Exits, Super rugby et présentation rapide de la saison MLB.

Normalement, c'est la semaine du départ... retardé pour les Britanniques (qui nous font bien rire quand même avec leur classe politique). Par contre, on a annoncé quelques départs dont celui officiel de la MLB pour 7 bons mois de matchs quotidiens. Et puis, en prime, il y a quelques performances notables.





Japexit.

Après 2020, la franchise des Sunwolves ne fera plus partie du Super rugby. En effet, les problèmes financiers liés aux voyages ont eu raison de la participation des Japonais, dont les résultats ne justifient pas un maintien absolu. Il faut dire aussi que c'est la fédération sud-africaine qui a largement poussé dans ce sens. Afin de maintenir la compétition, que veulent quitter les Sud-africains, les dirigeants de la SANZAAR ont donc sacrifié une nouvelle franchise. On reviendra certainement à une ancienne formule, qui existait avant les différentes expansions : un tournoi où tout le monde s'affronte avec moins de matchs (13 + 3 tours de playoffs). N'oublions pas que le Super rugby reste un petit marché en terme de téléspectateurs. Existera-t-il un Super rugby du Pacifique où des franchises japonaises, américaines, canadiennes, venues de Hong-Kong et des trois nations insulaires du Pacifique Sud participeront ? C'est un voeu pieu tant le problème financier demeure.

Les résultats de la 6è journée

Blues-Highlanders 33-26

Hurricanes-Stormers 34-28

Waratahs-Crusaders 20-12

Sunwolves-Lions (bo) 24-37

Bulls-Chiefs (bo) 20-56 

Sharks-Rebels 28-14

Reds-Brumbies 36-14


L'info de la semaine c'est bien évidemment la première défaite des Crusaders, qui n'avaient pas perdu depuis presque un an. C'est dire la prestation défensive des Waratahs. Les Chiefs ont pris l'air et ils ont mis un vent aux Bulls, ce qui lance enfin leur saison.

Le classement.

Le programme de la semaine 7.

Hurricanes-Crusaders (autant dire l'importance de ce match)

Waratahs-Sunwolves

Blues-Stormers


Reds-Rebels (ou la paire Genia-Cooper contre son ancienne équipe)

Sharks-Bulls


Jaguares-Chiefs (Les Chiefs auront fait le tour de l'hémisphère sud pour deux matchs).

Le match des pronostiqueurs.

Le coup de massue de la semaine. Un pronostic uppercut : 19 à 6 pour moi. Du coup, je passe pour la première fois devant et nettement 83 à 71.


Exploit à Perpignan.

L'USAP l'emporte contre une équipe de Grenoble encore plus à la ramasse depuis le début de l'année. Ca fait 8 points de retard pour accrocher les barrages. Mais bon, c'est la première victoire à la maison. Pas très loin de là, les Dragons Catalans ont failli se couler en règle à la maison (encore) mais ils battent Leeds de justesse.

Sinon, Toulouse c'est irrésistible. Est-ce bon signe pour le rugby français ?

Et si on en avait un ?

Depuis qu'il a gagné la Flèche Wallonne l'an passé, Julian Alaphilippe ne cesse de remporter des victoires. Là, c'est Milan-San Remo. Il est en train de devenir le grand coureur de classiques qu'on n'a jamais vraiment eu (en fait c'était les spécialistes des courses à étape qui les gagnaient à une époque où les profils de coureurs n'étaient pas aussi spécifiques). Et s'il en gagnait deux ou trois ?

D'ailleurs, voici une question quintus facile. En quelle année, un Français a-t-il gagné pour la dernière fois deux des classiques printanières (soit Milan-San Remo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Amstel Gold Race, même si moi j'inclurai la Flèche Wallonne) la même année ?



Gronkexit.

Finalement cette saison était la dernière pour Rob Gronkowski. Le fantastique tight-end des Patriots a annoncé sa retraite dimanche. Souvent blessé et commotionné, il a quand même une carrière énorme. Il fait sans doute partie des 3 plus grands joueurs à son poste.





Présentation rapide des forces dans la MLB.

Même s'il y a déjà eu deux matchs de disputés au Japon, où les Seattle Mariners ont battu deux fois les A's d'Oakland, l'ouverture officielle de la saison aura lieu jeudi pour l'ensemble de la MLB. Faisons le tour des différentes ligues et des différentes divisions.

Ligue Américaine : les mêmes qu'en 2018 ?

Etant donné les rapports de force, les niveaux d'avancée de reconstruction des différentes formations de la ligue américaine, on pourrait bien avoir un scénario similaire à 2018, à savoir un écart immense entre 6-7 équipes (90 victoires et plus) et les autres qui dépasseraient les 90  défaites. Et ces équipes-là devraient être les mêmes que l'an passé.

