mardi 9 février 2016

Super Bowl 50. Défense Denver

A cette occasion, la majeure partie du bureau de la FIB s'est réunie dans le grand Sud, dans le monde sang et or, pour converser du match et de plein d'autres choses. La VUF a été consommée avec raison, enfin si on peut dire. Et l'ensemble des présents a passé un excellent moment !



La défense écrase le match.

Les Broncos ont donc battu les Panthers par 24 à 10. Autant dire que le score et la manière ont surpris plus d'un, tant Denver a écrasé la meilleure équipe de la ligue, jusqu'à ce dimanche.

Une des clés du match résidait dans le début. Contre les Seahawks et les Cardinals, les Panthers ont marqué rapidement énormément de points. Ici, c'est Denver qui a fait le contraire. Après un FG, qui concrétise une des rares séquences offensives construites, sans aller au bout, la partie bascule sur deux actions : tout d'abord, la réception de Cotchery est refusée. En fait, les arbitres avaient jugé la passe incomplète et la vidéo n'a pas permis de prendre une décision inverse totalement irréfutable. Et juste après, Cam Newton se fait secouer par Von Miller ; il échappe le ballon et Malik Jackson marque sur le retour de fumble, puisque l'action se déroulait tout près de la ligne de la Caroline. 10-0 rien que ça. Les Panthers avaient déjà été menés par un tel écart mais jamais par une équipe dont la défense les dominait. Et encore, l'incurie offensive des Broncos (plus petit total de yards pour un vainqueur du Super Bowl), bien malmenée elle-aussi par la défense des Panthers, laissait le suspens car Denver aurait pu plier le match.

Mais voilà, la stratégie défensive des Broncos a été féroce et jamais les Panthers n'ont pu trouver de réelle solution : le jeu de course stoppé, Newton pas en mesure de gagner les yards au sol et enfin les deux meilleurs receveurs (Ginn et Olsen) coupés de la relation avec le MVP de la saison. Le côté droit de l'attaque de Carolina a été anéanti.

Le score de 13-7 (oui car Stewart marque un TD à la course) à la pause laissait encore beaucoup d'espoirs malgré un fumble de Tolbert, alors que le drive des Panthers pouvait réduire le score. Manning a lancé une passe horrible, qui témoigne de son niveau crépusculaire.

Et puis, il y a eu la traditionnelle daube artistique qu'on appelle concert de la mi-temps. C'est nul, c'est sans intérêt mais c'est le Super Bowl aussi.

En deuxième période, les Panthers ont toujours autant de mal à trouver des solutions... sauf sur une action de 50 yards de Ted Ginn, qui passe de droite à gauche. Mais il n'y a pas eu la conclusion au bout. La défense des Broncos intercepte une passe déviée. Les coachs n'ont pas trouvé de solution contre une défense qui a parfaitement décrypté le jeu des Panthers. Mais là encore, après un FG de part et d'autre, le score n'était que de 16 à 10 pour Denver.

Mais les Broncos enfoncent le cercueil des Panthers : Miller sacke encore Newton (qui en a pris 7 contre 5 à Manning), qui perd à nouveau le ballon. Quelques jeux plus tard, C.J. Anderson marque le deuxième TD du match, converti par une passe de Manning : 24-10.

C'est fini.

La défense de Denver a donc donné le Super Bowl : par ses deux sacks, Von Miller a été à l'origine des deux TD et de 15 points des Broncos. En plus de n'avoir rien trouvé, les Panthers ont aussi été indisciplinés. La tension était certainement trop grande pour ces joueurs et la déception est à la hauteur de la confiance qu'ils ont affichée depuis des semaines. Ils trouvaient toujours une façon de gagner, même quand ils étaient malmenés, mais sur ce match, ils n'ont strictement rien fait. Avec le recul, j'ai même le sentiment qu'il n'y avait pas de plan B, tant le niveau des receveurs (qui ont quand même échappé pas mal de ballons) a été médiocre.

A Denver, Manning a donc été mauvais mais pas trop pour couler son équipe. Du coup, il entre dans l'histoire pour la dernière de sa carrière : une 200è victoire, un 2è Super Bowl, avec une deuxième équipe (une première), qui efface le traumatisme de New York. Il peut attendre quelques jours avant de prendre sa retraite, bien méritée.

A Charlotte, la déception est géante on l'a dit. Cam Newton ne s'en est pas caché dans sa conférence de presse. Car j'ai le sentiment qu'il a raté la chance de remporter le trophée. Les Panthers ont fini par payer le niveau de leurs receveurs ; c'est ce qui m'avait incité à les exclure des playoffs. Newton avait réussi à les mettre en valeur mais la défense de Denver a été hyper-agressive contre le QB carolin et toute l'offensive a été détruite.

Des réformes.

Au-delà du Super Bowl, le bureau de la FIB a pris des mesures importantes pour réformer le système des pronostics, à partir de la saison 2016 :

- Il a été décidé de bonifier les vainqueurs des concours hebdomadaires : le, la ou les premiers marquent un point supplémentaire.
- On ajoute un concours de pronostics du score pour les trois matchs en prime time (jeudi, dimanche et lundi soir). Celui qui est le plus près du score final (avec l'écart le plus petit entre les scores pronostiqués pour l'équipe gagnante et perdante) marque un point. Celui qui pronostique le bon score marque 5 points. Par contre, pour gagner, il faut avoir d'abord pronostiqué le bon vainqueur.

Pascinations.

Oui le tournoi est parti.

France - Italie 23-21. Pas mal de problèmes en mêlée et dans la défense dans l'axe mais aussi un très bon Vakatawa (?), un Plisson qui a pris le match en main en fin de partie. Et c'est lui qui doit buter, pas Bézy, qui n'est pas mauvais à la passe mais qui a fait 0/3 aux buts. A noter l'incroyable tentative de drop de Parisse, qui montre encore l'absence de lucidité dans le jeu italien.

Ecosse-Angleterre 9-15. Lancinant comme un moustique : les Ecossais n'ont pas marqué un seul essai aux Anglais à Murrayfield depuis 12 ans. Et ils n'ont pas dérogé à la règle. Ils auraient mérité mieux mais quand on ne marque pas, on ne mérite pas de gagner.

Irlande-Pays de Galles 16-16. Les Irlandais ont mené 13-0 avant de laisser les Gallois revenir. Le match était, comme toujours, intense.

Classement (avec celui du Pascinations 2015-2016).

1.Angleterre 23 (4)
2-3. Irlande-Pays de Galles 20 (2 chacun)
4.France 15 (4)
5.Italie 6 (1)
6.Ecosse 4 (1)

4 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Oui, super week-end !

Pour le match, rien à rajouter, on en a bien débattu après et on était tous à peu près d'accord, en tous cas sur les grandes raisons de la défaite des Panthers.

Pour le tournoi, attendons encore un peu pour y voir clair.

Tarswelder a dit…

Je n'ai pas écrit mais c'était quand même une bonne petite purge en terme de jeu.

Tarswelder a dit…

A noter que sur une plainte collective, la commission sportive de la FIB a décidé de statuer sur les pronostics de Gin Tonic.

Le règlement est clair : c'est toujours le premier pronostic qui est pris en compte.

Gin Tonic a dit…

C'est po juste !