lundi 6 juillet 2015

Finale du Super rugby. Les H battent les H.

Samedi 4 juillet s’est disputée la finale du Super rugby entre les Hurricanes de Wellington et les Highlanders d’Otago. Elle a consacré une équipe néo-zélandaise qui a remporté son premier titre. Bon, jusque-là je ne me mouille pas car c’est le cas des deux finalistes.





Hurricanes-Highlanders 14-21 (5-13)


On pourrait presque dire que c’est une finale avec un score relativement modeste. Mais on est loin du daubesque finish du dernier Patop 14, parce qu’on a marqué 3 essais, parce qu’il y a eu du jeu, beaucoup de jeu, qu’il y a eu des occasions d’essais (Savea qui rate un tout fait mais les Highlanders auraient pu enterrer définitivement le suspens à quelques minutes de la fin du match).

Les Highlanders ont fait la course devant et dès les premières minutes. En début de match, tout le monde relance, fait des passes, attaque, déborde mais les défenses s’accrochent et stoppent les assauts. Quel inculte peut prétendre qu’on ne défend pas en Super rugby ? Avez-vous déjà vu les matchs des Blacks ?

Les Highlanders prennent l’avantage au score sur deux pénalités de Sopoaga, le meilleur marqueur de la saison régulière. De son côté, Barrett rate ses tirs (0/3 en première mi-temps), dont celui de la transformation de l’essai de Ma’a Nonu (5-6), qui conclut une longue période de domination devant la ligne adverse. Mais juste à la sirène, le troisième ligne des Highlanders Elliott Dixon plante un essai assassin (enfin en enfonçant la défense adverse) : 13-5 à  la pause pour les visiteurs.

Si Barrett réduit le score dès le début de la deuxième mi-temps, les Highlanders font très mal lorsque Naholo inscrit le deuxième essai à la 48è minute : 18-8. Les Hurricanes avaient largement dominé en possession la première mi-temps, sans concrétiser. Ils reculent peu à peu mais ils obtiennent des pénalités que Barrett arrive enfin à conclure (14-18). Entre les deux buts, Savea rate l’essai de l’égalisation. Mais la fin de match est favorable aux Highlanders : la défense des Canes les empêche de marquer mais un drop du remplaçant Banks rétablit 7 points d’avance à 3 minutes de la fin.

Aargh !!! J'ai gagné ! Le chroniqueur ne va plus pouvoir se foutre de ma pomme ! Mais comment ça je viens d'être recruté par Bayonne ? J'ai pas mérité ça !!!


Finalement, la victoire des Highlanders tient à plusieurs facteurs : un peu plus de réalisme, une grosse défense, une meilleure efficacité des buteurs et une énorme cohésion, notamment de la troisième ligne. Pour les Hurricanes c’est une deuxième finale perdue et pour le tandem Nonu/Smith, qui va encaisser des sous en France, c’est une sortie un peu triste.

Les Highlanders sont devenus la 5è équipe à gagner la finale à l’extérieur pour 20 éditions. C’est aussi la deuxième équipe à gagner un titre sans avoir terminé à une des deux premières places de la saison régulière (En 1999, les Crusaders avaient gagné chez ces Highlanders). Mais leur performance est juste énorme en playoffs : battre les Chiefs (double champions 2012 et 2013), les Waratahs chez eux (champions 2014) et les Hurricanes (meilleure équipe de la saison régulière), c'est tout sauf rien !

Enfin, cette 20è édition du Super rugby est la dernière de la formule qui avait été lancée lors de l’expansion à 15 équipes en 2011. Une équipe sud-africaine (les Kings), une argentine et une japonaise, dont on ne connaît pas encore les noms, rejoindront la compétition la saison prochaine. Mais on aura le temps d’en parler.
Au match des pronostiqueurs, Gin Tonic l’emporte par -2 à –3 ! Sa victoire finale est sans appel malgré ce recul : 229 points contre 211 pour moi.

Ailleurs ? Ben c’est le début du championnat de musculation du rugby français. Muscu, muscu et muscu. Pas de jeu mais bon, on s’y habitue.


Dans le baseball, les Indians ont connu une belle séquence : 5 victoires de rang, dont 4 à Tampa Bay. Dommage que la semaine se termine par deux défaites à Pittsburgh (malgré le premier match de la série gagné). Une nouvelle perle émerge dans l’effectif indien : le lanceur Cody Anderson qui, en 3 départs en carrière, n’a donné que 2 points en 22 manches !

8 commentaires:

Gin Tonic a dit…

A la décharge de Savéa, c'est lui qui retourne le joueur des Highlanders sur la ligne d'essai et l'empêche de marquer.

C'est vrai que le parcours des Highlanders en PO est énorme.

Sinon, en parlant muscu, les Ecossais ont fait fort aussi.
Ils sont venu à Mont-Louis faire un stage avec le CNEC (Centre National d'Entrainement Commando). Au programme: stage de survie, nuits dehors sans bouffe, ni tente ni duvet, lachage dans la montagne, etc...
Par contre, interdiction de jouer avec un ballon !

Gin Tonic a dit…

Une victoire - 2 à - 3, ça se fête !
GinTo à volonté !!

Tarswelder a dit…

Pour la finale, on a fait très fort. Il y a eu des semaines assez trash quant aux résultats !

Gin Tonic a dit…

Oui, mais du négatif à négatif, je crois qu'on avait jamais réussi !
On s'en était rapproché, mais 6 ou 7 matchs nous avaient sauvés...

Tarswelder a dit…

On a eu des 3 à 2, des trucs comme ça mais la victoire des Highlanders est une petite surprise.

Gin Tonic a dit…

Pour moi, c'est même une grosse surprise si on excepte leur parcours en PO.
Je voyais vraiment les Canes sans soucis.

Tarswelder a dit…

Les matchs entre équipes d'un même pays peuvent nous réserver des surprises. Pour moi, plus que l'essai manqué de Savea, c'est le manque de réussite au pied en première mi-temps et l'essai encaissé juste avant la sirène, qui coûtent le match.

Gin Tonic a dit…

Surtout les pénalités manquées. Ca doit être dur pour le moral quand tu vois que tu ne concrétises pas tes occasions (surtout qu'elles n'étaient pas particulièrement difficiles). Plus que d'encaisser un essai (même si c'est au mauvais moment).