vendredi 9 août 2013

Biogenesis. La MLB frappe A-Rod et Braun.

Lundi soir, la MLB a annoncé les différentes suspensions à l'encontre des joueurs accusés d'avoir consommé des produits dopants avec l'aide de la clinique Biogenesis. Une première étape a été franchie dans la lutte contre le dopage mais est-elle suffisante ?





Douze joueurs ont été suspendus lundi par la MLB. Ajoutez en un treizième qui purge déjà sa suspension et vous avez les plus grosses sanctions infligées collectivement depuis l'affaire des Black Sox de Chicago en 1919. A l'époque, 8 joueurs dont Joe Shoeless Jackson, ont été bannis à vie pour avoir touché de l'argent pour perdre la série mondiale de 1919 opposant les White Sox aux Reds de Cincinnati.

A l'hiver dernier, un employé de la clinique Biogenesis, située en Floride, dénonce son patron, avec qui il est en conflit, qui fournit des produits dopants à des sportifs professionnels. Rapidement, des noms de joueurs de baseball sont cités, plus d'une vingtaine. Récemment, la NBA évoque des joueurs de sa ligue mais elle se fait assez discrète sur l'affaire.



Ces noms sont pour beaucoup des noms connus mais aussi des joueurs soupçonnés ou déjà sanctionnés pour avoir été dopés. Le premier à écoper est Ryan Braun, le voltigeur des Brewers de Milwaukee. MVP de la ligue nationale en 2011, l'aura de Braun a été écornée quelques jours après par l'annonce d'un contrôle positif à la testostérone, à des taux faramineux. En appel, alors qu'il devait purger une suspension de 50 matchs, il parvient à casser le jugement en trouvant une faille dans le procédé de conditionnement de ses échantillons. Mais Braun, qui a toujours nié se doper, a été finalement pris par la patrouille et il a accepté une suspension de 65 matchs, au lieu des 50 pour un premier contrôle positif. Ce qui veut dire qu'il ne termine pas la saison et qu'il pourra commencer la prochaine, sans conséquence pour son équipe (hors jeu pour les playoffs depuis le début de la saison).

D'autres noms sont tombés et pas des sans grades :
- Nelson Cruz, le frappeur de puissance des Rangers du Texas
- Jhonny Peralta, le joueur d'arrêt-court des Tigers de Detroit
- Everth Cabrera, autre arrêt-court qui vient de disputer le dernier All-Star Game pour l'équipe des Padres de San Diego
- Francisco Cervelli, le receveur des Yankees de New Tork
- Jesus Montero des Mariners de Seattle
- Antonio Bastardo, releveur pour les Phillies de Philadelphie
- Jordany Valdespin, voltigeur des Mets de New York
- Des joueurs qui évoluent principalement dans les ligues mineures cette année mais qui ont joué dans les majeures cette saison ou les précédentes : Sergio Escalona, Fernando Martinez des Astros de Houston, Cesar Puello des Mets de New York, Jordan Norberto qui a évolué aux A's d'Oakland, Faustino de Los Santos, ancien lanceur des Padres de San Diego.

Tous ces joueurs ont reconnu les faits et ont été suspendus pour 50 matchs, ce qui correspond quasiment au reste de la saison régulière. Le coup est dur pour les Rangers, qui perdent leur principal frappeur de circuit et pour Detroit. Mais les Tigers ont réagi avant la suspension en acquérant l'arrêt-court venu de Boston, José Iglesias.

Il reste le cas le plus emblématique et le plus lourd, Alex Rodriguez. Compromis dans l'affaire, A-Rod a été suspendu pour 211 matchs, c'est-à-dire qu'il ne reviendra pas avant le début de la saison 2015. Autant dire une éternité pour le frappeur des Yankees, âgé de 38 ans, qui essaie de revenir d'une opération à la hanche. La situation de Rodriguez, le plus gros salaire du baseball majeur (il a signé en 2007 un contrat de 272 millions de $ sur 10 ans, sans les primes), est particulière : en effet, A-Rod aurait tenté de cacher son implication dans son scandale. La MLB a envisagé de le suspendre à vie mais des questions juridiques l'ont poussé à ne pas aller aussi loin. Elle a pris une décision conséquente en l'écartant du jeu d'ici 2015 mais A-Rod a fait officiellement appel hier.

