial nous réserve chaque semaine son lot de surprises : la déroute en règle des Lions à domicile. La fin de leur domination est annoncée mais la course à leur succession est plus qu'ouverte. La victoire des Hurricanes chez les Highlanders est terriblement cruciale car elle remet à la bande à BB sur les bons rails et elle plonge les Highlanders dans le doute.




Le classement

On est à la mi-saison (déjà ?) et voici quelques constats :

- Les Rebels parviendront-ils enfin à tenir une saison entière ? Ils semblent nettement au-dessus des autres franchises de la conférence australienne.

- Les Sharks ont pris la tête de la conférence sud-africaine grâce aux points de bonus (5 contre 2 à tous les autres). En effet, toutes les équipes ont un dossier de 4-3 ou 3-4.

- Il n'y a qu'en Nouvelle-Zélande où les choses semblent bien établies : les Crusaders survolent la compétition, les Hurricanes sont juste derrière (deux défaites mais contre les Croisés). Par contre, les Blues tiennent bien leur place pour le moment à l'inverse des deux autres franchises qui déçoivent.


Le programme de la semaine 9.

Crusaders-Highlanders

Rebels-Stormers

Chiefs-Blues

Brumbies-Lions

Sharks-Jaguares

Bulls-Reds

Hurricanes, Sunwolves et Waratahs sont exempts.


Le match des pronostiqueurs.

Pas de carton mais une petite victoire pour ma part (17 à 15). Mon avance s'accroît donc un peu (100 à 95 pour Gin Tonic).

Ailleurs dans l'ovalie.

Fin de série pour Toulouse, qui a laissé Toulon gagner au Vélodrome. L'USAP perd mais on n'en est plus à ça près. Grenoble gagne son premier match de la saison.

A Perpignan, les Dragons ont réalisé une sacrée performance défensive contre St Helens : malgré deux essais encaissés en début de match (dont un malheureux sur une glissade de l'ailier, sur un terrain boueux), ils l'ont emporté 18-10 en résistant tout le match aux assauts de l'ancien leader de la Super League.



La semaine des Indians.

Elle était à domicile pour le début de la saison (dans le froid quand même). Au menu, les Chicago White Sox (1 victoire partout) et les Blue Jays de Toronto qui ont été balayés dans la série de 4 matchs. Du coup, avec ces 5 victoires, les Indians sont à 6-3, juste derrière les Tigers de Detroit (7-3) qu'ils affrontent en ce début de semaine.

D'ailleurs, on parlera plutôt des Indians de "Kleveland" : en effet le strikeout (retrait sur prises, écrit K en statistique) est le leitmotiv de ce début de saison. Les lanceurs partants des Indians font plus que le job et mènent la MLB pour cette catégorie (73 en 51 manches lancées), la moyenne frappée par le camp d'en face (17,1 % ce qui est minable) ; ils sont deuxièmes pour les home runs concédés (3). A noter les performances de Mike Clevinger (2 matchs consécutifs à 5 manches au moins lancées, avec 10 strikeouts et 1 coup sûr maximum à chaque sortie), Trevor Bauer (7 manches sans point ni coup sûr jeudi dernier). Notre rotation est notre force.

Le problème n'est pas la relève, même si elle donne un point ici ou là. Le problème c'est l'attaque misérable qui ne permet pas d'avoir des avances suffisantes pour conserver l'avantage défendu par les partants : Bauer n'a aucune victoire alors qu'il n'a donné qu'un point en 14 manches. En effet, à chaque fois les Indians n'ont marqué qu'un point lorsqu'il était sur le terrain. Revenons à l'offensive : Carlos Santana est content de revenir à Cleveland (meilleurs joueur offensif), Hanley Ramirez apporte quelque chose (2 HR) mais derrière c'est le désastre : Jose Ramirez déteste le froid et n'a toujours pas enclanché. Les joueurs extérieurs ne frappent pas, le rookie Stamets a frappé son premier coup sûr en 20 présences. Bref, si on tient le coup, c'est vraiment par les partants. Ne faudrait-il pas appeler des joueurs qui semblent en forme au niveau AAA ? Carlos Gonzalez devrait bientôt arriver et apporter son expérience. Le jeune Oscar Mercado devrait aussi être appelé, toujours au champ extérieur, alors qu'il est bon depuis le camp d'entraînement. Enfin, les difficultés des joueurs du deuxième but et de l'arrêt-court doit faire réfléchir Terry Francona (qui a été prolongé jusqu'en 2022) à appeler le jeune Chang, en attendant que la paire Kipnis-Lindor ne revienne de blessure.

