Playoffs NFL. Divisional round. Et un peu de reste

Samedi et dimanche les demi-finales de conférence se sont disputées. Elles n'ont pas présenté de surprise puisque toutes les équipes locales ont gagné.  Mais il s'est passé aussi autre chose d'insipide ailleurs.




Les matchs

Chiefs-Colts 31-13

L'entrée en scène des Chiefs était attendue, surtout avec un QB qui disputait son premier match en playoffs. Patrick Mahomes n'a pas déçu puisqu'il a commandé une attaque des Chiefs qui a dominé la défense des Colts, surtout en première mi-temps. Mahomes n'a pas lancé de passe de TD mais il a marqué un des quatre inscrits à la course.
Mais la prestation la plus remarquée a été celle de la défense des Chiefs. Celle-ci a bouffé la ligne offensive, anéanti le jeu de course des Colts et bousculé Andrew Luck, qui n'a gagné son premier down que dans la dernière série offensive des Colts en première mi-temps -qui s'est achevée par un rare coup de pied manqué de Vinatieri-. Le score était de 24-7 à la pause car Indy a marqué sur un punt contré, faute de mieux.
La deuxième mi-temps a été beaucoup moins intéressante car le match était joué, surtout que les Colts n'avançaient toujours pas. Même les erreurs des Chiefs étaient compensées par un fumble des Colts. Au final, chacun marque un TD en fin de rencontre et ça fait 31-13. Kansas City disputera la finale de l'AFC.

Rams-Cowboys 30-22

Les Cowboys ont gagné la semaine dernière, et perdu cette semaine à cause de la même raison : l'attaque au sol adverse. Autant, ils avaient ruiné celle des Seahawks, autant celle des Rams les a enfoncé avec un show du tandem Gurley-Anderson, cumulant plus de 230 yards à la course.
Je n'ai pas vu le match mais les Rams ont dominé et maîtrisé la rencontre, malgré les efforts des Cowboys, qui n'ont pas pu résister à la puissance des Angelinos. La défense des Rams a aussi fait son travail.

Patriots-Chargers 41-28.

Match plié en une mi-temps, comme celui des Chiefs. 35-7 à la pause en faveur des Patriots qui se sont régalés. Le suspens a duré un peu plus de 10 minutes après l'égalisation des Chargers sur un long TD des Chargers (7-7). Après, New England a enfoncé la défense des Chargers : courses de Sony Michel (3 TD) et James White, petites passes, longues passes vers Edelman, aucune menace contre Brady et les Pats marquent à chaque coup ou presque. Les Chargers, eux, se coulent lamentablement : une défense dépassée, une attaque écrasée sous le pressing, des équipes spéciales qui gaffent (un ballon perdu sur un punt retourné), bref tout va mal.
En deuxième période, les Pats n'ont pas vraiment forcé, se contentant de 6 points. L'orgueil des Chargers et de Rivers a permis de marquer 3 TD mais cela n'a évidemment pas suffi. Une question cependant chez les Patriots : que penser du match de Gronkowski, peu mis en évidence malgré quelques actions de poids, notamment pour les blocks dans le jeu de course ?

Saints-Eagles 20-14.

Les Saints ont-ils payé les effets négatifs de 3 semaines sans jouer ? J'ai écrit 3 semaines car en plus de la semaine d'exemption, les titulaires étaient absents lors de la dernière journée de la saison régulière. Pas toujours et même pas souvent une bonne idée : Drew Brees lance une interception dès sa première passe et les Eagles, portés par leur formidable dynamique, survolent la première mi-temps, au point de mener 14-0.
Et puis, et puis, Nick Foles est intercepté par Lattimore. Le cornerback vient de retourner la rencontre : les Saints attendaient le signe divin qui les remettaient sur la route de Damas (ou d'Atlanta). Et revoilà l'attaque qui se remet en marche. En bon pèlerin, Drew Brees avance et trouve Michael Thomas, son receveur vedette qui domine la défense adverse. Les Saints reviennent à 10-14 au retour aux vestiaires.
En deuxième mi-temps, New Orleans adopte la recette pour empêcher Nick Foles d'accomplir de nouveaux miracles : le laisser hors du terrain. Les Saints mangent le chronomètre et passent devant au score (20-14). Ils auraient même pu plier le match mais le kicker des Saints manque un FG qui aurait donné 9 points d'avance. Est-ce le signe que Foles attendait à son tour ? Sans doute : l'attaque des Eagles a été étouffée et il tente la remontée du terrain, lance son ogive... interceptée par ce diable de Lattimore, qui a réussi son deuxième attrapé décisif.




Les finales de conférence.

Les têtes de série 1 et 2 de chaque conférence ont gagné, les affiches n'ont aucune surprise. Dimanche, les Saints accueilleront les Rams puis les Chiefs affrontent les Patriots ? Laquelle des deux est la plus excitante ? Ben, les deux mon colonel ! Oui, on a les trois meilleures attaques de la NFL, plus une équipe qui n'est pas connue pour être mauvaise dans ce domaine. Notons aussi que les finalistes se sont déjà affrontés en saison régulières et, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on a assisté à des orgies offensives : les Saints avaient battu les Rams 45-35 (déjà à la Nouvelle-Orléans) et les Patriots les Chiefs 43-40 (mais c'était à New England).

