dimanche 20 octobre 2013

Comme on se retrouve... c'était en 2004.

Depuis cette nuit, l'affiche de la Série mondiale 2013 est connue : elle oppose les Red Sox de Boston aux Cardinals de Saint-Louis. Ce n'est pas une affiche inédite : en effet, les deux formations s'étaient affrontées en 2004 et en balayant la série, les Red Sox avaient mis fin à la malédiction du Bambino (86 ans sans titre).




Retour sur les playoffs.

Avant de parler de cette ultime série de la saison, je vous propose de revenir rapidement sur les trois précédentes semaines. Elles avaient commencé par un premier tour entre les wild-card fatal à l'Ohio. Les Pirates de Pittsburgh étaient revenus en séries après 21 ans d'absence et autant d'années sans enregistrer plus de 50% de gains. Ils éliminent les Reds de Cincinnati -qu'ils avaient joué lors du précédent week-end-6-2, grâce à deux circuits de Russell Martin. Le lendemain, dans la ligue américaine, les Indiens de Cleveland subissaient la loi des Rays de Tampa Bay -qui venaient d'éliminer les Rangers du Texas dans un match de barrage pour déterminer la deuxième wild-card- par 4 à 0. Une fin en queue de poisson pour les Indiens contre une équipe qui était en mission.

Séries de division.

L'an passé, le format des séries de division avait été le 2-3 (2 matchs chez l'équipe la moins bien classée, 3 chez la mieux classée) en raison de l'adoption tardive de l'ajout d'une cinquième équipe qualifiée. Cette année, on a eu le temps de faire le calendrier et le format 2-2-1 a été utilisé à nouveau.

Dans la ligue nationale, les Braves d'Atlanta et les Dodgers de Los Angeles s'affrontaient. Les premiers ont dominé leur division dès le début de la saison tandis que les Dodgers ont fini avec 92 victoires et 11 matchs d'avance sur le second alors qu'ils étaient à un moment donné  40-52 et 12 matchs derrière la tête !
La victoire des Dodgers au match inaugural à Atlanta (6-1) a fait la différence : malgré l'égalisation des Braves (4-3), les Angelinos ont éliminé les Géorgiens par deux succès à domicile (13-6 et 4-3). Atlanta n'a plus gagné une série éliminatoire depuis 2001.

L'autre duel oppose les Cardinals de Saint-Louis aux Pirates de Pittsburgh. Ces deux équipes sont habituées à s'affronter puisqu'elles évoluent dans la même division. Autant dire qu'on s'attend à un duel serré et il l'a été : à la large victoire initiale des Cards (9-1) a répondu un même large succès des Pirates (7-1) et un deuxième succès (5-3) qui les mettait devant. Cependant, le circuit de Matt Holliday donne la victoire aux Cards dans le match 4 (2-1) et les Saint-Louisiens dominent le match 5 (6-1) pour disputer une troisième finale de ligue consécutive.


Dans la ligue américaine, les Red Sox de Boston ont dominé les Rays, visiblement épuisés physiquement et psychologiquement par les voyages (ils ont fait Toronto, Dallas, Cleveland, Boston en une semaine et demie et 7 matchs). Le premier match est un carton : 12-2 où tous les frappeurs bostoniens ont frappé au moins un coup sûr et ont marqué un point. Dans le deuxième match, David "Big Papi" Ortiz claque deux bombes  et donne une nette victoire par 7 à 4. Les Rays y ont cru après leur victoire dans le match 3 (5-4), après un HR du remplaçant José Lobaton en 9è manche ; mais ils craquent en fin de match 4 et perdent (3-1) soit le score de la série.

L'autre série est une reprise de l'an passé : les A's d'Oakland et les Tigers de Detroit s'étaient expliqués au bout d'un cinquième match et cette année, il s'est produit la même situation. Les Tigers gagnent le match 1 (3-2) et les Athletics les deux suivants (1-0 et 6-3). Ce sont les anciens indiens qui renversent le match 4 pour Detroit : Jhonny Peralta, de retour de suspension pour dopage, claque un HR de 3 points pour égaliser à 3-3 ; Victor Martinez frappe la longue balle en 7è et crée l'égalité à 4-4. Il enfonce la porte à une séquence où les Tigers marquent 5 points dans les manches 7 et 8 et ils s'imposent 8-6. Enfin dans le match 5, Justin Verlander était l'homme de la situation. Le Cy Young et MVP 2011 bouffe les A's (2 coups sûrs en 8 manches) et il aide les Tigers à éliminer encore une fois Oakland par ce gain 3 à 0 dans le match décisif.


