dimanche 14 octobre 2012

Des séries de folie.

Jamais dans l'histoire de la MLB nous avions assisté à quatre séries qui sont allées au dernier match, le tout en réservant un suspens incroyable. C'était pourtant le cas lors de ce deuxième tour des playoffs, celui où les vainqueurs de division entraient en jeu.






L'exploit des Giants.

Commençons par le plus grand des exploits, celui des Giants de San Francisco. Contre les Reds de Cincinnati, les champions de l'ouest ont perdu leurs deux premiers matchs qu'ils disputaient à domicile (5-2 et 9-0). Leurs deux meilleurs lanceurs de la saison, Matt Cain et Madison Bumgarner ont connu des difficultés face à la puissante attaque de Cincy.

Dans ce cas, à 0-2 et avec trois matchs à l'extérieur, la performance est extraordinairement difficile. Mais les Giants ont la culture de la gagne que les Reds n'ont pas encore acquises. Dans le match 3, les choses sont mal embarquées quand les Reds marquent dès la première manche. Mais les Giants égalisent dans la troisième et la partie s'embarque dans les prolongations. C'est une erreur de Scott Rolen au troisième but qui permet aux Giants de marquer le point victorieux (2-1). Sergio Romo assure la victoire.

Dans le match 4, les Giants font la course devant malgré les difficultés de Barry Zito, qui n'achève pas la quatrième manche. Les circuits de Pagan, Blanco et Sandoval ont assuré la victoire des franciscains par 8 à 3. Tout se joue sur un seul match.

La dynamique des Giants éclate dans la cinquième manche du match cinq : six points sont marqués dont quatre par le grand chelem de Buster Posey, probable MVP de la ligue nationale. Les Reds ont eu beau revenir sous l'impulsion de Ryan Ludwick (3 HR dans la série), le retard était trop grand malgré quelques frayeurs en neuvième manche. Le score final 6-3 est celui d'une fantastique remontée contre les vents contraires.

"Ne sous-estimez jamais le coeur d'un champion".

Cette phrase attribuée à Rudy Tomjanovitch, alors coach des Rockets de Houston, peut s'appliquer aux Cardinals de Saint-Louis. Vainqueurs des Braves d'Atlanta dans le match de barrage des wild-card, les champions de la série mondiale ont fait parler leur expérience contre les Nationals de Washington, pourtant meilleure équipe de la saison régulière. Et pourtant, le match 1 a mal fini pour les Cards, battus 3-2 à cause d'une relève défaillante et d'une erreur coûteuse de deux points. Mais dans le match 2, l'attaque de Saint-Louis a martyrisé les lanceurs des Nats (12-4) et a récidivé dans le match 3 (8-0) alors que Chris Carpenter n'était qu'à son quatrième départ de l'année.

Washington a montré ses qualités à gagner des matchs serrés. Le gain par 2 à 1 sur un circuit de Jason Werth en neuvième manche force un cinquième match.

Les Nationals ont renversé le momentum : contre Adam Wainwright, ils marquent 6 points dans les trois premières manches, sous l'impulsion de Bryce Harper (un HR et un triple) et des circuits de Ryan Zimmerman et Mike Morse. Mais Saint-Louis en a vu d'autres et revient dans le match à 3-6 après 5 manches, puis 5-7 en 8ème. La faillite de la relève est totale chez les Nationals : les Cards inscrivent 4 points en neuvième manche et renversent une situation désespérée (9-7) lorsqu'on regardait le score à la sortie de leur lanceur numéro un.

A's of the Tigers.

La série entre les Tigers de Detroit et les Athletics d'Oakland promettait énormément, du fait de la qualité des lanceurs partants des deux formations. A ce titre, par deux fois seulement une équipe a marqué 5 points et plus dans un match, à chaque fois les Tigers.

