dimanche 1 avril 2012

Présentation de la saison régulière dans la MLB. Ligue Américaine.

La saison 2012 de la MLB commence dès mercredi avec la série de deux matchs entre les Mariners de Seattle et les Athletics d'Oakland, qui se dispute au Japon. Mais le vrai départ a lieu une semaine plus tard. En attendant ce lancement, je vous propose de présenter les forces en présence dans les deux ligues, en commençant par celle qui entame les hostilités en premier, la Ligue Américaine. Faisons d'abord le point





Quelques changements.

Avant d'examiner les 14 formations, il faut rappeler que la MLB a procédé à quelques changements importants pour cette année et les saisons à venir. Le principal changement est l'ajout d'une cinquième équipe en playoffs. Les champions de chaque division et les deux meilleurs bilans seront qualifiés pour les séries. Ces deux "wild-card" disputeront un match éliminatoire et le vainqueur sera qualifié pour les séries de division. Cette décision, tardive car prise au début du mois de mars, a pour objectif d'intéresser plus de franchises à la fin de saison et de maintenir dans le coup les petits marchés, qui n'ont pas les moyens financiers des Yankees, des Red Sox, des Phillies, des Angels et d'autres encore. Cependant, cette formule du match éliminatoire n'est pas définitive : on pourrait l'élargir à 3 matchs. Mais le calendrier serré ne pouvait probablement pas offrir d'autres choix.

La saison 2012 sera la dernière où les Astros de Houston évolueront dans la Ligue Nationale. En 2013, les Texans seront reversés dans l'Ouest de l'Américaine. Ainsi, les deux ligues auront un nombre équivalent de franchises (15) et les matchs interligues s'étaleront sur toute la saison et non sur 3 semaines et demi, entre mai et fin juin, comme ce sera le cas cette année.

Le baseball est un sport réputé pour son conservatisme. Son image a quelque peu changé sous l'impulsion de Bud "Moumoutman" Selig, qui a bien compris la nécessité de faire bouger les choses.


Présentation des équipes de la Ligue Américaine.



Division Est.

C'est traditionnellement la division la plus acharnée du baseball majeur car les Yankees et les Red Sox s'y trouvent. Mais les Rays de Tampa Bay y sont désormais bien installés. Si une cinquième équipe avait été qualifiée en 2011, il y aurait eu 3 formations de la division (Yankees, Rays, Red Sox).

Les Yankees de New York font figure de favoris pour le titre de division, comme chaque année. Leur puissance offensive est reconnue même si les Derek Jeter et Alex Rodriguez (16 HR seulement en 2011) ont montré que l'âge et les blessures commençaient à peser. L'équipe est vieillissante mais surtout elle a rencontre beaucoup de problèmes au monticule. C'est d'ailleurs dans ce secteur que les dirigeants ont été actifs : ils ont échangé leur meilleur espoir offensif, Jesus Montero, aux Mariners contre le partant Michael Pineda, auteur d'une très bonne saison de rookie à Seattle mais qui débutera la saison sur la liste des blessés. Ils ont aussi acquis les services du Japonais Kuroda, pas un perdreau de l'année mais un lanceur solide, pendant qu'ils ont réussi à échanger le malheureux A.J. Burnett (victime d'une fracture à l'orbite oculaire) aux Pirates de Pittsburgh. Enfin, Andy Pettitte a décidé de revenir sur le monticule après une année d'absence. Très bon en présaison, sera-t-il capable d'en faire autant tout au long de l'exercice ? Ne pas voir les Yankees en play-offs est impensable mais gagner une série mondiale sera quand même très dur car beaucoup d'autres équipes sont mieux armés qu'eux.

