Parlons un peu de Super Bol

Demain soir, c'est la grande finale du Super Bowl, entre les New England Patriots et les Los Angeles Rams. L'occasion de faire une rapide présentation et de revenir sur les confrontations passées entre les deux villes, donc la plus récente en finale remonte à ... il y a 3 mois !





Les clés du Super Bowl ?

1. Les tranchées

Comme souvent, ce sera la confrontation entre les deux lignes : la ligne offensive des Pats a repoussé les assauts des lignes des Chargers et des Chiefs, Brady n'ayant pas été touché. Face au tandem Donald-Suh, qui avait bien gêné Drew Brees, est-ce que ça sera pareil ? Dans l'autre sens l'enjeu est également important même si la bataille s'annonce moins ronflante. La ligne offensive des Rams devra quand même générer du temps et des espaces pour Goff et Gurley, car sinon il faudra sortir le plan B.

2.Courir.

Le jeu de course va prendre une importance particulière : celui qui sera le meilleur dans ce domaine gagnera certainement le match et les playoffs l'ont démontré. D'un côté Todd Gurley reste le pilier offensif de l'attaque des Rams. Mais son match raté contre les Saints a poussé Sean McVay à l'écarter au profit de C.J. Anderson, qui a été plus tranchant. De l'autre, les Patriots ont trouvé un RB titulaire avec Sony Michel mais ils peuvent compter sur un comité de coureurs (avec James White et Rex Burkhead, qui on réussi tous les deux un doublé contre les Chiefs), ce qui leur permet de varier les schémas.

3.Imposer son rythme.

En additionnant les deux premières clés, vous avez l'élément central du match : celui qui contrôlera le ballon va gagner en usant l'adversaire. A ce jeu, les Patriots sont très difficiles à dépasser. D'où l'importance de l'efficacité de Gurley pour les Rams, afin de maintenir Brady sur le banc.

4.Les playmakers

Les actions cruciales sont le fait des joueurs majeurs. Et c'est là qu'on attend la paire Gronkowski-Edelman chez les Patriots. aux Rams, c'est du côté de la défense qu'on va devoir sortir les grosses actions défensives : Donald, Suh, Talib et consort devront stopper l'attaque des Patriots comme ils l'ont fait avec les Saints, notamment en début de match pour limiter le déficit à 0-13.

5. Les troisièmes tentatives.

Statistique importante, la réussite sur la troisième tentative dépendra d'abord de l'avancée sur les deux premières. Les Rams ont été un peu meilleurs sur la saison (45% contre 41% aux Patriots en attaque mais 38% contre 37% en défense en faveur des champions de l'AFC).

6.Alors c'est pas au niveau des QB que se fera la différence ?

A mon avis, le déchaînement des QB se fera uniquement si le jeu de course est annihilé rapidement, si l'écart se fait vite (surtout si ce sont les Patriots qui doivent courir après le score). Sur le papier, entre Tom Brady et Jared Goff, il n'y a rien à dire mais Goff a montré une certaine solidité mentale dans ces playoffs.

7.Le coaching sera déterminant.

Si Bellichick a déjà tout prouvé en la matière, Sean McVay pourrait bien continuer de se faire un nom avec un style agressif et par sa capacité à faire des choix responsables qui peuvent faire basculer un match.



Et l'histoire dans tout ça ?

Patriots-Rams, c'est l'affiche du Super Bowl 2002, gagné à la dernière seconde par les premiers. C'est le premier titre de l'ère Brady-Bellichick. Et si l'histoire décidait de passer par là ? A savoir boucler la boucle, celle de la plus impressionnante des dynasties de la NFL ? Et si comme il y a 17 ans, c'est le petit poucet qui l'emporte ? Et donc pas les Rams ? Et si Brady remportait un 6è Super Bol dans sa carrière, devenant le QB le plus victorieux, après avoir établi tous les standards dans les matchs d'après-saison ? D'ailleurs, l'histoire est toujours par là puisque ce Super Bowl 36 s'était joué un 3 février comme le 53. Une petite différence quand même : les Rams étaient à Saint-Louis. C'est leur deuxième match ultime (sur les quatre disputés) à Los Angeles : l'autre avait été perdu 19-31 face aux Steelers.

En comparant la fiche entre les deux équipes, New England mène par 8 à 5 (Super Bowl inclus) dont les 5 derniers matchs (le dernier en 2016).

Notons enfin que les Rams ont gagné leur unique Super Bowl à Atlanta mais c'était au Georgia Dome.


Boston contre Los Angeles, ça donne quoi ?

Entre ces deux grandes cités américaines, les confrontations n'ont pas été si fréquentes que cela, sauf dans la NBA où les Lakers se sont cassés les dents contre la plus grande dynastie de l'histoire de la ligue.

En NFL, c'est la première confrontation entre les deux villes. La NFL a longtemps été absente de la cité californienne et il n'y a eu aucune confrontation entre ces deux équipes au Super Bowl. Il a existé des duel entre Los Angeles et New England mais c'était quand les Raiders étaient à LA. On exclura donc cette situation.

En NBA, les confrontations entre les Lakers et les Celtics sont historiques. Boston l'a toujours emporté dans les confrontations dans les années 1960 (6 victoires dont celle de 1969 où Jerry West est devenu le seul MVP de la finale à être issu de l'équipe perdante), puis dans les années 1980 avec deux victoires pour les lacustres et une pour les celtiques. Les deux franchises se retrouvent plus récemment entre 2008 (victoire des Celtics) et en 2010 (victoire des Lakers).

En MLB ? La dernière confrontation remonte à octobre dernier où les Red Sox ont dominé les Dodgers 4-1, pour la seule confrontation entre les deux franchises depuis que les Dodgers sont à LA (sinon les Dodgers s'appelaient les Robins et avaient perdu en 1916 contre les Red Sox).

En NHL ? Aucune série n'a opposé les Kings aux Bruins.



Commentaires

Gin Tonic a dit…
Patriots 24-17 (même si j'aimerais bien voir les Rams gagner).
Tarswelder a dit…
J'aimerai bien aussi une victoire des Rams mais ce sera aussi les Patriots par 27-23.
Gin Tonic a dit…
Le secrétaire dit Rams 31-28

Posts les plus consultés de ce blog

Super rugby semaine 14, la semaine des Indians, les finales s'annoncent aux Etats-Unis.