mardi 3 février 2015

SUPER BOWL XLIX



Le Super Bowl de dimanche est venu mettre un terme au suspense après deux semaines de déclaration tapageuses pour les uns et de polémique gonflante pour les autres. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a été à l’image de la saison qui vient de s’achever. Plein de surprises !







 On dit souvent que « l’attaque fait gagner des matchs, mais c’est la défense qui fait gagner des titres ! » Et bien pour une fois, c’est l’attaque qui a fait gagner le titre. Certes, cette rencontre n’a pas été un feu d’artifice offensif, mais c’est bien à Tom Brady  (37/50, 328yds, 4 td, 2 int) et son escouade que les Patriots doivent leur nouvelle bague. Après un rapide round d’observation,  les Patriots s’engagent dans un enchainement de passes courtes et de courses pour remonter le terrain. Mais arrivé à quelques encablures de la terre promise, Brady a la mauvaise idée d’envoyer le ballon directement dans les mains de Jeremy Lane, qui l’intercepte. Ce dernier n’aura cependant pas l’occasion de fêter son action. Il s’est en effet fracturé le poignet suite à un tacle de Julian Edelman (9 rec, 109yds, 1 td) alors qu’il tentait de remonter le terrain. L’attaque des Seahawks restant muette, Boston récupère la possession en début de second quart temps. New England reprend sa marche en avant et c’est Brandon LaFell qui capte une passe de touchdown de 11 yards pour ouvrir le score. Le match est lancé. C’est le moment que choisi l’attaque de Seattle pour montrer le bout de son nez. Marshawn Lynch (24 courses, 102yds et 1td) enclenche la marche avant et Wilson (12/21, 247yds, 2 td, 1int) dans un fauteuil, complète enfin une passe. Après la première réception en carrière de Chris Matthews (4rec, 109yds et 1 td), « the beast mode » termine le travail et égalise sur une course de 3yds. Il reste un peu plus de deux minutes avant la pause et Brady continue de distribuer. Il mène un rapide drive et sur une passe de 22 yards, il trouve Rob Gronkowski dans la end zone. Avec 30 secondes à jouer, on se dit que Les Patriots vont rentrer aux vestiaires avec une petite avance. Sauf que le match s’emballe et en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, Chris Matthews égalise pour Seattle juste avant la pause. Typiquement le genre d’action qui fait mal. Au retour des vestiaires, Seattle appuie l’accélérateur et Chris Matthews (encore lui) capte une passe de 45yds. Mais les Patriots tiennent sur une 3e et 1 yard obligeant Steven Hauschka à marquer un field goal de 27 yards pour mettre son équipe devant pour la première fois du match. Sur le drive suivant, Bobby Wagner surgit pour intercepter une passe lancée vers Rob Gronkowski. Seattle est en terrain adverse et continue d’appuyer là où ça fait mal. Wilson profite du manque de pass rush adverse pour aller chercher des yards au sol, et Marshawn Lynch met les Pats au supplice. Sur une passe de trois yards, Doug Baldwin inscrit le touchdown du break. Les Patriots entament le dernier quart temps avec un passif de 10 points et jusqu’à présent, aucune équipe n’a réussi à remonter un tel passif à ce moment-là du match pendant le Big Game. Mais aucune équipe n’avait dans ses rangs un capitaine comeback de la trempe de Tom Brady. Ne pouvant compter sur le jeu au sol (seulement 57yds de gagné), il s’appuie sur le talent de Julian « Minitron »  Edelman pour faire avancer son attaque. Finalement, c’est Danny Amendola qui boucle le drive avec une réception de 4 yards pour le touchdown qui ramène les Patriots à un coup de fusil des oiseaux. Après un nouveau stop, Brady montre pourquoi il a la réputation qui est la sienne. Pendant quatre minutes, il enchaine les passes et fini par trouver Edelman pour le touchdown qui remet New England devant. Il reste deux minutes. Après ce qui s’est passé en fin de première mi-temps, on se dit que les hommes de Belichick ne vont pas refaire deux fois la même erreure. Mais la divine providence s’en mêle. Après avoir trouvé Marshawn Lynch pour une reception de 31yds, Russel Wilson cale un peu. En désespoir de cause, il lance une passe en profondeur en direction de Jermaine Kearse qui signe une réception folle de 33 yards . Le coup semble dur à encaisser pour Boston qui se retrouve dos au mur. Avec 4 tentatives et 5 yards à parcourir, beast mode est tout désigné pour donner l’avantage définitif aux siens et les fans des Patriots sont en train de se demander s’ils vont se les bouffer en salades ou en sauce. Une tentative et 4 yards plus loin, je me demande où je vais bien pouvoir planquer le restant de vaisselle. Pete Carroll et son coordinateur offensif Darrell Bevell ont alors une idée de génie. « Et si on demandait de lancer le ballon à Russel? » Sûr de leur fait, ils confient donc à un joueur qui est à la rue depuis le début du 4ème quart temps le destin de la rencontre. Ce dernier montre alors tout l’étendue de son talent ! Alors qu’un boulevard menant à la end zone s’est ouvert devant lui et que Marshawn Lynch est complètement démarqué sur sa gauche, il choisit la plus mauvaise option et envoie la balle en direction de Ricardo Lockette alors que ce dernier est marqué par deux joueurs. Malcolm Butler profite de l’aubaine, il passe devant le receveur et réalise l'action la plus importante de sa jeune carrière. Derrière, les esprits s’échauffent. La LOB qui à longueur d’interview avait passé son temps à fanfaronner,  sort la boite à gifles. Il y aurait eu des manières plus élégantes de céder leur titre.
Ça valait le coup de rester devant le match rien que pour voir cette tête !

