dimanche 2 février 2014

Chevaux sauvages contre les Aigles des mers. Un Super Bol 48 à New York

C'est historique : un Super Bowl à New York et d'ailleurs un Super Bowl qui aurait pu se jouer sous la neige (ce qui n'aura pas lieu apparemment) mais qui devrait se jouer autour de 0°C. Bref, une édition inédite dans la grosse pomme qui pourrait bien changer la donne dans l'attribution des villes qui accueillent l'événement sportif annuel le plus suivi au monde. Bon, Green Bay a quand même encore des chances infinitésimales.



Le match ultime oppose les Broncos de Denver aux Seahawks de Seattle. Cette affiche n'est pas une surprise car les deux formations faisaient partie des favorites avant la saison



Historique.

Je ne ferai pas un historique du Super Bowl car je l'ai fait avant : je vous renvoie à l'article consacré (auquel vous ajouterez la victoire des Ravens). Cherchez dans les archives.


C'est la troisième fois depuis vingt ans que les représentants des deux conférences sont classées numéro une après la saison régulière. La fois précédente remonte à 2010 (Saints vs Colts) et avant les Cowboys et les Bills en 1994.

Les Broncos de Denver disputent leur 7è Super Bowl. Ils ont gagné deux fois et perdu quatre fois. Les quatre défaites remontent à longtemps : en 1978 (10-27 contre les Cowboys), 1987 (20-39 contre les Giants), 1988 (10-42 contre les Redskins) et 1990 (10-55 contre les 49ers, plus large débâcle de l'histoire du Super Bowl). Longtemps, les Broncos de John Elway ont porté cette réputation de loser, comme les Bills, mais ils ont pris leur revanche par deux victoires consécutives sur les Packers en 1998 (31-24) et les Falcons l'année suivante (34-19) ; après cette dernière, Elway a décidé de se retirer.

Quant aux Seahawks, ils n'ont disputé qu'un seul Superbowl en février 2006, battus 10-21 par les Steelers (avec un TD très très très contestable de Pittsburgh).

La saison 2013.

Comme je l'ai écrit, les deux équipes ont terminé en tête de leur conférence et ont affiché le même bilan (13-3). En playoffs, les Broncos ont écarté les Chargers (24-17) et les Patriots (26-16) ; les Seahawks ont battu les Saints (23-15) et les 49ers (23-17).

Rapports de force.

La particularité de ce Super Bowl est aussi d'opposer la meilleure attaque de la NFL à la meilleure défense. Les Seahawks n'ont donné que 231 points en 16 rencontres (moins de 15 points par match) et les Broncos ont inscrit 606 unités (soit près de 39 points par match). La clé du match devrait résider dans la confrontation entre l'attaque du MVP Peyton Manning et la défense menée par le fou furieux Richard Sherman.

Mais il y a d'autres facteurs qui, selon moi, feront basculer le match :

- La capacité des Broncos à stopper Marshawn Lynch. Enorme en playoffs, Lynch a une énorme capacité : il résiste aux plaquages et il gagne l'essentiel de ses courses en les cassant. Si les Broncos arrivent à s'accrocher à Lynch, ils vont limiter le jeu au sol des Seahawks.

- Russell Wilson. Il va disputer son premier Super Bowl et jusque-là, il n'a jamais montré de faiblesse psychologique dans l'approche d'une grande échéance. Face au vétéran Manning, pas un grand gagneur en playoffs mais qui semble serein, en sera-t-il autant ? On a aussi deux générations de QB : le passeur classique, qui reste encore le style le plus efficace pour aller loin, contre un passeur plus athlétique, doté d'une belle vision du jeu mais qui a encore une marge de progression importante, s'il arrive à avoir de bonnes cibles. Comme on a pu le voir l'année dernière, c'est le classicisme qui fait souvent la différence.

- Sortir Manning du terrain. Pas forcément en le détruisant mais en limitant son temps de jeu. Manning sait bien gérer les drives et il risque d'épuiser la défense de Seattle, aussi forte qu'elle soit.

- Le jeu de passe des deux équipes. Jamais les Seahawks n'ont eu autant de menaces aériennes à couvrir. Malgré leur exceptionnelle couverture défensive, leur tâche sera difficile, surtout qu'ils ont à faire à un passeur qui se sépare rapidement du ballon. Tout miser sur le sack n'est pas la meilleure option. Par contre, les Broncos n'ont pas eu à affronter une défense aussi bonne contre la passe. Les receveurs vont devoir se démarquer rapidement. De l'autre côté, la défense aérienne des Broncos n'est pas énorme, même si elle a résisté à Rivers et à Brady. Mais le groupe de receveurs des Seahawks n'est pas le plus réputé, surtout si Percy Harvin est limité par le nombre de présences. Ceci dit, les longs jeux peuvent faire mal à l'arrière-garde coloradienne.