Les Rays de Tampa Bay sont la puissance montante de la MLB depuis 3-4. Alors qu'on pensait qu'ils n'allaient pas survivre au départ de nombreux joueurs en 2011, ils ont réussi à remonter 9 matchs de déficit aux Red Sox en septembre, avant de les éliminer dans la dernière manche du dernier match. La force des Rays vient de la jeunesse et du talent au monticule (David Price, Jeremy Hellickson rookie de l'AL 2011, Matt Moore) et de quelques bonnes forces en attaque (Evan Longoria). Il est clair que cette équipe mise énormément sur l'esprit collectif autour de Joe Maddon, qui accomplit un extraordinaire boulot. Il reste néanmoins triste que le public floridien ne soit toujours pas aussi nombreux que la formation le mérite.

Vaincus dans le sprint final en 2011, les Red Sox ont fait le ménage dans l'organisation de l'équipe : exit Theo Epstein, le GM qui a ramené la Série Mondiale, ainsi que Terry Francona, qui n'a pas réussi à interdire la bière dans les vestiaires. Le nouveau barreur est un vétéran des majeures, Bobby Valentine. Celui-ci saura-t-il redonner l'élan à l'équipe ? Pas évident car les blessures déciment la formation, en particulier chez les lanceurs (Matsuzaka, Lackey, Janks blessés) alors que la confiance chez certains joueurs est à retrouver (Youkilis, Pedroia, Ortiz). Même si les Red Sox seront compétitifs, ils doivent entamer une transition générationnelle avec quelques gros trous : le poste de receveur et l'intérieur (2è but, shortstop) qui sont deux gros points faibles. Les arrivées de Bailey, Melancon en relève doivent assurer une équipe qui a souvent flanché dans ce domaine mais à Boston, c'est d'abord la confiance qu'il faut gagner, surtout avec un manager qui ne fait pas l'unanimité.

Outsiders et bien contents de remplir le stade avec les Yankees et les Red Sox, les Blue Jays de Toronto font figure de poils à gratter dans la division. Derrière José Bautista, le meilleur cogneur de circuits de la MLB ces deux dernières saisons, l'attaque est le gros point fort. On attend beaucoup de Brett Laurie au troisième but. Chez les lanceurs, les interrogations sont plus importantes : la rotation n'est pas mauvaise mais elle est inconstante. Dans une division aussi relevée, les Blue Jays arriveront à gagner 50% de victoires. Même avec le 5è qualifié, ce sera dur d'aller en playoffs, sauf si deux des trois équipes précédentes sont en difficulté.

Enfin terminons par les Orioles de Baltimore. Ils ont changé leur logo, pour un ancien bien ridicule (10 fois pire que les Indians par exemple), rappelant l'époque où ils dominaient les rivaux de la division. Mais cette année ne changera pas des précédentes. La saison risque d'être galère car la direction n'est pas parvenue à donner une bonne direction à la franchise, malgré de bons éléments comme Adam Jones ou Matt Wieters.

Le logo des Orioles version 2012. Il risque d'avoir le même ridicule que la saison de l'équipe, bien que celle-ci pourrait mieux faire.


Division Centrale

Il ne devrait pas y avoir de surprise. Largement dominateurs l'an passé, les Tigers de Detroit devraient confirmer leur marge cette saison. Flanqués de Justin Verlander, MVP et meilleur lanceur de la ligue, de Miguel Cabrera, ils ont réussi un gros coup en signant Prince Fielder, le gros cogneur qui jouait jusque là à Milwaukee. Avec une attaque Cabrera-Fielder, ce sont 60 à 80 HR, plus de 200 points produits possibles à eux deux. De quoi compenser la blessure de Victor Martinez, qui ratera la saison à cause de ligaments rompus au genou. Il n'y a rien à craindre selon moi pour les Tigers car ils ont une excellente rotation, une excellente relève. Seule la défense pose quelques questions : Cabrera et Fielder ne sont pas de bons défenseurs.

Justin Verlander, le lanceur étoile des Tigers de Detroit. Élu à la  fois meilleur lanceur (Cy Young) et meilleur joueur de la Ligue Américaine, il sera à nouveau le fer de lance d'une équipe très bien armée pour gagner la Série Mondiale.