Avec un quatrième titre, Tom Brady égale Joe Montana et Terry Bradshaw au palmarès des quarterbacks les plus titrés. En lançant le touchdown de la victoire à Julian Edelman, il dépasse Joe Montana au nombre de touchdowns lancés au Super Bowl, faisant grimper son compteur à 13. Il rejoint également l’ancien passeur des 49ers au nombre de titres de MVP du Big Game avec trois. En complétant 37 de ses 50 passes, il a également établi un record de passes réussies lors d’un Super Bowl. De quoi le faire rentrer un peu plus dans l’histoire.


Le championnat des pronostiqueurs :
Mini-moi qui avait toutes les armes pour réaliser le grand chelem lors de ces playoffs paie chèrement sa trahison au drapeau.  Cependant, l’avance acquise lors des tours précédents lui permet de remporter tranquillement le championnat au nez et à la barbe du PN. En deuxième position, nous retrouvons Elfes qui bénéficie de la victoire des Patriots sur les déplumés pour garder les points inscrits il y a deux semaines. En troisième position, on retrouve le président sorti qui après s’être fait mal d’avoir misé sur les mauvais oiseaux doit se les bouffer de se faire devancer par un mini keum et un nain de jardin aux oreilles pointues. En quatrième position on retrouve le trésorier à égalité avec moi-même malgré mon handicap de la semaine 17. Enfin en cinquième position, Sofy termine la saison en beauté puisque c’est elle qui remporte le bonus de dix points pour avoir trouvé le score le plus proche (ouf la vaisselle est sauve). Même si je reconnais qu’officiellement je termine derrière le président, je sais qu’officieusement je le devance puisque je ne termine qu’à un point derrière lui. N’ayant pas eu le loisir de poster mes pronos de la semaine 17, je termine donc avec un meilleur ratio que lui. Il peut donc fanfaronner tant qu’il veut et même troller mes articles ou me menacer de sanctions étoilées, je sais que ma stratégie a fonctionnée.

