lundi 13 août 2012

Mon bilan des Jeux Olympiques Coca-Cola "contribuable anglais" de Londres

Les JO de Londres sont terminées, c'est l'heure des bilans et des conclusions. Je vous propose les miens sous différents aspects.




Des Jeux bien organisés ?

Sur le plan technique, il n'y a pas grand-chose à dire : c'est globalement une réussite, quoique certains aspects sont à discuter. Notamment la présence de militaires pour pallier l'insuffisance d'une société de sécurité privée. Ah ! Le beau modèle anglo-saxon.
Sur le coût, on sait que le chiffre indiqué par Coe en 2005 était totalement bidonné.

Passons sur les cérémonies d'ouverture et de clôture. On aime ou on aime pas. C'est trop long et trop gnan-gnan.

Pour l'avenir des infrastructures on verra mais les Britanniques vont payer le prix. Une raison de plus de me dire que ce n'est pas une si mauvaise nouvelle de n'avoir pas accueilli ces jeux. Pour 2024, il faudra songer à couler la candidature de Madrid avant, mais sans le montrer.

Des Jeux populaires ?

Sans doute mais pas dans tout Londres. La ville a même été calme car la population craignait le bazar olympique. Les professionnels du tourisme n'ont pas vraiment touché d'effets immédiats (en France ils pleurnicheraient et demanderaient une aide de l'Etat qu'ils honnissent pourtant).
Quant au scandale des places vides, il ne fait que montrer une fois de plus que les JO n'appartiennent plus à la sphère du sport, ce que les discours de Coe et Rogge démontrent une fois de plus.

Des affaires ?

Comme d'habitude mais la médiatisation en rajoute une couche. L'histoire des joueuses de badminton est un scandale car on les sanctionne alors que d'autres tricheurs plus grossiers ne le sont pas. Les Anglais ne gagnent pas souvent mais encore moins souvent ils gagnent sans favoritisme.

La boxe est un scandale par excellence : entre les Français arnaqués et le Japonais déclaré vaincu alors qu'il a mis trois fois au tapis l'Azerbaïdjanais, on est dans le n'importe quoi qui ferait des Anglais des modèles de vertu.

L'affaire de l'Algérien est énorme de débilité.

Et les stars ?

Si vous aimez l'éjaculation précoce, vous vous palucherez sur Usain Bolt et vous oublierez tous les autres : David Rudisha, l'homme qui coure deux fois le 400 mètres à la place du 800, Mohamed Farah le vainqueur du 5000 et du 10000 mètres, Alison Felix, trois médailles d'or, autant que le clown de la Jamaïque. Et si vous travaillez à France Télévision, ne vous posez mais surtout jamais aucune question.

Michael Phelps est un grand champion. Je suis d'ailleurs étonné que les nageurs soient capables d'aligner autant de finales olympiques en si peu de temps.

On mettra de côté les tireurs, les rameurs, les spécialistes de la voile, de l'escrime (Vaentina a 6 médailles d'or au fleuret c'est tout juste hors norme alors qu'on en fait des tonnes sur Laura Flessel).

Et la France ?

Dans un contexte où le niveau se relève à chaque olympiade, où de plus en plus de pays ont des chances de médailles, le total de 34 médailles est un bon total et s'inscrit dans la lignée des résultats olympiques depuis 20 ans. Elle se classe au 8è rang1 des nations, ce qui la maintient à son niveau habituel. Notons que les géants étatsunien et chinois trustent le nombre de podiums mais leur nombre a diminué par rapport à Pékin : -6 pour les USA et -15 pour la Chine. Fort logiquement, un pays organisateur travaille énormément pour que ses compétiteurs gagnent le plus de médailles : malgré les polémiques, les triches plus ou moins déguisées et le favoritisme (l'Anglais aveuglé par un flash au plongeon), les Anglais ont réussi leurs meilleurs jeux depuis 1908. Hollande avait beau se moquer des Anglais lorsqu'il est venu à Londres mais les épreuves où ils sont forts n'avaient pas encore eu lieu.

Si on compare avec l'Espagne, dont on nous bassine à longueur d'année que c'est une grande nation sportive, le rapport est de 2 pour 1. L'Espagne ne favorise que les riches et encore... quand on sait que le club de basket féminin de Valence a déposé le bilan alors qu'elle est championne d'Europe et d'Espagne !

Et les Français ?

