mercredi 18 juillet 2012

MLB. A l'entame de la deuxième partie de la saison.

Même s'il est situé un peu après la première moitié de la saison, le match des All-Stars constitue le moment entre la première et la deuxième partie de celle-ci. Je vous propose de faire le point sur une saison indécise où les surprises ne manquent pas... et les déceptions non plus.







Le point sur les classements.

Les bilans sont ceux qui suivent les matchs du 17 juillet.

Ligue Nationale.





Division Est.

Le moins qu'on puisse dire c'est que la Ligue nationale ne manque pas de surprises. Ainsi dans la division Est, les Nationals de Washington(52-36) dominent les débats devant les Braves d'Atlanta (49-40). Les Mets de New York  (46-44) n'étaient pas attendus en aussi bonne disposition tandis que les deux favoris sont  la traîne : les Marlins de Miami ont un modeste 44-46 et le pire est pour les Phillies de Philadelphie (41-51).

Comment expliquer ce classement ? Les Nationals récoltent les fruits de leur politique de développement de joueurs. Ajoutez à cela deux premiers choix de draft qui répondent aux attentes : Stephen Strasburg et Bryce Harper. Ce dernier n'était pas attendu avant juin mais les blessures au champ extérieur ont poussé les dirigeants à l'appeler et le rookie s'est bien comporté, au point d'être le deuxième plus jeune joueur à disputer le match des étoiles. Les Nationals ont beaucoup souffert en attaque de la blessure de joueurs cadres (Ryan Zimmerman, Mike Morse, Jayson Werth) et leur rotation a tenu la route pendant ce temps-là. Il reste à savoir si Strasburg tiendra toute une saison mais on oublie derrière qu'il y a d'excellents partants comme Gio Gonzalez.
A Atltanta, l'équipe est tranquillement installé. Pourtant, la rotation subit des problèmes de santé et le poste d'arrêt-court est décimé par les blessures. Je ne serai pas étonné que les Braves bougent pour combler ces deux secteurs.
Les Mets, eux, bénéficient du retour en forme de plusieurs joueurs majeurs : David Wright au troisième but et Johan Santana, qui a réalisé un match sans point ni coup sûr, alors qu'il revient d'une année et demi sans jouer. Autre facteur, le lanceur R.A. Dickey, 12 victoires dont 2 consécutives avec un seul coup sûr accordé à chaque fois.
Les Marlins, eux, n'ont pas encore réussi l'alchimie des arrivants : José Reyes est encore en retrait, Heath Bell a énormément souffert en début de saison. L'équipe pourrait bien être vendeuse.
Enfin les Phillies s'attendaient à une première partie de saison difficile car leur deux frappeurs de puissance étaient blessés : Ryan Howard et Chase Utley. Ajoutez la blessure de Roy Halladay et l'incapacité de Cliff Lee à gagner des matchs (faute de soutien offensif) et le tour est complet. Enfin pas tout à fait car les Phillies ne se sont pas encore entendu avec le gaucher Cole Hamels pour une prolongation de contrat. Si Hamels ne resigne pas dans les prochains jours, il pourrait être transféré.

Division Centrale.

Fort logiquement, les deux premiers de l'an passé souffrent car leur équipe s'est affaiblie. Les Cardinals de Saint-Louis, vainqueurs de la Série Mondiale, restent quand même dans la course (47-44) et les Brewers de Milwaukee (43-47) n'arrivent pas à aligner de bonnes séquences. Ce sont les Reds de Cincinnati (51-39) qui mènent le bal. Mais pour combien de temps ? Leur frappeur vedette Joey Votto vient de se blesser et il manquera plusieurs semaines de compétition. La surprise vient des Pirates de Pittsburgh (50-40) qui occupent la deuxième place. C'est une demi-surprise.

En effet, les Pirates menaient la division il y a un an mais ils se sont totalement effondrés à partir de la fin du mois de juillet. Cette année, la situation est identique mais avec de l'expérience. Clint Hurdle, le manager, fait un excellent boulot surtout dans la rotation où l'apport de l'ancien Yankee A.J.Burnett solidifie un groupe plutôt jeune et peu habitué à la victoire. Et puis il y a Andrew McCutchen, le voltigeur central, qui fait une saison énorme : c'est le meilleur frappeur du baseball majeur avec une incroyable moyenne à 0.374.