Finale de ligues.



La série de la ligue nationale oppose les Cardinals de Saint-Louis aux Dodgers. Comme je l'ai écrit plus haut, les Cards en sont à une troisième finale consécutive : celle de 2011 avait été gagnée contre les Brewers de Milwaukee 4-2 et en 2012, ils ont laissé échappé une avance de 3-1 contre les Giants de San Francisco pour encaisser un terrible 1-20 sur les trois derniers matchs et se retrouver éliminés au 7è match. De quoi rappeler la déroute des Indians en 2007.

Quant aux Dodgers, ils disputent leur première série de ligue depuis 2009 et leur défaite en 6 matchs contre les Phillies de Philadelphie.

Depuis l'instauration de la série de championnat de ligue en 1969, jamais les Cardinals et les Dodgers se sont affrontés à ce stade de la compétition mais les deux équipes s'étaient retrouvées par deux fois en série de division : en 2004, les Cards l'avaient emporté 3-1 et en 2009, les Dodgers balayaient les Cardinals.

Le match 1 est déjà le tournant de la série. En effet, les Cardinals ont réussi à dominer les deux super lanceurs des Dodgers (3-1 contre la paire Kershaw-Greinke). Cependant le premier épisode s'est joué en treizième manche : auteur d'un double égalisateur en 3è manche, Carlos Beltran frappe un simple gagnant et donne la victoire 3 à 2 aux Cards.

Le lendemain, le rookie Michael Wacha -déjà énorme au match 4 de la série précédente- gagne son duel contre Kershaw ; Saint-Louis inscrit l'unique point du match en cinquième manche.

A Los Angeles, les Dodgers dominent les frappeurs des Cardinals : 2 points en 4è et un autre en 8è suffisent à battre les visiteurs (3-0) et à revenir à 1-2. Mais le match 4 fait le break pour Saint-Louis : des HR d'Holliday et du remplaçant Robinson contribuent à donner la victoire 4 à 2. Comme l'an passé, les Cards mènent 3 victoires à 1. La leçon de l'an passé, où l'attaque avait séché et les lanceurs avaient craqué, a-t-elle été retenue ? Mike Matheny, le manager, a-t-il trouvé la solution ?

Non dans un premier temps, enfin pas tout à fait. Dans le dernier match de la série à Los Angeles (les séries en 7 matchs se jouent en format 2-3-2), les Dodgers gagnent à coup de circuits (dont deux pour Adrian Gonzalez) et ils peuvent encore y croire par un succès 6 à 4. Il faut que Clayton Kershaw, très sérieux candidat pour décrocher le Cy Young cette année, soit meilleur que le rookie Wacha, qui l'avait battu dans le match 2.

Mais voilà, ce n'est pas le cas : Kershaw dispute le plus court et le plus mauvais match de sa saison dans la 6è manche. Il est assommé par les 5 points des Cards dans la troisième manche et il quitte après avoir laissé 3 coureurs en cinquième manche. Le dernier match est une boucherie pour les Cardinals qui gagnent 9-0 et qui remportent la série par 4 victoires à 2.



La série du championnat de la ligue américaine oppose deux des meilleurs formations de la dernière décennie : les Red Sox de Boston et les Tigers de Detroit. Comme les Cardinals, les Tigers en sont à une troisième présence consécutive en finale de ligue -victorieux en 2012 et battus en 2011-. Les Red Sox n'étaient pas revenus en finale depuis 2007, année de leur dernière série mondiale gagnée. C'est une première en série pour ces deux formations historiques, qui ne s'étaient jamais affrontées en après-saison.