Et pendant ce temps, Edwin Encarnacion, transféré à Seattle, s'éclate chez les Mariners (deux HR en une manche hier soir), le jeune Yandy Diaz a frappé 3 HR chez les Rays depuis le début de la saison, alors qu'il n'arrivait pas à soulever la balle malgré son énorme puissance chez les Indians (1 seul HR l'année dernière) parce que son angle de frappe était trop faible. Et pensez donc au pauvre Chris Davis des Orioles : le malheureux est sur une séquence de 0 coups sûrs en 49 tentatives, du jamais vu.

Bon, c'est comme ça chez les Dolan : les vieux sont radins et les neveux recrutent n'importe comment aux Knicks.

Cette semaine, les Indians voyagent dans leur division : chez les Tigers à Detroit et chez les Royals à Kansas City. Il faut profiter du bon calendrier d'avril pour gagner des matchs, en attendant que le réchauffement de la saison réchauffe aussi les bâtons comme c'est souvent le cas des Indians.

Playoffs en NHL et en NBA.

La saison régulière s'est terminée samedi en NHL. Les séries commencent donc maintenant. Le Lightning de Tampa Bay fait figure de grand favori : il a écrasé la saison régulière, en égalant le record de 62 victoires des Red Wings de Detroit de 1996.

Voici les confrontations :

Conférence Est.

Tampa Bay Lightning-Columbus Blue Jackets, Washington Capitals (vainqueurs de la Coupe Stanley)-Carolina Hurricanes, New York Islanders- Pittsburgh Penguins, Boston Bruins-Toronto Maple Leafs.

Conférence Ouest.

Calgary Flames-Colorado Avalanche, Winnipeg Jets-St Louis Blues,  Nashville Predators-Dallas Stars, San Jose Sharks- Las Vegas Golden Knights.


En NBA, elle se termine dans la nuit de mercredi à jeudi. On connaît 15 des 16 qualifiés ; la dernière place se joue entre les Detroit Pistons (39-41), les Charlotte Hornets (38-42) et le Miami Heat (38-42). Les choses sont simples :

- Detroit gagne ses deux matchs et est qualifié.
- Charlotte fait mieux que Detroit et est qualifié
- Miami doit gagner ses deux derniers matchs et compter sur les défaites de Detroit et Charlotte à leurs dernières sorties pour se qualifier (leur départage est défavorable par rapport aux deux autres). C'est un miracle que le Heat doit espérer car Charlotte joue les Caves de Cleveland et les Pistons affronteront le dernier soir les pitres Knicks de New York.

Et puis, il y a les courses au classement. Dans la conférence Ouest, c'est éviter la 8è place (tenue par les LA Clippers) et se faire pulvériser par les Golden State Warriors. Mais les deuxième, cinquième, sixième et septième place sont aussi l'enjeu de luttes sur les deux derniers jours.


Magnus a-t-il retrouvé le punch ?