Terminons par les Cubs de Chicago (36-53) et les Astros de Houston (34-57) qui chercheront à se départir de quelques gros contrats. Les Astros ont déjà échangé Carlos Lee aux Marlins et ils attendent leur transfert dans la division Ouest de l'Américaine l'année prochaine.

Division Ouest.

Beaucoup attendaient que les Diamondbacks de l'Arizona reproduisent leur belle saison 2011. J'étais sceptique car trop de joueurs avaient amélioré leurs statistiques et je craignais qu'ils soient surestimés par rapport à leurs performances en carrière. Je n'ai pas eu tort. Les D'Backs (43-47) traînent à 7 matchs de la tête sans qu'ils arrivent à aligner des séquences qui leur permettent de revenir au sommet.

Ce sont les Giants de San Francisco (50-40) qui trônent en tête. Malgré la saison catastrophique de Tim Lincecum (Cy Young en 2008 et 2009), la rotation des Giants a belle allure : Matt Cain a réussi un match parfait il y a un mois et il a été le lanceur partant du match des étoiles pour la ligue nationale. Madison Bumgarner et Ryan Vogelsong sont de très bons lanceurs. Relevons la performance de ce dernier : il est rappelé dans les majeures en 2011 alors qu'il n'avait pas lancé à ce niveau depuis 5 ans. Il réussi une excellente saison et confirme cette année. Enfin, on n'oubliera pas Melky Cabrera, MVP du match des étoiles, dont la moyenne au bâton est excellente (la meilleure de la ligue).

Derrière, les Dodgers de Los Angeles s'accrochent. Leur départ a été excellent mais la blessure de leur joueur étoile Matt Kemp a ralenti l'équipe. Celle-ci tient un dossier de 48-44.

Enfin, les Padres de San Diego (37-55) et les Rockies du Colorado (35-55) sont très loin. Les Padres ont une attaque trop faible et les Rockies un groupe de lanceurs trop médiocre, sans compter l'absence de leur vedette Troy Tulowitzky.

Ligue Américaine.





Division Est.

Comme d'habitude, c'est la division la plus relevée des ligues majeures. Toutes les équipes se battent pour au moins 50%.

Comme d'habitude, les Yankees dominent (56-34) avec même le meilleur bilan des majeures. Les forces et les faiblesses de l'équipe sont toujours les mêmes, en dépit de l'absence de Mariano Rivera pour le reste de la saison. Une attaque puissante, une rotation menée par des joueurs étoiles (C.C. Sabathia) mais pas de profondeur dans ladite rotation. Les Yankees arrivent à composer avec les blessures et dominent une division où le niveau s'est homogénéisé.

Entre le deuxième et le cinquième de la division, il n'y a que deux matchs d'écart. Les Rays de Tampa Bay (47-44) occupent le deuxième rang. Ils ont des difficultés en attaque, dues en partie à la blessure d'Evan Longoria. Ils s'appuient principalement sur leur groupe de lanceurs. Ensuite, les Orioles de Baltimore (46-44)  sont à un niveau inattendu cette saison. Mais ils sont en train de glisser petit à petit après un excellent mois d'avril. Le manque de profondeur mine cette équipe qui n'a pas beaucoup de marge mais qui réalise quand même une bonne saison.

Continuons par les Red Sox de Boston (46-45). C'est l'équipe problématique de la saison : décimée par les blessures notamment au champ extérieur, dirigée par un manager (Bobby Valentine) qui n'est pas de ceux qui font adhérer une équipe autour de sa personne, toujours marquée par la fin de la saison dernière (Les Red Sox ont laissé échapper une avance de 9 matchs pour être éliminés par les Rays au dernier jour de la saison régulière), le passif de la franchise est lourd. Malgré tout, on ne peut pas exclure l'équipe même si les trous sont importants. C'est dire le talent des joueurs pour compenser à un moment donné les faiblesses. Par exemple, le jeune Wes Middlebrooks a émergé cette saison et a poussé les Red Sox à échanger l'inamovible Kevin Youkilis aux White Sox (où il s'éclate un peu plus).

Enfin les Blue Jays de Toronto (45-46) sont dans le coup mais ils viennent de perdre leur joueur vedette, José Bautista, qui manquera au moins deux semaines d'activité.