Dans le match 1, les lanceurs des Tigers limitent les Red Sox à un coup sûr, en neuvième manche. L'attaque ne produit qu'un point mais ça suffit pour rafler la première manche. Boston est d'ailleurs au bord du précipice dans le match 2, qui est pourtant encore joué à domicile : une sixième manche horrible de quatre points donne une avance de 5-0 à Detroit. Les Sox marquent un point dans la même manche (1-5) contre un Max Scherzer ultra-dominateur. C'est la relève des Tigers, le point faible de l'équipe cette saison, qui donne le match à Boston : quatre lanceurs sont employés dans la 8è manche où David Ortiz frappe un grand chelem pour égaliser à 5-5. En 9è, un simple de Saltalamacchia donne la victoire à Boston. Le coup est rude pour Detroit, qui aurait pu mener 2-0 dans cette série.

Dans le match 3, le duel des lanceurs (Verlander contre Lackey) est débloqué par un circuit de Mike Napoli en 7è manche. La relève des Sox ne lâche pas le maigre point acquis et Boston reprend l'avantage du terrain 2-1. Le match 4 est d'une toute autre physionomie comme c'est souvent le cas : l'attaque des Tigers se réveille contre Jake Peavy, qui donne 7 points en quatre manches. Le retour des Sox en fin de match est insuffisant : les Tigers gagnent 7 à 3. Dans le match 5, les Red Sox prennent l'avantage au début : ils marquent 4 fois (3 en manche 2 et 1 en 3ème). Detroit marque 3 points entre les manches 5 et 7 mais encore une fois, la relève des Red Sox résiste à la poussée des Tigers. Boston reprend l'avantage dans cette série (3 victoires à 2) après ce succès 4-3.

Enfin le match 6 a eu lieu cette nuit. Les Red Sox marquent les premiers contre Scherzer (1-0 5è manche). Victor Martinez donne l'avantage aux Tigers en 6è par un simple de deux points (2-1). En septième, Boston remplit les sentiers contre les lanceurs de Detroit. Shane Victorino plante les derniers clous du cercueil lorsqu'il expédie le lancer de Jose Veras par dessus le monstre vert : ce grand chelem assure la victoire 5-2 aux Red Sox, qui retournent en série mondiale.


Présentation de la Série mondiale.



Comme je l'ai dit, ces deux équipes se sont affrontées en 2004. Les Red Sox ont balayé la série en établissant un record de 8 victoires consécutives en playoffs (Ils avaient remonté un retard de 0-3 aux Yankees en finale de ligue avant de battre les Cards). Mais les deux formations s'étaient déjà aussi affrontées avant 2004 : en 1946 et en 1967, la série mondiale a eu la même affiche et à chaque fois, les Cardinals se sont imposés au 7è match. En 1946, les Cards étaient menés 2-3 avant de gagner les deux derniers matchs à domicile (le point victorieux du match 7 est inscrit en 8è manche). En 1967, les Cardinals de Bob Gibson gagnent largement le dernier match (7-2 au 
Fenway Park).


Les deux formations ne se sont pas affrontées cette saison mais on va quand même analyser ce qui me semble les points clés de la série.

"The name of the game is pitching". 

C'est la clé pour gagner au baseball et ce sera encore le cas dans cette série. Cette devise est surtout valable pour les Cardinals qui doivent limiter l'attaque des Red Sox : durant ces séries, les Cardinals ont 0-4 lorsqu'ils donnent 3 points ou plus à leur adversaire, les Red Sox ont 3-2 dans cette même situation. Les Cards sont invaincus lorsqu'ils donnent 0,1 ou 2 points à l'attaque d'en face (7-0) contre 3-1 aux Red Sox. La prestation des lanceurs partants est donc cruciale, notamment pour les Cardinals. Michael Wacha, MVP de la série de la ligue nationale, qui a battu deux fois Clayton Kershaw, est-il le "facteur X" des Cardinals ? L'expérience a ce niveau compte énormément mais on a déjà eu des rookies qui ont brillé à ce niveau et même très récemment.

Si on prend les résultats en fonction des performances offensives, on constate que les deux équipes ont 5 victoires et 2 défaites lorsqu'elle marquent au moins 3 points. Mais si les Red Sox ont 2-2 lorsqu'ils marquent 4 points les Cardinals sont invaincus dans cette situation (4 victoires). Cette statistique est favorable aux Cardinals mais attention, les Cards marquent beaucoup de points en même temps qu'ils en donnent peu, alors que Boston est capable de compenser les difficultés de ses lanceurs par son attaque (voir plus haut).