Justin Verlander a été encore une fois énormissime : après avoir accordé un coup de circuit à Coco Crisp, le premier frappeur du match, le phénomène des Tigers a fermé la porte à tout le monde (11 retraits), pendant que l'attaque prenait pas à pas l'avantage sur Jarrod Parker (un rookie comme lanceur numéro un). Score final : 3-1 pour Detroit qui risque de faire parler l'habitude des matchs de playoffs. Cette habitude a sans joué dans la fin du match 2 : les A's venaient de prendre l'avantage 4-3 en 8ème manche mais Detroit égalise après un mauvais lancer de Ryan Cook. En neuvième, c'est une chandelle sacrifice de Don Kelly qui produit le point victorieux (5-4). Un gâchis pour Oakland, qui se retrouve menée 2-0 mais qui va recevoir les trois autres matchs de la série.

Le Coliseum est un des stades les moins fréquentés du baseball majeur (même derrière celui de Cleveland) mais en ces derniers temps, la foule a fait son retour et marque son enthousiasme délirant pour cette équipe improbable, avec la plus petite masse salariale de la MLB mais formidablement construite et managée. Dans le match trois, les lanceurs des A's ne laissent que des miettes à la puissante attaque de Detroit. Certes, les lanceurs des Tigers font un bon match mais la victoire relance Oakland (2-0). Le match 4 ressemble beaucoup au match deux avec les rôles inversés : les Tigers prennent les devants (3-1) après huit manches et demie. Leur releveur, Jose Valverde, craque complètement dans son rôle de sauveteur de victoires : il donne trois points et le succès aux A's qui gagnent par 4 à 3. Retour vers un match cinq.

Lorsqu'on sait comment les A's ont remonté les Rangers, au point de détruire leur mental, les Tigers ont de quoi s'inquiéter. Mais ils ont l'arme fatale : Justin Verlander. Le lanceur ne donne que 4 coups sûrs et 1 but sur balles contre 11 strikeouts dans un match complet. L'attaque des Tigers a pris le dessus en deux manches de 2 et 4 points. La victoire par blanchissage 6-0 envoie Detroit pour une deuxième année consécutive en finale de ligue.

Les Yankees, C.C. !

La série entre les Yankees et les Orioles était la seule qui opposait deux équipes issues d'une même division. Au passage, les détracteurs du cinquième billet qualificatif ont dû admettre qu'ils avaient tort pour cette année : tous les deux ont franchi le premier cap.

A New-York on a aussi une arme fatale au monticule : C.C. Sabathia. Le bidendum californien a failli lancer un match complet dans la première rencontre mais il a bien assuré et l'attaque aussi (7-2). Dans le match 2, Baltimore a une nouvelle fois montré sa ténacité dans les matchs serrés : l'équipe la plus victorieuse dans les matchs joués par un point d'écart l'emporte 3-2 dans une partie de lanceurs.

Par le même score, les Yankees sont allés arracher le troisième match. Le héros s'appelle Raul Ibanez : l'ancien joueur de Philadelphie et Seattle supplée Alex Rodriguez en perdition dans ces séries (comme souvent d'ailleurs) : en neuvième manche, il claque la longue balle qui crée l'égalité à 2-2. Puis en douzième, il récidive et donne la victoire aux Yankees, tout heureux de s'en sortir d'un match bien difficile.

Poussés au bord du précipice pour le match 4, les Orioles vont chercher à leur tour la victoire en prolongation, en treizième manche cette fois (2-1). Les Yankees ont perdu à nouveau Joba Chamberlain et les blessures commencent à s'accumuler à nouveau dans l'empire.

Sabathia doit reparaître pour le match ultime : il est encore une fois fantastique et il lance un match complet. Il remporte une deuxième victoire dans cette série (3-1) au terme d'une rencontre où New York a su profiter de ses rares chances, un peu plus souvent que Baltimore.

Que ce soit pour les A's ou les Orioles, la saison a été belle même si la fin est abrupte. Il faudra confirmer en 2013 et c'est loin d'être gagné.

Finales de ligue.