- Être réaliste. Tout peut se jouer sur un FG ou l'efficacité dans la red zone. Les Broncos ont Matt Prater, qui a réussi un énorme coup de tatane cette saison et sa puissance peut aider Denver. D'autre part, il s'agira de marquer des points quand on le peut. Les pénalités pourraient faire la différence.

- Lancer et lancer. Si les Broncos sont devant, Manning va manger le chronomètre comme il faut et Wilson sera peut-être obligé de lancer plus souvent qu'il ne fait normalement : le QB de Seattle lance en moyenne 25 passes par match (pour 16 complétées) alors que Manning a établi des records pour les passes tentées, complétées, les yards gagnées et les TD lancés (28 passes complétées sur 42 lancées par match). C'est là où la défense contre Lynch me semble cruciale pour les Broncos : si Wilson doit lancer 30 ou 40 passes, je pense qu'il sera en difficulté. Par contre, limiter les passes de Manning sera la clé du succès des Seahawks.

-Eviter les trous d'air. Les Seahawks ont connu de gros moments et des trous d'air dans leur efficacité offensive lors des deux matchs de playoffs. Une plus grande constance est nécessaire alors que les Broncos n'ont dégagé qu'une fois en deux rencontres, pour une interception et 10 marques réalisées (5 TD et 5 FG). Les Seahawks ont marqué 10 fois aussi (4 TD et 6 FG) et punté 8 fois.

- La superstition. Il y a deux ans, Eli Manning gagnait le Super Bowl avec les Giants, contre les Patriots, à Indianapolis, dans le stade de son frère Peyton. Cette fois, c'est Peyton qui joue dans le stade de son frère, qui a brillé par ses lancers de crêpe dignes de Pizzarszcewski (bien qu'il ait fait une passe décisive victorieuse hier contre les Angliches, après avoir initié la relance de l'attaque qui a amené l'essai).



En gros, rien n'est vraiment certain. Les Seahawks vivent de leur formidable défense, qui crée les revirements et annihile les chances adverses. Les Broncos, eux, vivent de leur capacité à gérer les phases offensives par Peyton Manning. Leur défense a fait un bon boulot alors que l'attaque des Seahawks, sans être géniale, a fait le boulot quand il le faut.

On a donc une belle confrontation de style.

Le match commence à 0h25. Bon match à tous.

Si vous êtes sympa, je vous raconterai comment on rate un champion du monde en deux coups.

10 commentaires:

Aloïs 06 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Aloïs 06 a dit…

Comme je suis de bonne nature aujourd'hui, je te laisse chercher où tu as fais une erreur !
Sinon pour moi ce soir ce sera les Broncos !

Tarswelder a dit…

J'aime bien les mecs qui n'écrivent jamais rien et qui se permettent de critiquer. Ça me fait penser à certains.

J'ai déjà dit les Broncos.

J'ai dit deux fois les Broncos pour ne pas froisser les fans des Patriots.

Aloïs 06 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sofy Chesneau a dit…

Pour moi ça sera TREASURE ! ah non, ça c'est Bruno Mars à la mi-temps !
Je vais faire confiance aux SEAHAWKS comme ça le Président Normal ne pourra pas dire que je suis influencé par mon homme !

Gin Tonic a dit…

Normalement, j'aurais misé sur les Broncos.

Mais, pour continuer une belle histoire commencée avec les Giants, et maintenir le suspense pour le championnat des pronostiqueurs, je vais miser sur les Seahawks.

Aloïs 06 a dit…

En temps "normal" Mr le président, je me poserais des questions en ce qui concerne les pronostiques commun entre ma femme et le trésorier. Mais là je les ais tous les deux sous la main, va juste falloir faire attention aux excès de VUF !

Aloïs 06 a dit…

Au fait "NORMAL" c'est pas moi qui ais trouvé l'erreur ! Pour toute réclamations, adressez vous à l'amant de ma femme !

Tarswelder a dit…

En plus tu as revendiqué une remarque sans en attribuer automatiquement la paternité à son auteur.

Ça sent la pénalité pour interférence de remarque.

Tarswelder a dit…

Je confirme mes propos en écoutant Bruno Mars. Sofy aime, elle fait donc tout à l'envers de ce qui est la normalité.

Ça a marché une fois mais pas tout le temps.