samedi 4 mai 2013

Mémorial Alekhine. Aronian l'emporte sur le fil.

Après la phase parisienne où les Français ont brillé, le mémorial Alekhine s'est transporté au musée russe de Saint-Petersbourg du 28 avril au 1er mai. Les quatre dernières rondes promettaient d'être passionnantes : les Français allaient-ils tenir la distance ? Les Russes se réveilleront-ils ? Les stars (Anand, Kramnik, Aronian) feront-elles la décision ?





Sixième ronde.

La reprise d'un tournoi n'est jamais évidente pour tous les concurrents. C'est sans doute la principale raison à la relative prudence de la plupart des compétiteurs : des choix d'ouvertures peu agressifs ou peu ambitieux, un jeu plus axé sur la technique que sur le combat tactique. Il faut reprendre ses marques.

A ce jeu, Maxime Vachier-Lagrave n'a pas prix beaucoup de risques avec les pièces blanches contre le vice-champion du monde Boris Gelfand. L'ouverture est peu ambitieuse, Gelfand égalise sans problème et la nulle n'est conclue au 45è coup que parce que le règlement interdit toute nullité par accord mutuel avant le 40è coup. Héros de la ronde 5, Laurent Fressinet a joué une ouverture assez peu risquée avec les Blancs, lui aussi. Son adversaire, Nikita Vitiugov, n'a pas eu de mal à tenir : la répétition de coups acte le partage du point assez rapidement. Le Chinois Ding et le Russe Peter Svidler ont mis un peu plus d'animation dans leur partie : l'un et l'autre ont proposé de sacrifier un pion mais leur adversaire n'a pas accepté le cadeau. La répétition des coups entérine l'équilibre des forces. La partie du jour opposa Vladimir Kramnik à Vishy Anand. Dans une ligne bien connue des deux, l'équilibre a persisté jusqu'à une tentative de Kramnik qui se vit répliquer un sacrifice de dame de Vishy Anand. Contre un surnombre de pièces trop inquiétant, le Russe a été contraint de dégainer l'échec perpétuel.
La partie la plus intéressante est aussi la plus dramatique pour le classement final : avec les Blancs, Levon Aronian n'arrive pas à prendre le dessus contre l'Anglais Michael Adams. L'Arménien tente un sacrifice de cavalier spéculatif qui est totalement perdant. Mais Adams est en sérieuse crise de temps et après avoir trouvé une bonne défense, il se trompe et se fait piéger. Il doit rendre la pièce et la partie transpose dans une finale nulle. L'Anglais, sans doute dépité, y est allé de son humour en promouvant son dernier pion en cavalier.

Comme tout le monde a fait nulle, le statu quo est de mise : Vachier Lagrave mène avec 4 points devant Fressinet, Adams, Gelfand et Aronian.

Septième ronde

Le choc Adams-Vachier Lagrave se termine par le match nul. Adams a mis la pression à l'aile-dame mais le Français a bien défendu. Il a encore joué une finale de tours (ce qui est très fréquent à très haut niveau). La partie Svidler-Kramnik est aussi nulle : les Blancs ont joué une vieille variante mais Kramnik a défendu sans problème. C'est encore une finale de tours qui amène la conclusion de la partie. Entre Vitiugov et Aronian, il y a eu un peu plus d'animation mais là aussi il n'y a pas eu de déséquilibre. Le match nul est conclu par la répétition des coups.
Deux parties ont été décisives. Boris Gelfand a encore une fois montré toute sa maîtrise technique en battant Diren Ling. Après avoir gagné une qualité, on ne voyait pas comment l'Israëlien allait s'imposer mais Gelfand a joué de manière remarquable et fini par pousser le Chinois à l'abandon. Enfin Vishy Anand bat Laurent Fressinet : après un début de partie assez tendu, Anand prend l'avantage par une série d'échanges mais Fressinet trouve du contre-jeu sur l'aile-dame. Sous pression, il commet quelques imprécisions et la partie bascule définitivement en faveur du champion du monde.