Les Indians semblent les mieux placés pour donner un semblant d'opposition aux Tigers. En 2011, ils avaient commencé la saison en fanfare avant de payer le prix aux blessures. Cet hiver, l'équipe a beaucoup bougé mais les pépins se sont accumulés : Grady Sizemore s'est à nouveau blessé et manquera les deux premiers mois de la saison. Les autres soucis des Indians viennent des interrogations autour d'Ubaldo Jimenez, des 4è et 5è partants et de l'attaque, surtout les frappeurs droitiers. On attend la confirmation de la puissance offensive d'Asdrubal Cabrera (sur laquelle j'ai des doutes), du receveur Carlos Santana et du rookie Jason Kipnis. Mais l'évolution est positive et dans une division faible, les Indians peuvent finir à plus de 50%. Mais pas suffisamment je pense pour décrocher un 4è ou 5è billet. Le succès passera par un peu de chance, c'est-à-dire la limitation des blessures, et aussi sur la prestation de la "Bullpen Mafia".

En phase montante eux-aussi, les Royals de Kansas City sont également espérés en confirmation. Les prestations cumulées d'Alex Gordon, Billy Butler, Eric Hosmer, Salvador Perez, Jeff Francoeur ont donné beaucoup d'espoir mais les blessures risquent de gâcher la saison des Royals : Perez manquera les premiers mois de la saison et Joakim Soria, leur releveur premier, subira une deuxième opération Tommy John en carrière, ce qui lui fera manquer la saison. Il reste que les Royals sont capables de flirter avec les 80 victoires, dans un contexte, encore une fois, assez peu relevé. Beaucoup les voient deuxièmes de la division mais je crois qu'il leur manquera surtout une bonne rotation pour qu'ils atteignent cet objectif.

Après une saison 2011 décevante, les White Sox de Chicago ont fait le ménage : exit Ozzie Guillen, leur manager, parti à Miami, exit Mark Buerhle qui a choisi la même destination. Quelques autres départs ont été notés. Il faut repartir de loin avec un nouveau manager, Robin Ventura, un ancien des Yankees notamment. La rotation est solide mais l'attaque est erratique. Certes, on ne devrait pas avoir Adam Dunn reproduire ses infâmes stats de 2011 (moins de 0.160 de moyenne avec 11 HR, lui qui tournait à 0.260 et 39 HR sur les 6 saisons précédentes) mais il faut créer un nouvel état d'esprit. Il faut donc du temps.

Même chose à Minnesota où on attend beaucoup du retour des blessés. Mais la rotation pose des questions importantes et l'équipe peut autant créer la surprise que rater sa saison. Il faudra quand même la suivre si Joe Mauer retrouve son bâton et si Justin Morneau en aura fini avec ses migraines, consécutives à des commotions cérébrales. Josh Willingham donnera de la puissance mais la saison risque d'être difficile pour une franchise qui a échappé de peu aux 100 défaites en 2011 (99).

Division Ouest.

Elle se résumera au duel entre les Rangers du Texas, doubles champions de la ligue américaine et doubles vaincus en série mondiale, et les Angels de Los Angeles. Ces derniers ont sorti le chéquier pour signer Albert Pujols, qui venait de gagner la série mondiale avec les Cardinals de Saint-Louis : 254 millions de $ sur 10 ans pour le meilleur frappeur de la dernière décennie, qui sort de sa moins bonne saison statistique en carrière. De plus, l'ancien Ranger C.J. Wilson complétera une rotation déjà impressionnante formée par Ervin Santana, Jered Weaver et Dan Haren. L'équipe angeline affiche ses prétentions : gagner la série mondiale et cette ambition est parfaitement légitime.

Albert Pujols (à gauche) et C.J. Wilson (à droite) sont les deux principales recrues d'ambitieux Angels de Los Angeles. L'histoire retiendra qu'ils se sont affrontés en Série Mondiale, le premier avec les Cardinals de Saint-Louis, le second avec les Rangers du Texas. Ils uniront leurs efforts pour ramener le trophée aux Angels, dix ans après la série mondiale gagnée aux dépens des Giants de Barry Bonds. Mais il faudra vaincre les doubles champions sortants de la ligue américaine : les Rangers du Texas.