La division Est reste le théâtre du duel (New York) Yankees- (Boston) Red Sox. Ces derniers n'ont pas renforcé leur équipe (et ont même perdu leur premier releveur Craig Kimbrel) alors que les Yankees ont renforcé presque tous les secteurs plus ou moins fragiles. Comme l'an passé, on peut avoir un duel avec plus de 100 victoires chacun. Les Rays de Tampa Bay ont étonné avec leur approche spéciale de la gestion des lanceurs (On aligne un lanceur de relève qui lance une ou deux manches puis on met le lanceur "partant" ensuite). Ca a marché une année mais deux ? Les Toronto Blue Jays et surtout les Baltimore Orioles risquent de jouer les utilités et pour Baltimore on s'interroge sur un potentiel nouveau record de défaites.

Dans la division Centrale, derrière les Indians (j'y reviendrai évidemment), la concurrence est très faible. Seuls les Minnesota Twins semblent capables d'ambitionner quelque chose... et ce sera dur ! Les Detroit Tigers, les Chicago White Sox et les Kansas City Royals sont dans une phase de reconstruction à des degrés divers (les White Sox seront à suivre) mais qui ne leur permet théoriquement pas de jouer les premiers rôles sur 162 matchs.

Enfin dans l'Ouest, les Astros de Houston resteront les monstres. Quelques changements m'interrogent aussi sur la capacité de réussir une troisième saison à plus de 100 victoires mais les playoffs seront bien dans l'objectif. Les Los Angeles Angels ont fait resigner Mike Trout pour le plus gros contrat professionnel de l'histoire ; en dépit de quelques renforts, l'équipe n'est pas assez solide chez les lanceurs pour concurrencer les Astros. Quoique... les playoffs sont en vue là aussi. Qualifiés l'an dernier, les A's d'Oakland sont capables de le faire encore et ils ont l'équipe, la vision pour réussir avec une petite masse salariale. Mais là aussi, derrière les frappeurs, il faut que les lanceurs partants tiennent le choc. Les Mariners de Seattle sont dans l'inconnue : ils ont fait un gigantesque ménage en multipliant les échanges en début d'hiver. Ayant transféré pas mal de monde, mais aussi récupéré quelques bons joueurs, peuvent-ils lutter ? Sans doute pas. Enfin les Rangers du Texas n'ont pas de rotation digne de rivaliser et leurs frappeurs ont de la puissance mais pas de grosse moyenne au bâton. C'est un souci.

Ligue Nationale : incertitude à tous les étages.

La ligue nationale c'est le scénario contraire de la ligue américaine. L'an passé, elle nous avait proposé deux matchs de barrage pour désigner les vainqueurs de deux divisions (du jamais vu) et toutes les équipes qualifiées s'étaient tenues dans un mouchoir de poche (3 victoires d'écart entre les cinq qualifiées). Ce sera différent pour le bilan mais les trois divisions seront âprement disputées.

Dans la division Est, les Braves d'Atlanta avaient créé la surprise et ils restent favoris. La question est de savoir s'ils peuvent confirmer, surtout avec une concurrence féroce dans cette division. Les jeunes vont devoir assumer leur nouveau statut. Les Phillies de Philadelphie ont fait signer Bryce Harper et d'autres vétérans pour renforcer l'équipe : ils s'installent comme un gros prétendant mais il peut leur manquer un peu de profondeur. Les Nationals de Washington ont perdu Harper mais son départ n'est-il pas finalement une bonne chose ? Le fait qu'il n'ait pas resigné l'an passé avait certainement créé un certain trouble dans l'équipe, qui avait largement déçu. Washington a les moyens de rebondir car il reste de très bons joueurs dans cette équipe (dont Mawx Sherzer le Cy Young). Enfin les Mets de New York ont renforcé leur attaque et voudront semer le trouble dans la lutte à la division. Ils me semblent un peu en-dessous mais qui sait ? Par contre, rien pour les Marlins de Miami qui ont fait table rase du passé.

Dans la division Centrale, le match se disputera entre les Chicago Cubs, les Milwaukee Brewers et les Saint-Louis Cardinals. Ces derniers ayant recruté l'excellent frappeur Paul Goldschmidt (qui vient de prolonger je crois), je les vois capables de rafler la division devant les Cubs, qui ont déçu l'an passé avec des performances en retrait de certains joueurs, et les Brewers, dont on attend une confirmation de leur excellente saison (finale de ligue perdue au 7è match). Les Pirates de Pittsburgh et les Cincinnati Reds risquent d'avoir une concurrence trop forte même si à Cincy, on a fait venir de Los Angeles des joueurs comme Yasiel Puig.