Le tournoi des pronostiqueurs.

Gin Tonic remporte le concours de la semaine en ayant pronostiqué les 4 bons vainqueurs, devant votre serviteur qui en a 3 et Aloïs, qui a joué en mode desperado, avec 1 seul. Cela fait respectivement 20,15 et 5 points. Pour les scores des matchs, Gin Tonic et moi marquons deux points, Aloïs restant à 0. Au total, cela fait 23 points pour Gin Tonic, 17 pour moi et 5 pour Aloïs, qui n'a pratiquement plus aucune chance d'éviter la dernière place avec ce craquage complet.

Le classement : 1.Tarswelder 272 points, 2.Gin Tonic 242 points, 3.Aloïs  211.

Echecs. Carlsen met fin à la série.

Mais quelle série ? Celle du nombre de matchs nuls consécutifs en parties longues. Le champion du monde dispute son premier tournoi en parties classiques depuis sa victoire au championnat du monde. C'est lors du Tata Steel, à Wijk aan Zee, dans un tournoi qu'il a gagné 6 fois -un record-. Le Norvégien a débuté par 4 parties nulles, non sans essayer de gagner comme l'attestent son double sacrifice de qualité contre la muraille chinoise Liren Ding (qui a battu le record d'invincibilité l'an passé avec 100 parties sans défaites mais 29 victoires seulement dans la série, ce qui est nettement moins bien que dans la série que Tal avait établie dans son temps). Aujourd'hui, Carlsen a battu le petit poucet du tournoi, le Néerlandais Van Foreest, avec les Noirs et sans fioritures et la séquence de 21 parties nulles consécutives s'est achevée. A lui désormais de retrouver les chemins de la victoire car Carlsen n'a gagné que 3 de ses 32 dernières parties (sans défaite).

Bidon Cup.

On pouvait croire à la victoire de l'USAP contre Bordeaux en Chépaskoi Cup mais non... Sinon, les clubs français n'ont pas particulièrement brillé dans la Bidon Cup. Et la liste de Brunel voudrait nous faire croire qu'on intègre du nouveau mais ces nouveaux arrivants joueront-ils vraiment ? C'est beau une liste mais c'est encore plus beau si on ose un peu.

 Handball.

Ah oui ! Le championnat du monde chez les Danois et les Allemands. La France fait match nul contre les Teutons après trois victoires sur un ton plutôt piano... Karabatic revient.

Tennis.

Incroyable ! Une affaire de match truqué ! Et en plus, ne rigolez pas, des joueurs français auraient été payés pour perdre ! Mais comment peut-on payer des joueurs français pour perdre ? Ils le font gratuitement (n'est-ce pas nos super joueurs) !!!

Basket fessée.

C'est le nom du nouveau sport qui a été créé cette nuit aux USA dans le cadre de la NBA. La preuve ?
Nuggets (n°1 de la conférence Ouest avant le match)-Warriors (n°1 après) 111-142 (donc 51 points au premier quart-temps, record absolu)

76ers-Timberwolves : 149-107

Bucks-Heat 124-86

Pacers-Suns 131-97 et tout cela concerne aussi des équipes en lutte pour les playoffs.

Des "petits scores" sinon : un +16 pour les Hawks qui surprennent le Thunder -quand même !- 142-126 ou un banal Lacustres-Bulls 107-100 (mais LeBron est toujours blessé).

D'ailleurs, la NBA ressemble à un concours d'artillerie digne des exécutions légendaires d'un de leurs grands fans, à savoir Kim Jong-Un. Toutes les équipes marquent et encaissent plus de 100 points en moyenne par match. On n'avait plus vu ça depuis la saison 1987-1988. On marque 19 points de plus par équipe et par match en moyenne qu'il y a 20 ans (la pire année offensive avec une seule équipe à 100 points marqués mais c'était 4 points de moins qu'en 1997-1998) et on tire 31 fois à 3 points contre 13 à l'époque avec un taux de réussite supérieur aujourd'hui. C'est ça la révolution de la NBA auquel on assiste depuis 6-7, avec la domination des artilleurs de Golden State.



Commentaires

Gin Tonic a dit…
Je suis meilleurs pour les PO que pour la saison régulière...
Gin Tonic a dit…
Saints (30-24) et Chiefs (24-20)
Aloïs 06 a dit…
Sana aucunes convictions
Saints 38-35 après prolongations
Patriots 31-27 parce que Bill, parce que Tom et que ces deux là ne sont jamais aussi fort qu'en cette période de l'année.
Tarswelder a dit…
Les Pats sont mauvais à l'extérieur en playoffs et cette année, ils n'ont pas cassé la baraque.

Saints (31-24), Chiefs (35-20).
Tarswelder a dit…
J'ai trouvé le titre de mon prochain article : braquage arbitral en Louisiane.

Posts les plus consultés de ce blog