Au classement, Vachier-Lagrave est rattrapé par Boris Gelfand (4,5) et ensuite Adams, Aronian et Anand suivent à un demi-points (4). Fressinet retombe à 50% (3,5).

Huitième ronde.

La partie dramatique pour Maxime Vachier-Lagrave. Il est opposé à Vitiugov, qui était toujours sans victoire et qui change d'ouverture par rapport à ses habitudes (il joue l'ouverture avec laquelle Maxime avait battu Liren Ding). Peut-être Maxime aurait-il dû se méfier plus encore mais c'est dans le milieu de jeu qu'il perd progressivement pied dans une position complexe. Le Français perd un pion mais il peut encore poser beaucoup de problèmes au Russe. Il n'y arrive pas et Vitiugov inflige une défaite avec les pièces noires à Maxime, qui semble fatigué.
Les autres résultats sont des matchs nuls. Contre la lanterne rouge Peter Svidler, Anand n'obtient rien de particulier et le partage est le résultat logique. Liren Ding et Michael Adams font nulle : le Chinois a peut-être manqué l'occasion d'accroître un avantage en milieu de partie. Fressinet et Aronian se séparent aussi par un match nul sans qu'il y ait vraiment eu un combat tendu. Entre Kramnik et Gelfand, nous avons eu le droit à une belle défense des Noirs contre l'ancien champion du monde. Malgré la qualité de plus, Kramnik n'a pas réussi à franchir la muraille israélienne. Gelfand est en grande forme dans ce tournoi.

Au classement, Boris Gelfand est seul premier avec 5 points. Vachier-Lagrave, Adams, Aronian et Anand suivent à une demi-longueur.

Neuvième ronde.

On le sait assez vite : Vishy Anand ne gagnera pas le tournoi. Opposé à Gelfand avec les Noirs, l'Indien ne peut pas vraiment espérer plus que la nulle dans une ouverture bien analysée et déjà jouée dans ce tournoi.
La partie Svidler-Fressinet conclut un tournoi bien difficile pour le quintuple champion de Russie, qui a fait meilleure impression chez lui. Fressinet égalise facilement et il aurait peut-être même pu espérer un peu plus mais c'est toujours plus facile à dire.
Complètement transparent, Nikita Vitiugov aurait pu finir sur le podium en terminant avec deux victoires. Car il semble bien qu'il aurait pu espérer mieux que la nulle contre Liren Ding. L'avantage matériel n'a pas pu être exploité et quand le Chinois a placé ses tours sur la deuxième rangée du Russe, la nulle n'était que la seule fin possible.
Les deux dernières parties ont été gagnées. Par Levon Aronian contre Maxime Vachier-Lagrave. Dans un duel théorique, le Français prend beaucoup de temps dans le milieu de jeu. Aronian en profite pour prendre l'avantage, gagner la qualité et forcer le Français à l'abandon. Dommage pour Maxime qui finit à 0/2 après avoir été leader jusqu'à la 7è ronde.
La partie Adams-Kramnik est gagnée par le Russe qui conclue élégamment une finale. A noter un incident rarissime à ce niveau : Adams interrompt la partie et réclame la nulle pour une triple répétition de position. Après vérification des arbitres, la requête de l'Anglais est légitimement rejetée. Quelques coups plus tard, Kramnik fait la décision. Il est rare de voir un joueur commettre une erreur de ce genre à ce niveau.

Au classement final, c'est Levon Aronian qui l'emporte. En effet, il termine à égalité avec Boris Gelfand mais il devance l'Israélien au bénéfice du nombre de victoires (3 à 2). Anand termine troisième sans jamais avoir été en mesure de gagner le tournoi. Cinq joueurs partagent la quatrième place avec 50% (4,5/9) : au départage, c'est Vitiguov qui s'adjuge ce rang alors que Fressinet est 5è et Vachier-Lagrave 8è (et moins bon départage), en dépit du fait d'avoir mené le tournoi. Etant donné leur manque d'expérience dans ces tournois, nos deux représentants ont été de très dignes représentants et j'espère qu'ils pourront participer à d'autres tournois aussi forts.