Dans la ligue nationale, la finale oppose les Giants aux Cardinals, soit les deux derniers vainqueurs de la série mondiale. Quelle belle affiche. L'attaque de Saint-Louis a des arguments mais lorsqu'on sait que Tim Lincecum n'est pas dans la rotation, ça vous donne une idée de la force au monticule des Giants -et de la mauvaise saison de ce dernier-. San Francisco devrait passer à mon avis.

La casquette de la série de ligue des Cardinals.


La finale de la ligue américaine a commencé ce samedi par la victoire des Tigers à New York 6-4. Detroit s'est forgée une avance de 4-0 à l'entame de la dernière manche mais encore une fois José Valverde a explosé en plein vol. Deux claques de deux points pour Ichiro Suzuki et Raul Ibanez ont égalisé pour les Yankees. La douzième manche est doublement fatale aux New-Yorkais : d'abord parce que Detroit marque deux points qui donnent le gain du match, ensuite parce que Derek Jeter se fracture la cheville gauche. La saison est terminée pour l'emblématique capitaine des Yankees.

Cette fois du côté des Yankees

20 commentaires:

SebBootleggers a dit…

oups tu m'as devancé, je comptais publier mon résumé ce soir ! :-)
Gros premier tour, la palme pour l'exceptionnel match 5 entre les Cards et les Nats: rien que pour ca on ne peut qu'adorer ce sport !

Gin Tonic a dit…

Ca va être dur pour les Yankees.

Tarswelder a dit…

Seb, tu fais les finales de ligue. J'avoue que j'ai vu que tu avais commencé mais tu peux éventuellement revenir sur une série en particulier.

Mon prono Tigers-Giants tient toujours.

SebBootleggers a dit…

OK, focus sur la série Nats-Cards ! :-)

Tarswelder a dit…

Les Tigers mènent 2-0 contre les Yankees. Ca pue déjà à NY où on se plaint de l'arbitrage.

Gin Tonic a dit…

Snifff !!

Tarswelder a dit…

Les Yankees sont menés 3-0 après un nouveau match énorme de Justin Verlander.

Gin Tonic a dit…

Ca s'arrange pas...

Tarswelder a dit…

Ce soir, on peut finir sur un coup de balai.

Gin Tonic a dit…

Ils vont se reprendre et gagner les 4 dernières manches !!

Bon, je crois pas vraiment à ce que j'écris...

Tarswelder a dit…

S'ils font ça, ils refont le coup de 2004 que les Red Sox leur avait faits.

Sauf qu'à la tête des Red Sox, il y avait le nouveau manager des Indians.

Tarswelder a dit…

Mes pronos :

49ers, Bills, Browns, Packers, Vikings, Giants, Saints, Cowboys, Texans, Raiders, Patriots, Steelers, Bears

Gin Tonic a dit…

Par contre, pour les pronos, ne pas confondre NFL et MLB !

Tarswelder a dit…

Ah c'est pour ça que je n'ai pas vu sur le post ! J'ai cru qu'il ne me l'avait pas enregistré.

Gin Tonic a dit…

L'abus de VUF sera signalé !!

SebBootleggers a dit…

Les Cards prennent le 3è match :-(
Une relève très efficace, mais on a laissé bcp trop de mecs sur base (11 et un RISP de 0 sur 7 !!).
Match 4 ce soir avec le retour de Lincecum comme partant

Tarswelder a dit…

C'est d'abord une série de lanceurs.

SebBootleggers a dit…

comme souvent en playoffs... J'ai revu il y a quelques jours le match 7 de la série mondiale 91 entre les Braves (lanceur John Smoltz) et les Twins (lanceur Jack Morris). Victoire des Twins 1-0, 10 manches lancées par Morris !! Et 7 par Smoltz. Un superbe duel de lanceurs !

Tarswelder a dit…

Les Yankees balayés. Même Sabathia n'a rien pu faire.

Les Giants sont poussés dans les cordes mais on les a déjà vus à l'oeuvre.

Gin Tonic a dit…

Bon, ben... bye bye Yankees !