Libéré de son championnat du monde, Magnus Carlsen retrouve l'efficacité et le punch qu'il semblait avoir perdu ces deux dernières années. Le champion du monde norvégien est sûr de remporter le mémorial Gashimov à Shamkir (en Azerbaïdjan) pour la quatrième fois en quatre participations. Avec 6/8, il mène d'un point et demi sur un trio composé par la paire russe Grischuk (qu'il affronte à la dernière ronde avec les Blancs) et Karjakin, et enfin le chinoise Liren Ding. Si quelques victoires sont le fruit de la stratégie d'usure habituelle du Norvégien (victoire contre Anand), les autres sont plus percutantes : ainsi Anish Giri a pris un pion dangereux et a subi la foudre norvégienne. Le lendemain (hier), Sergey Karjakin -avec les Blancs contre le champion du monde !- s'est fait littéralement dépecer sur la Sicilienne Svechnikov, que Carlsen a joué contre Caruana en novembre. La maîtrise supérieure de la position a fini en un véritable braquage de la voiture (Car Jacking... voyez le jeu de mots nul !).


Et Montel, on en fait quoi ?

Sur le fond, il n'a pas tout à fait tort : il s'exprime sur l'affaire Calvin (en protestant évidemment ! Je sors) mais voilà, il met une tâche sur tout le monde. Sur la forme, c'est toujours aussi affligeant et maintenant, les athlètes  (Kevin Mayer en tête) ne se cachent plus de dire que c'est un boulet. On n'en peut plus mais finalement, ce n'est même pas nous les téléspectateurs qui en souffrons le plus (bon je ne regarde plus depuis un moment). Déjà, il foutra la paix du monde pour le marathon de Paris (qu'il ne commentera pas) ! On me souffle que les athlètes handisport aimeraient qu'il dise une connerie, du genre misérabiliste, pour qu'on le vire aussi des commentaires des compétitions paralympiques.




Et quand le type, accompagné d'un ancien marathonien qui a été préparateur physique du grand CA Brive d'il y a 20 ans, crache sur le rêve d'un coureur qui a osé courir les premiers mètres du marathon de Paris devant les Kenyans, il ose parler de respect. Voici le cas :





Maintenant, les excuses du genre "je me suis mal exprimé", "on ne m'a pas compris", "on a déformé mes propos", ça va 5 minutes et pas pour tout. Quand on fait une vidéo publiée sur un réseau social, on sait ce qu'on fait et on n'a pas été poussé pour la réaliser.





Commentaires

Gin Tonic a dit…
Le problème des Dragons Catalans c'est que, pour l'instant, ils sont à réaction : une grosse rouste suivie d'une grosse perf. Il faudrait qu'ils gagnent en régularité.

T'es pas obligé de sortir... Au contraire de ce gros mauvais de Montel. Si on pouvait s'en débarrasser une bonne fois pour toute.
Tarswelder a dit…
Dans la série "Je suis Patrick Montel" on a le guignol de la Maison Blanche qui vient d'annuler un accord entre la MLB et les autorités cubaines, qui permettait aux joueurs cubains de venir légalement jouer en MLB. Maintenant, ils feront défection et passeront par les réseaux mafieux.

Je reprendrai la dernière phrase pour lui aussi, sauf qu'on a visiblement quelques dizaines de millions d'Américains qui sont encore plus cons !
Gin Tonic a dit…
Mes pronos:

CRUSADERS(bo)-Highlanders
REBELS-Stormers
CHIEFS-Blues
BRUMBIES-Lions(bd)
SHARKS-Jaguares
BULLS-Reds
Tarswelder a dit…
L'excuse de la marathonienne ressemble à une excuse "espagnole". Elle croyait à une descente de police et on lui a arraché son enfant. Ah bon ? Elle se barre comme ça face aux policiers ?

Mes pronos.

CRUSADERS (bo)-Highlanders

REBELS (bo)-Stormers

CHIEFS-Blues (bd)

Brumbies-LIONS

SHARKS-Jaguares

BULLS (bo)-Reds

Posts les plus consultés de ce blog

Super rugby semaine 14, la semaine des Indians, les finales s'annoncent aux Etats-Unis.