mardi 8 janvier 2013

Fin du lock-out dans la NHL

Très tôt dans la matinée de dimanche, la bonne nouvelle est tombée : la NHL et l’association des joueurs sont tombés d’accord sur une entente. Elle devrait mettre fin à quatre mois de conflit, sans qu’un lock-out officiel ait été décrété d’ailleurs, qui menaçait clairement la saison. Si un accord n’avait pas été trouvé d’ici 10 jours, il est probable que Gary Bettman, le commissaire de la ligue, ait annoncé l’annulation complète de la saison.






C’est ce qu’il fallait éviter, huit ans après un précédent, unique dans l’histoire des grandes ligues des sports US. Le désastre se profilait : les joueurs semblaient tenir bon pendant que les propriétaires n’étaient pas d’accord entre eux. Mais les joueurs voulaient jouer et éviter de perdre une année entière de salaire et les propriétaires des grosses franchises avaient tout intérêt à ce qu’on joue pour limiter les pertes.


Ce conflit s’est terminée par quelques concessions de part et d’autre mais on peut estimer que les franchises les plus fragiles ont trouvé un moyen de survivre. Voici quelques dispositions majeures :
- La convention collective, si elle est adoptée, sera promulguée pour 10 ans. Il sera possible de la dénoncer après 8 ans, mais on pourra attendre un conflit très dur.
- Les propriétaires et les joueurs se partageront les revenus à égalité (50-50). Les joueurs touchaient alors 57 % mais leur salaire avait été diminué de 25 % après l’a nnulation de la saison 2004-2005
- La masse salariale sera encore contrôlée : le maintien d’un plafond et d’un plancher a pour effet de limiter les disparités entre les franchises.
- La durée des contrats des joueurs autonomes ne dépassera pas 8 ans pour ceux qui resignent dans leur franchise et 7 pour les autres. Rappelons que depuis quelques années, les contrats de très longue durée (10 ans et plus) ont fait leur apparition : le principe était de lisser le montant du contrat sans plomber la masse salariale.
- Les variations annuelles du salaire dans un même contrat sont réduites (35 % d’une année à l’autre et 50 % du salaire le plus faible au salaire le plus élevé).
- En retour de la baisse des revenus, les joueurs toucheront une indemnité différée globale de 300 millions de $. Il bénéficieront également d’un régime de pension comme il existe dans les grandes ligues nord-américaines, ce qui permettra d’améliorer le sort des joueurs de second rang.


En gros, les résultats marquent une baisse des revenus des joueurs. Mais si les revenus globaux augmentent, comme c’était le cas ces dernières années, ils repartiront à la hausse. Ensuite, ils limitent les frais puisque les propriétaires proposaient une réduction de la part des joueurs à 43 % des revenus. D’autre part, il y a un souci de contrôler les dérapages de la masse salariale, souvent provoquées par les grosses franchises : cela permet d’une part d’éviter de plomber les finances par des contrats surévalués, d’autre part permet aux petites franchises de garder plus facilement leurs joueurs, limite les risques de démembrement comme les Blackhawks de Chicago en ont fait l’amère expérience juste après avoir remporté la Coupe Stanley ; et enfin évite les contrats démesurés dans le temps qui biaisaient la concurrence entre les franchises (les grosses pouvant donner des sommes énormes étirées sur 10-15 ans).


Pourtant, il y a d’autres problèmes qu’i l faudra résoudre :
- Mettre fin à ce climat latent de conflit miné par le manque de confiance et de lucidité.
- Régler le problème de gestion de la NHL. Gary Bettman a prouvé qu’il était un bon gestionnaire (il a réussi à relancer la ligue malgré l’annulation désastreuse de 2004) mais pas un grand négociateur. De l’autre côté, il faudra aussi trouver un autre responsable que Donald Fehr. Le face-à-face entre deux hommes a trop longtemps pourri la ligue
- Retrouver une saine gestion de la NHL chez les propriétaires. Ceux-ci ont revendiqué la maîtrise de l’inflation salariale mais les comportements n’étaient pas toujours en adéquation avec leurs arguments, de par les fameux contrats longs.


Il reste maintenant à lancer la saison. Elle se disputera sur 48 matchs et elle commencera le 19 janvier.

2 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Même si tout n'est pas réglé, ça a l'air d'un accord assez équilibré.

Tarswelder a dit…

Il faut espérer que cet accord tienne et résiste à une inflation salariale exagérée. Le plafond a été beaucoup plus dissuasif qu'en NBA.