1/ Mini-Moi: 600 points
2/ Elfe: 500 (les Patriots ayant gagnés, il garde son bonus)
3/ Tarsweldre: 252
4/ Gin Tonic et Aloïs: 251
5/ Sofy: 186



Juste pour le plaisir: 


10 commentaires:

Gin Tonic a dit…

La dernière action des Seahawks restera longtemps inexplicable !

Finalement, ça a été vachement serré pour les pronos.

Tarswelder a dit…

Je gagne d'un point, les autres ont été déclassés malgré la mention à Elfe !

La commission de discipline va se réunir !

Elfe a dit…

Salut à tous.

Je n'ai pas pu voir le match en direct alors je l'ai enregistré et regardé en accéléré ce matin avant d'aller au boulot. Réussir à tenir tout lundi sans aller voir le score je me suis fait violence.

Evidemment je suis super heureux du résultat final.
Je pensais le match gagné après le 4è TD mais les deux réceptions des Seahawks m'ont fait penser à un ultime retournement de situation comme en 2007 et 2011 lorsque les Giants marquent à chaque fois dans la dernière minute.
On s'en sort super bien sur ce coup mais cela relativise un peu mes tristesses passées.

Moi même je n'aurais pas parié sur les Patriots en début de saison.
Cette victoire sera à mon avis la dernière du duo Belichik - Brady. Si je me trompe tant mieux mais ce qu'ils ont fait en 15 ans est vraiment exceptionnel

Un petit mot sur le MVP. Personnellement je l'aurais donné à Edelman que j'ai vraiment trouvé sensationnel durant tout le match. Comme à l'accoutumée il va au QB mais Brady lance quand même 2 interceptions. A mon sens ses 4 TD ne comblent pas ces 2 INT.

J'espère pourvoir faire le concours de Super Rugby mais je ne garantis rien.

Elfe a dit…

Alois est ce que je peux te piquer les photos que tu as faites pour illustrer cet article ?

Aloïs 06 a dit…

Pour le titre de MVP, même si Edelman l'aurait également mérité, je trouve que ce n'est pas volé pour Brady. Faire la perf qu'il a fait face à une très bonne défense sans bénéficier d'un jeu au sol solide, même si je l'aime pas trop, je lui tire mon chapeau. Et ce malgré ses deux interceptions.
Pour ce qui est du classement des pronostiqueurs, le PN devrait faire comme moi et accepter sa défaite. De toute façon, je sais que j'ai gagné !

Aloïs 06 a dit…

Tu peux je les ai piqué sur le net (sauf la dernière c'est une capture d'écran)

Aloïs 06 a dit…

En ce qui concerne la dernière action, si sur le coup je n'ai pas vraiment compris, avec du recule, elle me semble assez logique. Sur ce coup, c'est Wilson qui se fait dessus. Il avait plusieurs options et il a choisi la plus mauvaise.

Elfe a dit…

Merci pour les photos ;)

Brady il a été très bon mais je ne l'ai pas trouvé serein. J'avais peur qu'il fasse une boulette lorsque la DL des Seahawks mettait la pression.

Edelman il a fait de sacrés gains et n'a pas ménagé se efforts pour aller chercher des yards supplémentaires après le premier contact.
Je ne connais pas ses stats mais il me semble qu'il a souvent évité de périlleuses 3è tentatives en allant gagner le first down sur les secondes.

Gin Tonic a dit…

Heureusement pour les Patriots, les Seahawks ne sont pas les Giants !

Aloïs 06 a dit…

Edelman a fait 9 réceptions pour 109 yards. Il a surtout été trouvé dans le slot, là où se trouve le point faible de la défense des martins pêcheurs. Rodgers avait déjà visé (pas assez à mon goût)cette zone en finale NFC. Il a sorti les bon jeux au bon momment je te l'accorde, mais je trouve que la perf de Brady qui a parfaitement décrypté la défense des piafs tout en gérant à la perfection le chrono sans l'aide d'un jeu au sol performant contre une très très bonne défense est tout simplement exceptionnel.