La sanction à l'égard d'A-Rod marque une étape supplémentaire dans la lutte contre le dopage que mène la MLB :
- Après avoir été trop longtemps laxiste, elle fait de cette lutte un argument publicitaire fort, à l'inverse de ce que fait le cyclisme, qui en fait plus mais qui n'utilise pas ce combat de manière positive ;
- Elle veut alourdir les sanctions mais pour cela, il faut réviser la convention collective qui vient d'être signée. C'est un message envoyé à l'association des joueurs qui est réticente à allonger les sanctions disciplinaires automatiques. La suspension de 211 matchs infligée à A-Rod n'est pas tant liée au dopage qu'aux infractions à l'enquête menée par le baseball majeur ;
- L'importance des sanctions reste quand même dérisoire par rapport aux enjeux. Si la MLB appliquait le code antidopage et une première sanction de 2 ans (qui peut être de 4 en cas de dopage aux produits lourds comme c'est le cas ici), A-Rod perdrait en salaire 54 millions de $. Cela reste quand même une première étape aux Etats-Unis quand on sait que l'Amérique découvre avec une incrédulité naïve la tricherie d'un Texan cycliste, que les contrôles en NBA, en NFL et même en NHL sont dérisoires (même si des sanctions s'appliquent en NFL surtout pour la drogue et les écarts de conduite fréquents).
- Le dopage dans le baseball et dans les sports nord-américains ne relève pas d'un système d'équipes mais plus d'actions individuelles au sein de réseaux. Il faut reconnaître que les joueurs bénéficient d'une certaine liberté dans leur préparation et que cette liberté n'est pas toujours utilisée au mieux.
- Pour A-Rod, c'est évidemment la fermeture officielle du Hall of Fame. Déjà que le vote de cette année a sanctionné la génération des stéroïdes, à l'image de Bonds, Sosa ou Clemens, qui ont eu des pourcentages de voix très inférieurs à ce que leurs performances mériteraient.
- Les dernières affaires l'ont démontré : pour lutter contre le dopage, il ne faut plus se contenter d'attraper les tricheurs en flagrant délit mais mener -comme le dit le Dr De Mondenard à la commission sénatoriale sur le dopage- un combat de la même nature que la lutte contre les mafias.

En tout cas, les choses vont dans la bonne voie dans un sport où le laxisme a jeté le discrédit sur une discipline.

Des nouvelles des Indians.

Je peux désormais le dire sans prendre de risque. Le titre de la division centrale de l'Américaine est définitivement perdu. Les Indians ont été balayés à domicile par les Tigers de Detroit dans la série de 4 matchs qui s'est déroulée en début de semaine. Malheureusement, les Tigers sont en feu (12 victoires de rang) comme souvent en cette période de l'année et hormis le match de lundi, les défaites n'ont pas énormément laissé de regret, même si le match 3 a été perdu en prolongation.

Mais au-delà du balayage, ce sont les blessures qui touchent l'équipe. Véritable révélation au monticule, Corey Kluber -excellent lundi jusqu'à ce que sa relève gâche sa victoire- s'est fracturé un doigt et cela signifie 4 à 6 semaines d'absence. Hier, Mike Aviles a pris un coup et pourrait souffrir d'une commotion cérébrale. La saison n'est pas terminée car les Indians sont toujours dans la course aux deux wild-card (à 3 matchs avec 62 victoires et 53 défaites) mais il va falloir relever la pente et la venue des Angels de Los Angeles pourrait remettre l'équipe sur la route. L'an dernier, août avait été un naufrage. Il faut éviter de tout perdre cette semaine car rien n'est encore joué. Les Indians ont déjà traversé des moments difficiles cette saison et Terry Francona a su exploiter le potentiel de cette équipe, grâce en particulier à un excellent banc -le meilleur de la MLB pour moi-.



7 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Comme tu le dis, c'est déjà une première étape. La sanction de A-Rod est quand même un signal assez fort.

Par contre, je suis surpris qu'il faille revoir des conventions collectives pour décider du niveau des sanctions en cas de dopage.

Apparemment, les autres ligues majeures ont encore du boulot sur le sujet.

Sinon, la saison des Indians est quand même plus que correcte comparée aux précédantes avec une wild-card toujours possible.

Tarswelder a dit…

La MLB est une organisation totalement privée et elle fonctionne selon des accords entre les propriétaires et les joueurs. Les sanctions font partie de la convention.

Oui, la saison est bonne. Je reste sur l'objectif des 85 victoires mais pas de playoffs cette année, surtout avec la blessure de Kluber, qui était vraiment énorme depuis 2 mois. Rien n'est perdu, surtout que le Texas va devoir faire sans son gros frappeur, que Tampa Bay semble hors d'atteinte. La lutte se fera entre Cleveland, les Rangers du Texas, les Orioles de Baltimore et même les Royals de Kansas City qui sont en plein rush...

Gin Tonic a dit…

Ca fait quand même bizarre même si, juridiquement, ça tient la route.

Tarswelder a dit…

Vu de la France et de notre culture du partenariat, ça fait bizarre.

Tarswelder a dit…

Le balayage des Tigers fait des ravages. Cinquième défaite de rang des Indians.

Gin Tonic a dit…

Pas bon ça.

Tarswelder a dit…

Et la sixième cette nuit. Toutes à domicile !