jeudi 5 novembre 2015

NFL Bilan insipide et pas toujours impartial de la mi saison. (1ère Partie)





La NFL vient de rentrer dans la deuxième partie de son calendrier et le moins que l’on puisse dire, c’est que le début du championnat a été plutôt mouvementé. On peut d’ores et déjà en ressortir quelques tendances, si ce n’est quelques certitudes. La première, c’est qu’aucunes des équipes en présences ne sort réellement du lot. Je vois déjà Elfe arriver fou furieux, rouge de colère les mains tremblantes et la bave aux lèvres me hurler doucement le nom des Patriots à mes pauvres oreilles ! Ben NON ! Même eux !



Conférence Américaine



Division Est :

Tom Brady lors du dernier Super Bowl
Honneur au champion en titre, on va donc commencer pas sa division. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Le bilan immaculé des Patriots n’est qu’un trompe l’œil. Ils ont autant été mis en danger que la virginité d’une pucelle dans une prison d’eunuques. En dehors de Big Ben, il n’ont fait face à aucun bon QB. Et encore, pour ce match, Roethlisberger ne disposait que d’une petite cuillère pour retourner les services de Djokovic. Quant aux défenses rencontrées, en mis à part celle des Jets, ce n’est pas un exploit de les dominer quand on a un QB du calibre de Brady.

Les Jets justement, parlons-en ! Cette équipe possède une magnifique défense (quoique sa dernière prestation montre qu’elle n’est pas encore au top), mais il leur manque un bon QB aux manettes. Certes  Fitzpatrick n’est pas trop mauvais depuis le début de la saison, mais si le jeu au sol est bloqué, il n’arrive pas à faire avancer son attaque. Ce ne serait pas bête de laisser les commandes à Geno Smith qui, par séquences, a montré de belles choses face aux Raiders. A ce rythme, Brady aura pris sa retraite avant que les Jets ne parviennent à contester la suprématie de l’équipe de Boston.

Les Bills sont construits de la même manière que les Jets, bonne défense, jeu au sol puissant, mais pas de QB digne de ce nom. Et handicape supplémentaire, ils ont Rex Ryan à la baguette. Après avoir mis le cirque à NY, il est bien parti pour faire la même chose à Buffalo. Malgré un potentiel énorme, la défense joue en sous régime et semble traîner un certain mal être sur le terrain. Quant à l’attaque, Watkins doit se demander ce qu’il fait là et à quoi il sert. L’âge d’or de Buffalo s’éloigne de plus en plus et une qualification en play offs relève du fantasme masochiste pour cette équipe.

Ce devait être la saison de la confirmation et de tous les espoirs pour les Dolphins, une free agency convaincante et une draft intéressante et pourtant  la mayonnaise n’a pas prise. Ils ont un QB talentueux avec une bonne ligne offensive des receveurs prometteurs et de bons joueurs en défense mais cette équipe n’a pas d’âme. Espérons pour eux que le changement de coach servira d’électro choc, les play offs sont toujours possible mais il ne va pas falloir trainer en chemin.

Division Nord :

Andy Dalton est-il enfin le leader tant attendu ?
Cette division qui aurait pu (du ?) être un véritable panier de crabes ressemble plus à un jardin d’enfants dont les Bengals sont le chef de bande. Marqué par les critiques après un nouveau rendez-vous manqué en PO l’année dernière, Andy Dalton s’est métamorphosé durant l’intersaison et dégage un leadership qu’on ne lui connaissait pas. Il faut dire qu’il est bien aidé par une escouade de receveurs impressionnante, un jeu au sol enfin performant et une défense qui, même si elle encaisse beaucoup de yards, fait partie des meilleurs en terme de points encaissés. Atteindre les PO ne devrait pas leur poser trop de problèmes s’ils continuent sur ce rythme. C’est là qu’on verra si Dalton est enfin devenu un tigre ou si ce n’est qu’un ado qui bombe le torse pour montrer qu’il existe.

Dire que le début de saison des Steelers est loin d’être convaincant est un euphémisme. On attendait énormément de l’attaque de Pittsburg mais, handicapée par divers blessures, elle ne tourne que sur 3 cylindres. Et comme le mur d’acier défensif qui constituait l’identité de cette franchise a été remplacé par un grillage tout rouillé, ils pourront considérer leur saison réussie s’ils atteignent les wild cards.

Constat plus nuancé en ce qui concerne les Browns. Le bilan n’est pas bien reluisant, mais ce qu’ils montrent avec Josh McCown comme titulaire alors qu’il ne serait même pas 2nd QB dans bien des équipes, est encourageant pour l’avenir. La défense est bien au niveau attendu et l’attaque est une belle surprise. Il faut pas rêver, ce n’est pas demain la veille du jour où la ville de Cleveland gagnera enfin un titre, mais, avec un bon QB, les fans des Browns n’auront peut-être de quoi être fier de leur équipe. Ça tombe bien pour eux, Kaepernick risque d’être libre en fin de saison.

Les Ravens sont l’une des plus grosses déceptions de cette première partie de championnat (les Lions et les Colts leur disputent ce titre peu enviable). Quand   on sait qu’ils ont été capables de se faire battre par les 49ers, pas la peine d’en rajouté, tout est dit.