Pour une fois, je ne me suis pas trompé dans mes pronostics : 30 à 35 médailles. Mais ce qu'on peut noter ce sont les performances des femmes qui ont été nettement meilleures qu'à Pékin mais qui ont procuré le plus de plaisir. J'ai fait un classement de mes résultats français préférés :

- Les handballeurs. Arrêtons avec les Experts, les Immortels et autres concepts journalistiques. La seule chose qu'on peut affirmer, c'est que c'est la meilleure équipe de sport collective que la France ait jamais eue. Quelle force d'assumer un statut de favori, surtout après un Euro aussi raté qu'il était sans doute trop caricatural pour être vrai. Secoués, vexés même s'ils refusent de le reconnaître, ils se sont remis au charbon.

-  Les filles au basket. Elles étaient médaillables sur le papier mais la victoire contre l'Australie leur donnait une grosse chance car les Aussies tombaient dans le tableau des Américaines. Contrairement aux filles du hand et du foot, elles avaient une chose en plus : elles connaissaient la victoire. Les Braqueuses (nom donné sur internet en 2009) n'ont pas réussi à prendre d'assaut Fort Knox mais seul Goldfinger pouvait le faire. On aura Silver finger avec en prime des filles totalement déjantées qui chantent du Céline Dion (c'est la seule façon pour moi de supporter.

- Tony Estanguet. Parce qu'il a réussi à se remettre en question et à devenir le premier français à gagner trois médailles d'or sur trois olympiades (les Killy, Pérec et sans doute des athlètes d'avant 1939 ont déjà gagné trois médailles dorées).

Mais j'ai beaucoup de regrets :

- Les filles du handball, qui ont sabordé leur quart de finale, en commettant trop d'erreurs. Le triptyque maladresse-malchance-erreurs a fait encore des siennes mais quand je vois les relances foirées dans ce quart, je me dis que l'argent était le métal minimum.

- Audrey Tchéuméo. La judoka s'écroule en larmes alors qu'elle vient de remporter la médaille de bronze. Elle aurait pu être championne olympique si elle avait géré son stress.

- Les basketteurs. Battus par une équipe espagnole qui sait jouer au basket (seulement dans des causes perdantes), ils n'ont pas fait preuve de sang-froid et ont craqué en fin de match. Mais ce qu'on reproche de souvent manqueur aux sportifs français porte désormais un nom : la méchanceté. Cette méchanceté dans le sport moderne peut marquer le respect. Il faut arrêter d'être soft contre des équipes à la mentalité de bar.

Il y a aussi beaucoup de questions à se poser :

- L'escrime repart sans rien. On n'attendait peut-être pas grand-chose mais la faillite de Victor Sintes contre les USA, et la rancoeur d'Erwann Le Péchoux à son égard, montre bien qu'il faut réfléchir au déclin des résultats sportifs depuis Athènes. Et en plus si un Lamour vient foutre son bazar pour chercher à faire élire sa femme en profitant de la situation, alors là c'est le bouquet.

- L'équitation ne rapporte plus rien depuis longtemps

- La voile ne rapportait pas grand-chose.

- Comment garder une natation aussi performante ? C'est une question d'argent mais là aussi nous entrons dans une contradiction bien française : on se plaint de l'Etat présent mais on va pleurer auprès de lui pour demander des sous. Le professionnalisme est une réponse pratiquement nécessaire mais à part déguiser les emplois publics, les entreprises françaises rechignent toujours à le faire. Mais ne cachons pas notre plaisir : pour la première fois deux équipes de sport collectif rapportent une médaille à une olympiade et une conserve un titre olympique.

En tout cas, l'attitude des sportifs renvoie systématiquement au comportement contraire au football : c'est un renvoi caricatural autant que l'attitude des balloneux l'a été aussi. On n'en sort pas.

Et France Télévision ?

Il fallait bien passer par là. Voici un bilan non complaisant :

- Leur site internet était très bien : on pouvait regarder les épreuves, sans commentaires, avec des statistiques plus ou moins rapidement mises à jour.

- Les commentaires ? Euh... France Télévision se défend en disant, à juste titre, que les Américains, les Anglais, les Espagnols... sont aussi voire plus chauvins, mais ce n'est pas une raison pour faire dans le n'importe quoi. Alors je vais donner des exemples précis :

* Huitième de finale du tournoi de tir à l'arc. Deux Français s'affrontent. Le dénommé Luyat ne trouve rien de mieux de couper la retransmission pour laisser la parole à l'insupportable Jean-René Godart et ses analyses à deux balles de la énième rediffusion de la finale de Lucie Décosse. Et après nous faire le coup de la panne technique alors qu'il n'y en avait aucune !