Enfin à l'Ouest, les Dodgers de Los Angeles ont procédé à une réorganisation de leur effectif, au profit des joueurs qui ont été bons en 2018. Des départs importants (Puig, Wood, Kemp échangés à Cincinnati) ont été la conséquence du nouvel échec en Série mondiale. Reste que la formation sera favorite de la division, même si les Rockies du Colorado seront dangereux. Derrière les San Francisco Giants n'ont pas renforcé l'équipe de sorte qu'une nouvelle saison décevante les attend, les Diamondbacks de l'Arizona ont perdu gros avec l'échange de Goldschmidt notamment. Enfin les Padres de San Diego susciteront la curiosité, puisqu'ils ont mis la main sur Manny Machado, mais leur équipe est un peu trop juste pour lutter, sur le papier, pour les playoffs.

Et les Indians ?

J'en ai pas mal parlé cet hiver, les Indians ont beaucoup bougé : les contraintes financières, l'état de la relève et du champ extérieur ont poussé les dirigeants à faire pas mal de mouvements. Si les points forts restent les mêmes (rotation de partants, la paire Lindor-Ramirez), les autres sont un point d'interrogation : la relève sera-t-elle plus efficace qu'en 2018 ? Le champ extérieur totalement refait va-t-il apporter quelque chose ? Hanley Ramirez, qui est finalement conservé, retrouvera-t-il son bâton qui avait fait de lui un des meilleurs joueurs de la MLB ? Mais cependant, la faiblesse de la concurrence dans la division centrale permet aux Indians de demeurer favoris tout en procédant à ces changements majeurs.

Toutefois, les premiers matchs verront les absences de Lindor et Kipnis blessés, même s'ils devraient revenir la semaine prochaine. Notons que l'alignement offensif pour le match d'ouverture à Minnesota n'a conservé qu'un seul joueur qui avait disputé le match d'ouverture l'an passé : Jose Ramirez -et encore, il s'est légèrement blessé dimanche- et seuls deux d'entre eux était dans les 25 de l'effectif de l'an passé. Par contre Corey Kluber sera, pour une cinquième année consécutive, le partant du match d'ouverture : il égale Stan Coveleski, qui l'avait fait entre 1917 et 1921.

Les Echecs.

Je n'en avais pas parlé mais le championnat du monde (qui est un tournoi à 10 équipes contrairement aux Olympiades) a été gagné il y a deux semaines par la Russie, devant l'Angleterre (surprise) et la Chine. La France, invitée, a décliné l'offre, on se demande bien pourquoi. C'était pour les hommes (enfin le tournoi open). Chez les femmes, la Chine l'emporte largement (9 matchs, 9 victoires) devant la Russie et la Géorgie, ce qui est plus conforme à la hiérarchie des Olympiades.

Sur Internet, le site chess.com organise un tournoi par équipes original, calqué sur le modèle des ligues professionnelles nord-américaines : la Pro Chess League. 32 équipes sont divisées en 4 conférences géographiques mondiales (oui car c'est un tournoi mondial) de 8 équipes. Les 4 premiers sont qualifiés pour les hutièmes de finale, les deux derniers descendent.

Une des équipes françaises (l'autre était le Marseille Migraines qui avait échoué 5è de la même division malgré la présence du numéro un français Maxime Vachier-Lagrave), le Cannes Blitzsream avait réussi à se qualifier mais l'équipe est battue 7-9 par les Gnomes de Norvège qui avaient gagné la division centrale (centrale pour le fuseau horaire).


Les quarts de finale ont un goût de derby. D'un côté les équipes de Tbilissi et d'Erevan s'affrontent, de l'autre les formations de Saint-Louis et de Webster (oui Webster Groves c'est dans la banlieue de Saint-Louis ; Saint-Louis est la capitale des échecs américains sous l'impulsion du mécène Rex Sinquefield). Les autres quarts de finale opposent les formations de Baden-Baden et de Norvège, puis celle du Minnesota contre les Chinois de Chengdu (bonjour le décalage horaire).

Commentaires

Gin Tonic a dit…
Vais essayer d'être moins mauvais pour mes pronos (en même temps, si l'USAP gagne chaque fois que je fais des pronos pourris...) :

Hurricanes(bd)-CRUSADERS
WARATAHS(bo)-Sunwolves
BLUES-Stormers(bd)
Reds-REBELS
SHARKS-Bulls
Jaguares(bd)-CHIEFS
Tarswelder a dit…
C'est une option mais vu le calendrier, ça va être compliqué !

HURRICANES-Crusaders (bd)

WARATAHS (bo)-Sunwolves

BLUES-STormers

REDS -Rebels

SHARKS-Bulls

Jaguares-CHIEFS

Posts les plus consultés de ce blog