L'attaque de Boston me paraît plus puissante avec David Ortiz, Mike Napoli comme gros frappeurs. Les Cards ont certes Carlos Beltran ou Matt Holliday mais ils sont un peu moins puissants, mais un peu plus réguliers aussi comme Yadier Molina, le meilleur receveur de la MLB. Reste que c'est une question de chiffres et que les chiffres ne servent pas à grand-chose sur le terrain.

Je prédis une série très serrée où l'avantage des Red Sox de Boston, celui de recevoir le dernier match, pourrait faire la différence. Mais la règle du frappeur désigné ne devrait pas défavoriser les Cardinals car ils ont plusieurs joueurs capables d'occuper le poste de 9ème frappeur comme Allen Craig.

La série commencera mercredi à Boston : les deux premières rencontres se joueront ce jour-là et jeudi prochain. Ensuite, les trois parties suivantes auront lieu à Saint-Louis le week-end prochain (vendredi, samedi et dimanche). Et si nécessaire, à partir du match 5 évidemment, la série se terminera les mercredi et jeudi 30 et 31 octobre. Imaginez un match 7 pour Halloween !


22 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Donc, une victoire des Red Sox en principe.

Tarswelder a dit…

Les Cards sans hésiter pour moi. L'équipe me paraît collectivement plus forte.

Gin Tonic a dit…

Je disais ça par rapport à l'avantage du terrain.

Sinon, j'avoue que je maitrise pas assez pour donner un favori.

Elfe a dit…

J4ai pas lu l'article car trop insipide à mon goût (je rigole je vais le lire demain je bosse pas) mais je vais supporter les Red Sox bien sur.

Aloïs 06 a dit…

Victoire des Giants 4-2 !

Aloïs 06 a dit…

Victoire des Giants 4-2 !

Tarswelder a dit…

Y'a pas de Giants ! Le producteur de VUF est totalement à la ramasse, comme l'étaient les Giants cette saison !

Gin Tonic a dit…

Lol ! Bourré à la VUF !

Elfe a dit…

Victoire 8 à 1 de mes chouchous ... ça c'est fait yes.

Tarswelder a dit…

Match plié à coups de longues balles.

Tarswelder a dit…

Les Cards égalisent en gagnant 4-2.

Elfe a dit…

Arf pas cool ça, ils prennent l'avantage du terrain.

Tarswelder a dit…

L'avantage du terrain n'est pas aussi important qu'en NBA ou en NFL. Pourtant, la règle du DH défavorise moins la ligue nationale que la règle traditionnelle du lanceur qui frappe ne désavantage la ligue américaine.

La série se jouera sur la qualité des lanceurs partants.

Seb a dit…

1er match également plié par les 3 erreurs des Cardinals !
Big Papi une nouvelle fois énorme la nuit dernière, mais deux erreurs coûteuses, surtout celle de Breslow qui envoie un avion en troisième base, Ronsenthal ferme la boutique en 9è (3 strikeout !!), les Cards égalisent la série. RDV samedi pour le match 3 à StLouis.

Seb a dit…

Choix délicat pour le coach des Red Sox avec la règle du DH qui disparaît à St Louis. Laisser Ortiz sur le banc et en pinch hitter en cours de match ? Le faire jouer au premier but, Napoli prend le catch à la place de Saltalamacchia ?

Tarswelder a dit…

Ortiz a joué au premier but cette saison contre les équipes de la nationale (4 matchs) mais je ne crois pas qu'il jouera contre les lanceurs gauchers.

Napoli n'a pas joué en receveur cette saison. Ses stats contre les droitiers ne sont pas grandioses. Et comme les Cards n'ont que des droitiers au monticule, il risque d'écoper.

Tarswelder a dit…

2-1 pour les Cards sur une dernière action qui fera jaser. Mais les Red Sox se sont sabordés sur cette action.

Elfe a dit…

2 victoires partout c'est super serré.

A votre avis après ces 4 premiers matchs qui a le plus de chances de l'emporter ?

Tarswelder a dit…

Au vu des 4 premiers matchs, je dirai Boston, qui a plus de puissance offensive. Même dans les matchs perdus, ils étaient revenus dans le coup avant de flancher.

Elfe a dit…

Allez plus qu'une et c'est gagné.

Tarswelder a dit…

Je ne vois pas les Cards gagner deux matchs à Boston.

Elfe a dit…

Victoire des Red Sox 4-2 ... super !