Division Centrale.

Tout le monde croyait à une écrasante domination des Tigers de Detroit : finalistes de la ligue américaine, vainqueurs d'une division avec 15 matchs d'avance sur le second, renforcé par l'arrivée de Prince Fielder, l'équipe de Justin Verlander était prévue pour aller en Série Mondiale. Sauf que ça n'a pas marché pour le moment. Un des éléments clés est la blessure de Victor Martinez avant la saison : l'ancien receveur des Indians de Cleveland était un facteur important dans l'attaque où il produisait beaucoup de points ; il était aussi un des leaders du vestiaire. L'équipe de Detroit a ramé pendant la première moitié de la saison mais depuis le début du mois de juillet, les choses semblent aller enfin dans le bon sens (47-44).

La division est menée par les White Sox de Chicago (50-40) qui créent une petite sensation. Avec un nouveau manager, Robin Ventura, l'équipe a retrouvé une dynamique positive : Chris Sale est le meilleur lanceur gaucher des majeures, Phil Humber a réussi un match parfait (même si ses prestations ont été inconstantes), Adam Dunn a retrouvé sa puissante frappe qu'il avait perdu en 2011 (il frappait entre 2004 et 2010 entre 38 et 40 HR par saison, il n'en a frappé que 11 en 2011 et il est déjà à 28 en 2012), Paul Konerko est bien relancé. La relève a trouvé une certaine stabilité. Bref tout va bien mais l'équipe n'a pas non plus énormément de marge pour juguler les possibles blessures.

Derrière les Tigers nous retrouvons les Indians de Cleveland (46-44). Certes, par rapport à 2011, leur bilan est un peu moins bon mais l'équipe se maintient bien malgré de nombreuses difficultés : l'attaque manque de puissance, les lanceurs partants sont plus inconstants les uns que les autres (même si Masterson commence à bien performer mais son attaque le laisse tomber, McAllister surprend). La relève est encore ce qui tient de mieux, avec la paire Pestano-Perez qui mène les majeures pour protéger des avances. Les Indians sont en effet très bons dans les matchs serrés. Et encore, Grady Sizemore n'est pas là et je crois à peine à un retour cette saison. Mais on peut relever le retour en forme du Coréen Choo, muté en premier frappeur où il réussit bien, et la bonne saison de Jason Kipnis.

Les deux autres formations de la division, les Royals de Kansas City (38-51) et les Twins du Minnesota (38-52) sont dans les choux mais on peut noter le retour en forme de Joe Mauer, le receveur des Twins, après de grosses galères.

Division Ouest.

La dernière des divisions et celle qui a suscité le plus d'intérêt après les mouvements de l'hiver.

Avec 55-35, les Rangers du Texas sont nettement premiers. Eux qui ont gagné les deux derniers championnats de la ligue américaine, veulent enfin remporter la série mondiale et ils en ont les moyens : leur attaque reste impressionnante, leur rotation est solide autour du Japonais Yu Darvish, qui a réussi une rapide adaptation à la MLB. La relève paraît aussi solide. On ne voit pas pour le moment cette équipe perdre le titre de division.

Ensuite les Angels de Los Angeles (50-41) sont bien lancés. Ils accusent un retard de 5,5 matchs sur les Rangers à cause d'un début de saison assez lent mais l'équipe tourne à plein régime. Albert Pujols a ramé pendant le mois d'avril mais tout va mieux. Mark Trumbo claque des HR et affiche une grosse moyenne. Enfin un autre rookie, Mike Trout, justifie son rang de meilleur espoir. A l'instar de Bryce Harper, il apporte une grande fraîcheur ; moins puissant que son compère des Nationals, il a une meilleure moyenne et il est plus rapide. C'est ce qu'on demande à un premier frappeur.

Derrière, les Athletics d'Oakland (46-44) sont réduits au rôle d'observateurs. Mais on néglige le fait qu'ils sont complètement dans la course aux playoffs. Par contre les Mariners de Seattle (39-53) sont hors course.


Autres faits.

Terminons cette chronique par quelques notes. Tout d'abord, la Ligue nationale a remporté pour la troisième année consécutive le match des étoiles. Disputé à Kansas City, il a perdu tout suspens dès la première manche où la Ligue nationale a marqué cinq points contre Justin Verlander. Le score final est de 8-0. C'est donc le champion de la nationale qui bénéficiera de l'avantage du terrain en Série mondiale. Lorsqu'on sait que cela a joué l'année dernière...