* Arnaud Roméra, le spécialiste des sports de combat. "On ne doit pas perdre contre un judoka argentin". Sauf que 10 secondes plus tard, notre Français se prend un balayage surprise du dit argentin.

* Les références malheureuses et involontaires ou douteuses. Le consultant de la natation nous parle de Camille Muffat comme d'une bombe atomique. Celui qui ne suit pas pourrait laisser penser qu'il laisse exprimer sa libido mais celui qui suit le commentaire sait qu'il parle de ses performances. Sauf qu'au même moment, la télévision montre un nageur japonais. Sa comparse Roxane Maracineanu se distinguait par ses insupportables cris, qui rendraient presque acceptables les hurlements des joueuses de tennis.

* Alexandre Boyon, muté aux épreuves de lancers et de saut, nous fait le coup de l'Allemagne qui tombe sur un mur (de 5,97 m). Peter Fechter, mort le 17 août 1962 en voulant en franchir un moins haut, appréciera.

* Je ne parle même pas du bêtisier Patrick Montel qui entre ses Marie-Jo et ses Paralympiques qui devraient avoir lieu avant, est insupportables. Si on veut donner plus de valeur aux Paralympiques, diffusons-les comme les valides ! Et puis surtout il ne faut pas remettre en cause les performances des athlètes. Ben non. Par contre, c'est tout juste si on ne crache pas sur l'Algérien qui gagne le 1500 mètres après un imbroglio digne du n'importe quoi (règlement débile, certificat médical de complaisance trouvé et validé pour sauver l'affaire).

* Continuons par Gérard Holtz, qui ne trouvait plus de façon d'annoncer la page de pub toutes les 10 minutes.

* L'ineffable Thierry Adam, qui forme avec Godart, le pire tandem. Adam fait l'apologie de Jeannie Longo.

* Et puis le magnifique Nelson Monfort. L'homme des interviews qui nous donnent envie d'apprendre l'anglais en lisant les lèvres. L'homme qui symbolise la classe : féliciter une jeune nageuse en lui rappelant le décès de sa mère, je dis chapeau. Je ne parle pas du "Dites quelque chose à la France".

Et je ne parle pas de l'absence totale de recul. Bolt est un phénomène jubilatoire voire masturbatoire. Au passage, tous les autres passent à la trappe.

Chacun a son lot, et c'est une catastrophe. Pourtant il y a eu quelques bons consultants : Bernard Faure en athlétisme, mais ça on le sait (et vu le voisin, il a du mérite), Yannick Souvré au basket, l’entraîneur de la lutte, tellement vivant. Tout le monde n'est pas Monclar mais quand même.


Voilà pour mon bilan. Et vous ???

Note. 1. Le classement du CIO n'ayant aucune crédibilité, j'ai choisi de classer les équipes par nombre de médailles.Mettre le Kazakhastan (13 médailles dont 7 d'or) devant l'Ukraine ou les Pays-Bas (20 médailles sont 6 dorées) ne reflète en rien leur niveau respectif.

8 commentaires:

Gin Tonic a dit…

test

Gin Tonic a dit…

Bon, enfin reconnecté...

Globalement d'accord avec ton analyse.

Je retiens principalement 2 images: Rudisha et l'équipe de France de hand.

Sinon, les pseudos journalistes de FTV ont été une vraie catastrophe catastrophique !

Tarswelder a dit…

A propos, les handballeurs semblent avoir réglé leurs comptes avec l'Epique en démontant leur studio !

Gin Tonic a dit…

Oui, je viens de voir ça sur FB !

Tarswelder a dit…

J'ai même oublié, dans les trucs foireux, d'évoquer l'élection d'Estanguet suspendue au comité des athlètes. Même à ce niveau on est à des scandales !

Gin Tonic a dit…

Oui, exact pour Estanguet.

Tarswelder a dit…

J'aurai pu évoquer le triathlon où on départage les deux filles au chrono réalisé à la course alors qu'elles arrivent en même temps !

Gin Tonic a dit…

Celle la, je l'avais pas vue !
Une belle connerie en effet !