Division Sud :

Frank Gore sous ses nouvelles couleurs
La politique et le recrutement qui va avec du tout tout de suite du front office des Colts ne semble pas marcher du tout pour l’instant. La seule satisfaction, en dehors du fait qu’ils sont en tête de leur division malgré un bilan négatif, est Franck Gore qui reste dans les standards statistiques de ses saisons précédentes (le front office des 49ers, des grands visionnaires ceux-là, doit s’en bouffer les doigts). André Johnson ne pèse pas sur les défenses et Andrew Luck est comme le petit Poucet qui s’est fait bouffé ses miettes de pain. Perdu ! Si on y rajoute que la défense est aux abonnés absents, gagner contre Indianapolis ne relève plus de l’exploit. Et ce n’est pas en changeant de coach offensif que cela va s’améliorer. Ils gagneront certainement leur division, mais pour gagner un titre cela va certainement prendre plus de temps que ne le pensait James "Jim" Irsay.

En ce qui concerne les Texans, on ne peut pas dire que leur saison soit décevante pour l’instant. La défense n’est pas au niveau attendu, c’est vrais, mais vu qu’il n y a pas d’attaque, ils ne pouvaient pas espérer grand-chose cette année. La grosse satisfaction du coté de Houston se nomme DeAndre Hopkins. Donnez-lui un vrais QB et ce joueur deviendra un monstre à son poste.

Les Jaguars sont encore et toujours en reconstruction. Depuis le temps on se demande quand ce sera fini ! Ils ont bien en la personne de Blake Bortles un QB prometteur, mais comme c’est le désert autour de lui ils vont encore choisir très haut à la prochaine draft.

Autre équipe en perpétuelle reconstruction, les Titans ferment la marche dans cette division. Ils ont bien drafté le prometteur Marcus Mariota, mais une hirondelle ne faisant pas le printemps, il doit se sentir bien seul. Ce n’est pas le changement de Head Coach qui changera les choses du côté de Menphis.

Division Ouest :

Fais pas la gueule Peyton, les Broncos sont toujours invaincus !
Manning fait peine à voir. Serait-il en train de faire la saison de trop ? Bien loin de sa splendeur passée, handicapé par des douleurs récurrentes, le Shérif s’est fait rattraper par les années. Et pourtant les Broncos sont toujours invaincus et s’imposent comme la seule équipe capable de barrer à la saison parfaite des Patriots. Leur défense est tout simplement monstrueuse ! Demandez à Aaron Rodgers ce qu’il en pense ! 50 yards ! Oui oui, cette défense a limité le MVP en titre à 50 yards ! Si les attaques remplissent les stades, ce sont les défenses qui font gagner les titres. Nul ne doute qu’avec une escouade pareille, Denver peut nourrir des rêves de grandeur. L’arrivée de Vernon Davis au poste de TE devrait offrir une cible supplémentaire à Manning. Si l’ancien quadruple MVP retrouve, ne serait-ce qu’un petit peu, de sa superbe, cette équipe peut devenir injouable.

A la 2nd place de cette division, on trouve les Raiders qui n’avaient pas été à pareil fête depuis des lustres. Après des années de disette, une succession de bonnes free agency et de drafts réussies leur permet enfin d’entrevoir le bout du tunnel. Boosté par les arrivées combinées de Jack Del Rio à la tête de l’équipe et de cibles de choix que sont le prometteur Amari Cooper et l’ancien 49ers Michael Crabtree, D Carr confirme match après match qu’il peut devenir le QB dont cette franchise avait désespérément besoin depuis la retraite de R.Gannon. La défense emmenée par l’inoxydable Charles Woodson n’est pas en reste et si Aldon Smith se tient à l’écart des ennuis, son association avec Khalil Mack pourrait s’avèrer des plus terrifiante pour les QB adverses. Peut-être pas de PO en vue dès cette année, mais dans un futur proche, ce sera le minimum que pourront espérer les fans en début de saison.

Les Chiefs quant à eux déçoivent un peu. Bon ils n’ont pas été aidés ni par les blessures ni par leur calendrier mais il faut quand même avouer qu’on attendait plus de cette équipe. Sont-ils capable de faire mieux ? Rien n’est moins sûr. Tout dépendra du coaching et on a bien à Philadelphie qu’Andy Reid avait du mal à se remettre en question.

Les Chargers déçoivent également. Branchée sur courant alternatif, cette équipe est capable du meilleur comme du pire. San Diego est une énigme. Ils ont la meilleure attaque aérienne mais l’une des pires au sol et comme la défense encaisse beaucoup de point, le bilan n’est pas beau à voir. Si on rajoute à cette situation que les Chargers  viennent de perdre pour le reste de la saison leur meilleur receveur, on ne peut être que pessimiste pour la franchise Californienne. 



La suite au prochain numéro...
(samedi ou dimanche si vous êtes sages)
 




2 commentaires:

Gin Tonic a dit…

La dernière photo est parfaite !

Tarswelder a dit…

Kaepernick aux Browns, c'est un fantasme pour toi ?