Contrôlé positif en fin de saison 2011, Ryan Braun, le MVP sortant de la ligue nationale, a été blanchi en raison d'un vice de procédure (mauvais conditionnement des échantillons). Comme il se fait, il est hué au cours des matchs à l'extérieur mais en dépit de la pression qu'il subit et du départ de Prince Fielder, avec qui il formait le duel le plus performant de la ligue, ses statistiques ne souffrent pas : il a frappé 26 circuits, produit 65 points et sa moyenne est de 0.309, c'est-à-dire qu'il est dans ses moyennes en carrière, voire légèrement au-dessus. Il doit se sentir surveillé mais le fait de maintenir un niveau élevé de performances peut créditer sa défense, à moins évidemment qu'il utilise d'autres produits qu'on n'a pas détecté. La lutte contre le dopage est une affaire bien complexe mais au moins le baseball majeur lutte et attrape, ce qu'on ne voit pas souvent dans le football et le tennis -qui sont des sports propres-.

Mes récompenses de mi-saison.

- MVP. Andrew McCutchen (Pirates) dans la ligue nationale (0.374, 22 HR, 56 RBI, 64 points marqués), Josh Hamilton (Rangers) dans l'américain (0.300, 28 HR, 78 RBI).
- Cy Young. R.A. Dickey (Mets) dans la nationale (12-1, 2.66 RBI, 127 Strike Outs, 0.98 coureur laissé par manche) ; Chris Sale (White Sox) dans l'américaine (11-2, 2.11 RBI, 102 SO, 0.98 coureur par manche).
- Rookie de l'année : Wade Miley (Diamondbacks) dans la nationale (10-5, 3.13 RBI) et Mike Trout (Angels) dans l'américaine (0.355, 13 HR, 44 RBI, 64 points marqués).


14 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Les Yankees sont dans le bon rythme !

Pour l'instant, les Indians sont pas trop mal.

Tarswelder a dit…

Pour le moment oui car il y a un paquet d'équipes dans le coup, ne serait-ce que pour les deux wild-cards.

Gin Tonic a dit…

C'est une bonne opportunité cette wild card en plus.

Tarswelder a dit…

Oui même si les deux équipes qui l'ont vont se disputer la qualification sur un seul match et pas sur une série.

7 équipes se tiennent en une victoire après les matchs de cette nuit. Les Indians sont allés remporter la série à Tampa Bay. Leur attaque s'améliore.

Gin Tonic a dit…

Me rappelais pas que c'était sur un seul match. Ca fait un peu loterie.

Tarswelder a dit…

C'est le problème. On pourrait le faire sur 3 matchs mais la difficulté vient du calendrier serré : le baseball ne peut pas se jouer par mauvais temps, il faudrait réduire le nombre de matchs.

Gin Tonic a dit…

Réduire le nombre de matchs, ça va pas plaire à beaucoup de monde.

Elfe a dit…

Les Indians sont encore dans le coup pour la qualification. J'ai l'impression qu'ils remportent plus de séries que l'an dernier.

Pour les Red Sox la messe semble dite.

Tarswelder a dit…

Disons que c'est très serré et que ça va se jouer à peu de choses. Mercredi, les Indians ont remonté un déficit de 0-4 pour battre les Rays 10-6. Hier, ils se sont faits battre 6-0 par les mêmes Rays en n'ayant frappé que deux coups sûrs.

Ça semble dur pour les Red Sox, plus dans les têtes que dans le bilan.

Pour répondre à Gin To, il faudrait réduire la saison régulière d'une semaine mais la convention collective a refusé ça.

Gin Tonic a dit…

Si c'est une semaine de moins avec le même nombre de matchs, ça se comprend.

Tarswelder a dit…

Non c'est moins de matchs (154) mais ça fait moins de rentrées et moins de salaires.

Gin Tonic a dit…

Donc, j'avais raison de dire que ça n'allait pas plaire à grand monde.

Je commence à maitriser le baseball... lol

Tarswelder a dit…

Et en plus, tu peux suivre les matchs de Toronto en direct et en français.

Gin Tonic a dit…

Enfin, en canadien...