Les tenants du titres, les Rangers du Texas, eux, ont bien essayé de répliquer en voulant faire signer Prince Fielder. Mais le gaucher a choisi l'ancien club de son père. Du coup, l'attaque est restée identique à celle de la fin de la saison dernière, ce qui n'est pas du tout moche. La rotation a perdu C.J. Wilson certes mais Wilson n'était pas convaincant en numéro un. Les Texans sont allés chercher la perle du baseball japonais, Yu Darvish, dont les stats, même analysées au niveau de la ligue japonaise, sont ahurissantes pour un lanceur. Darvish arrive avec une étiquette de lanceur dominant mais il devra s'adapter à la zone des prise américaine, qui est plus petite qu'au Japon -donc moins favorable au lanceur- et au stade des Rangers qui est réputé pour favoriser les frappeurs. Reste que l'équipe est solide, performante, spectaculaire et qu'elle voudra se démarquer d'une étiquette de loser. N'oublions pas qu'au cours de la série mondiale, elle a été deux fois à un retrait de remporter la série, avant de perdre le 7è match.

Face à cette armada, les deux équipes du nord de la division, les A's d'Oakland et les Mariners de Seattle, risque de faire de la figuration. Cette figuration a déjà commencé puisqu'elles ont lancé la saison officielle par une série de deux matchs joués au Japon. Les Mariners ont gagné le premier 3-1 en 11è manche et les A's ont gagné 4-1 le second dans un match à circuits.

Les Mariners ont laissé partir quelques uns de leurs meilleurs lanceurs mais il reste "King" Felix Hernandez, le Cy Young 2010. Le monticule restera le point fort de l'équipe. En attaque, la formation a été réorganisée de façon à miser sur la vitesse, plus que la puissance. L'arrivée de Jesus Montero devrait en donner un peu plus et on attend que les jeunes joueurs apparus en 2011 confirment, comme Dustin Ackley ou Mike Carp.

A Oakland, on discute déjà d'un possible déménagement à San José. Mais on a aussi une équipe qui repart de zéro ou presque. Certes, l'attraction s'appellera Yoenis Cespedes. Le Cubain a fait défection l'année dernière et a signé un juteux contrat avec la franchise californienne. Il a claqué un HR dans le deuxième match contre les Mariners. Les A's comptent relancer Manny Ramirez mais celui-ci devra purger une suspension de 50 matchs après un contrôle antidopage positif. Comme à Seattle, on n'a pas beaucoup de bras mais on va jouer sur la vitesse et sur la qualité des lanceurs, bien que beaucoup soient partis ces derniers temps.

Yu Darvish, l'attraction des Rangers du Texas. Âgé de 26 ans, le Japonais a déjà une longue expérience professionnelle et ses statistiques au Japon étaient ahurissante. Sera-t-il capable de briller en MLB, où le jeu est moins favorable aux lanceurs qu'en NPB ?


Mon pronostic pour la ligue américaine.
Tigers, Rangers, Yankees, Angels, Rays, sans aucune surprise. Les Red Sox seront aussi dans le coup.

7 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Même avec une équipe vieillissante, je vais continuer à miser sur les Yankees.

Tarswelder a dit…

Tu ne changeras jamais...

Je miserai plutôt sur les Rangers et cette fois ils gagneront la série mondiale.

Gin Tonic a dit…

Ils le mériteraient.

Tarswelder a dit…

Sinon, ils porteront le titre de losers !

Gin Tonic a dit…

Un peu comme Clermont jusqu'à pas longtemps...

Tarswelder a dit…

Ou l'USAP, sauf que les Rangers n'ont jamais gagné la série mondiale.

Gin Tonic a dit…

Non, l'USAP a gagné le titre sur 6 décennies différentes.
Il n'y a que Toulouse qui a fait aussi bien (ou mieux, faudrait que je vérifie) dans la longévité (avec des résultats bien sur) !