dimanche 6 octobre 2013

Grand chelem pour les Blacks

La deuxième édition du Rugby championship a fini comme la première, par un grand chelem des All Blacks. Les champions du monde sont bien sur une autre planète.






Afrique du Sud : 27  Nouvelle-Zélande : 38

Le meilleur match international de la saison. Les Sud-Africains ont tenu le coup pendant une heure et ils ont même fait mieux que ça en menant au score et en étant même en mesure de réussir l'improbable exploit : gagner le rugby championship. Pour cela, il fallait remporter une victoire bonifiée sans donner de point de bonus aux Néo-Zélandais.

Ce match a été d'une intensité énorme, au point d'user l'arbitre, M. Owens, qui a souffert de crampes à 10 minutes de la fin. Un match aussi où les Boks n'ont pas fait que du boeuf sudaf, à savoir rentrer dans le lard et taper en l'air. Non, ils ont joué, plutôt pas mal d'ailleurs mais ils ont aussi été très défaillants dans les placages, donnant l'occasion aux Blacks d'inscrire quelques superbes essais.

L'homme du début de match est Bryan Habana. Le Toulonnais inscrit deux essais en deux minutes, dont le deuxième suite à une passe limite en avant, suivie d'un astucieux coup de pied à suivre. Mais sur la relance, il se blesse à la cuisse et sort. On peut entendre pester un certain Mourab B. de Toulon.

Les Boks ont mené alors 15-7 (avec encore un essai de Ben Smith) à la 20è mais les Néo-Zélandais ne laissent pas les occasions passer, comme les Boks ont souvent fait contre une terrible défense. Messam inscrit le premier de ses deux essais (gros doute quand même sur la vidéo car j'ai le sentiment qu'il lâche le ballon juste avant d'aplatir mais dans l'action je l'aurai donné). Il inscrit le seconde à la sirène en concluant une relance magnifiquement jouée. Les Blacks ont relevé le défi et ils ne sont pas allés à J'Burg pour remporter un tournoi comme un épicier (ou une équipe du Patop 14 si vous préférez, surtout si vos coachs sont Labit et Travers). Ils mènent 21-15 à la pause.

Mais les Boks repartent et marquent deux essais pour mener 27-24. Il y a d'excellents trois-quarts en vert : hormis Jean De Villiers, le capitaine, Willie Le Roux a encore une fois crevé l'écran. Toutefois, l'embellie ne dure pas longtemps. Sur une nouvelle attaque néo-zélandais, la défense au large sud-africaine craque et les Blacks s'assurent déjà de la victoire dans le tournoi grâce à Beauden Barrrett et Kieran Read, pour moi le meilleur joueur du monde, conclue un mouvement de contre-attaque alors que les Blacks sont réduits à 14.

Le score final de 38-27 donne deux points de bonus offensif aux deux équipes et le grand chelem aux Blacks, même si les Boks auraient mérité mieux. En tout cas, Heynecke Meyer a fait évoluer son équipe dans le bon sens en donnant enfin une variété plus riche au jeu des Sud-Africains.


Argentine : 17 Australie : 54

Vu le match aller (gagné 14-13 par les Wallabies) et l'état de l'équipe australienne, les Argentins avaient une bonne chance de remporter leur premier match dans l'histoire du 'Championship'. Las, ils ont été pulvérisés par des Australiens qu'on n'avait pas vu aussi bons depuis l'année dernière.

En vedette, la nouvelle star Israel Folau, qui réussit un triplé et qui marque le premier essai dès la 2è minute. Le match bascule à la 30è quand les Argentins sont réduits à 14 sur un carton jaune. Les Wallabies marquent deux essais coup sur coup (25-3) et tuent le suspens même si Bosch marque un essai pour réduire l'écart (10-25) à la mi-temps.

En deuxième période, l'oeuvre de destruction par les Wallabies s'est poursuivie à Rosario : Folau inscrit encore un essai d'entrée et les Australiens en marquent 7 au total contre deux aux Argentins. Rien à dire. Les Sud-Américains sont encore loin du niveau. Il faut absolument une franchise argentine dans le Super rugby et il faut mettre fin à cette situation aberrante qui fait des joueurs albicélestes des victimes du calendrier opposé des hémisphères.


Classement final

1.Nouvelle-Zélande 28 points

2. Afrique du Sud 19

3. Australie 9

4. Argentine 2

La hiérarchie a donc été respectée. La Nouvelle-Zélande peut aussi se dire qu'elle ne dépend plus de Daniel Carter car Cruden et Barrett ont bien assuré la place à l'ouverture. Si Ben Smith a fait admirer ses talents de finisseur (7 essais), je donnerai le trophée de meilleur joueur à Kieran Read. Le capitaine des Blacks est juste le patron de l'équipe, qui est présent dans tous les secteurs du jeu. Mc Caw aussi, même s'il était là samedi, connaît déjà son successeur.

Ce tournoi a aussi vu le retour d'une certaine conception offensive du rugby : beaucoup d'essais ont été inscrits même s'ils étaient surtout le fait de contres (mais c'est encore la meilleure situation pour marquer), on a aussi vu beaucoup d'intentions positives et moins de ce jeu si pénible qu'on a vu dominer en 2007 et en 2011, à savoir la chandelle en l'air pour espérer récupérer le ballon.

La Nouvelle-Zélande est largement au-dessus de tout le monde, mais ça on n'apprend rien. L'Afrique du Sud a montré de belles choses mais elle doit être plus réaliste, plus constante dans son jeu. L'Australie est en pleine reconstruction mais les victoires contre l'Argentine pourraient bien redonner le moral et remettre les Wallabies sur la bonne marche avant la tournée de novembre. Enfin l'Argentine n'avance pas mais c'est le lot des équipes qui n'ont pas l'habitude de jouer autant de matchs à ce niveau. Il faudra, si tout va bien, une bonne décennie aux Pumas pour s'élever régulièrement au niveau des autres.

3 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Superbe match entre les Boks et les Blacks.

J'ai pas pu voir l'autre match.

Je dois pas être loin du tout juste dans mes pronos d'avant tournoi.

C'est vrai qu'on a eu un rugby très offensif. Sur le dernier match, les Boks ont prouvé qu'ils savaient faire autre chose que les bourrins.

Read est énorme. Jérome Kaino qui veut rentrer en Nouvelle-Zélande pour disputer la prochaine coupe du monde va avoir du mal à avoir du temps de jeu...

Les Argentins vont avoir du mal.
Au dela du manque d'habitude d'enchainer les matchs de haut niveau, va falloir qu'ils continuent à sortir des joueurs de haut niveau. En tout cas au niveau de la génération qui arrive en fin de carrière.

Sinon, sur la planète rugby, ben, les Blacks, what else...

Tarswelder a dit…

T'as tout juste. Evidemment, les Giants ne disputaient pas le tournoi.

L'avenir de l'Argentine passera par l'expansion du Super rugby.

Gin Tonic a dit…

C'est vrai que ça aide....