Laurent Fressinet a remporté le prix de la partie gagnée dans l'esprit d'Alekhine pour sa victoire contre Vladimir Kramnik, décevant sur le tournoi probablement à cause d'un manque de forces lié à l'accumulation de tournois très durs.

(Photo, site officiel du tournoi). Le grand-maître et pianiste de concert Mark Taïmanov, 87 ans, remet à Laurent Fressinet le prix de la plus belle partie dans l'esprit d'Alekhine. Taïmanov avait été écrasé par Bobby Fischer en 1971 et après cette défaite, qui lui causa quelques soucis, il déclara :"Au moins il me reste la musique."


Le classement




(Photo, site officiel du tournoi). Levon Aronian et Boris Gelfand s'amusent. "Tu te souviens du coup où on a gagné au Tarot avec une garde contre en annonçant le Grand Chelem ? Ah ouais, tu t'étais déguisé en Philippe Saint-André !"

Le Mémorial Alekhine a-t-il réveillé les Echecs français ?

En dépit de l'absence de couverture de l'événement par la presse française, le mémorial Alekhine semble avoir réveillé l'intérêt des décideurs politiques et économiques. Et le prochain championnat du monde, qui va opposer Vishy Anand à Magnus Carlsen, pourrait être le match qui va médiatiser les Echecs en France. En effet, la FIDE avait conclu un accord avec la ville indienne de Chennai pour organiser le match mais Magnus Carlsen a exprimé son désaccord pour jouer "à l'extérieur". En sachant que le numéro un mondial norvégien a déjà prouvé qu'il était capable de renoncer au championnat du monde lorsqu'il n'est pas d'accord, la FIDE chercherait une autre solution. Or hier, une lettre du maire de Paris, Bertrand Delanoë, affiche son soutien à la candidature de la Fédération Française des Echecs pour organiser le match, prévu au mois de novembre. Des entreprises seraient intéressées pour financer le match, en annonçant une bourse totale de 3,5 millions d'euros, soit 25% de plus que Chennai (anc. Madras).

En Suisse, Veselin glisse à nouveau sur le succès.

Okay, elle est nulle mais l'ancien champion du monde, le Bulgare Veselin Topalov revient au plus haut niveau lors de cette étape suisse du grand prix FIDE masculin (le féminin a commencé hier à Genève). Avec 8 points sur 11, Topalov devance le second, l'Américain Hikaru Nakamura, d'un point et demi, ce qui est énorme à ce niveau de jeu. C'est une bonne nouvelle de revoir ce joueur spectaculaire, qui a eu du mal à digérer sa défaite contre Anand au championnat du monde 2010 puis son mariage qui a suivi.

Voici la grille du tournoi.


Au passage, la mauvaise période de Teïmour Radjabov se poursuit : après avoir complètement raté le tournoi des candidats, l'Azerbaïdjanais partage la dernière place. Celui qui était quatrième mondial début mars a perdu environ 40 points en deux tournois et redescend au-delà du dixième rang. Il sera probablement remplacé par Topalov, dont le gain de 22 points, le rapproche de son ennemi Vladimir Kramnik.



4 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Les Français ont moins bien tenu.

le championnat à Paris, ça serait bien.

Tarswelder a dit…

Comme tu dis mais rien n'est moins sûr. C'est sorti vendredi comme un lapin d'un chapeau.

Gin Tonic a dit…

C'est déjà un début.
La candidature fera peut-être parler. Bon, moins que celle pour les JO...

Tarswelder a dit…

A priori, la Fédération Internationale a octroyé l'organisation du match à l'Inde. La fédération norvégienne dénonce le manque de transparence dans les procédures de décision.