vendredi 27 avril 2012

C'est animé en Amérique

L'actualité des sports nord-américains foisonne cette semaine. Entre la saison régulière de la MLB qui commence, les playoffs dans la NBA qui débutent, ceux de la NHL qui ont franchi un tour et la draft dans la NFL, il y a de quoi dire dans cet article insipide.





La fin de la saison régulière en NBA.

Raccourcie à 66 matchs et 4 mois pour cause de lock-out, la saison de la NBA a été une des plus suivies de l'histoire. Elle n'a pas généré de grosses surprises en ce qui concerne les équipes qualifiées : sur les 16 participants cette année, 14 étaient déjà au rendez-vous de 2011 (Portland et la Nouvelle-Orléans sont absents). On a même les deux meilleurs bilans de la saison régulière qui sont les même que l'an passé, à savoir les Bulls de Chicago et les Spurs de San Antonio.

Malgré les pépins physiques de Derrick Rose, les Bulls ont gagné 50 matchs en saison régulière. Ils font figure de favoris -à condition que leur meneur soit en santé- contre le Heat de Miami, qui me paraît plus fort que l'an passé. On ne devrait pas échapper à une finale de la conférence Est entre ces deux équipes, qui sont nettement au-dessus des autres, bien qu'il faille toujours se méfier des vieux guerriers des Celtics de Boston.

Dans la conférence Est, nous avons les affiches suivantes :

Chicago Bulls (1) - Philadelphie 76ers (8). Sur l'ensemble de la série, les Bulls sont supérieurs à des Sixers qui ont faibli dans la deuxième partie de saison. Chicago en 5.

Miami Heat (2) - New York Knicks (7). Cette affiche nous rappelle les mémorables confrontations tendues et serrées de la fin des années 1990, entre Alonzo Mourning et Patrick Ewing. L'amateur se rappelle de l'inénarrable épisode de Jeff Van Gundy, coach des Knicks, accroché au short de Mourning. D'un côté on aura le gros trio James-Wade et Bosh contre le duo Anthony-Stoudemire. Miami devrait s'en sortir en 5 matchs.

Indiana Pacers (3) - Orlando Magic (6). Sans faire de bruit, les Pacers ont fait monter leurs actions grâce à un collectif sans faille et une défense solide. Le Magic est tombé à la 6ème place, plombé par le cas Dwight Howard : en fin de contrat, le pivot floridien risque de partir et en plus il manquera les playoffs à cause d'une blessure. Indiana devrait passer facilement (5 matchs)

Boston Celtics (4) - Atlanta Hawks (5). Les Hawks ne font jamais parler d'eux mais ils sont là sans jamais montrer qu'ils sont capables d'aller en finale de conférence. Les Celtics sont en meilleure forme que l'an passé mais la série ne sera pas simple. Boston en 6.

Dans la conférence Ouest, voici les affiches suivantes :

San Antonio Spurs (1) - Utah Jazz (8). Tony Parker a été rejoint par Boris Diaw en cours de saison. Le Babac aura pour tâche de défendre sur le gros ailier fort d'en face, alors que TP a encore franchi un cap cette année. Contre Utah, les Spurs devraient passer sans trop de problèmes : 5 matchs suffiront à mon avis.Les Jazz, eux, retrouvent les playoffs.

Oklahoma City (2)- Dallas Mavericks (7). Les Mavs sont les champions sortants mais leur saison a été des plus laborieuses. Contre le Thunder, pour une revanche de la finale de conférence de 2011, ils auront bien du mal à passer mais il ne faut jamais sous-estimer le coeur d'un champion. La série ira au bout même si le Thunder devrait passer en 7.

Los Angeles Lakers (3) - Denver Nuggets (6). Les Lakers ont fini avec l'ère Phil Jackson et la fin de saison, même sans Kobe Bryant, a été bonne avec une paire d'intérieurs Gasol-Bynum qui va faire très mal. Mais Denver reste un os difficile à ronger au Colorado. Les Lacustres passeront en 6 matchs et récupéreront le débile local, Ron Artest dit 'Metta World Peace' ou plutôt 'Metta Main pour une cravate', au tour suivant.

Memphis Grizzlies (4) - Los Angeles Clippers (5). Avec Chris Paul associé à Blake Griffin, les Clippers ont atteint leur objectif, qui était de revenir en séries. Ils affrontent des Grizzlies qui seront nettement favoris, surtout si Paul n'est pas en santé. Memphis passera en 5 matchs.

Terminons ce tour d'horizon par Charlotte : avec 7 victoires et 59 défaites, les Bobcats sont devenus la pire équipe dans l'histoire de la NBA. Leur pourcentage de victoires est inférieur à celui des 76ers de 1972 qui n'avaient gagné que 9 matchs sur 82. Les difficultés financières ont eu raison de la franchise de Michael Jordan, qui s'est départi de ses gros contrats au cours des deux dernières saisons. Jordan n'a jamais démontré qu'il était un grand dirigeant mais il doit d'abord recomposer une équipe à moindre frais, la franchise perdant de l'argent depuis sa création. Les Bobcats ont fini sur 23 défaites de rang.

NHL. Premier tour des playoffs : des favoris recalés.

Rarement un premier tour de playoffs n'aura fait autant de victimes. Certes en NHL, l'avantage de la glace est moins important sur le plan statistique qu'en NBA, mais quand même, les favoris ont été sérieusement bousculés et même éjectés lors de ce premier tour des séries. D'autre part, la violence de certains coups ont été aussi mis en valeur : ainsi, Rafi Torres des Coyotes a été suspendu 25 matchs pour un coup violent porté à Maria Hossa des 'Hawks'.

Titulaires du trophée du Président qui récompense la meilleure équipe en saison régulière, les Canucks de Vancouver (1) ont été éliminés en 5 matchs par les Kings de Los Angeles (8). Ils n'ont jamais été capables de percer le mur Jonathan Quick et après la désillusion du match 7 de la Coupe Stanley l'an passé, les Colombiens Britanniques en accusent une autre.

Autres éliminés de marque, les Red Wings de Detroit (5) par les Predators de Nashville (4) en 5 matchs. Plus que la surprise, c'est le nom de la franchise qui a frappé les esprits. Mais les Predators étaient allés en demi-finale de conférence l'an passé et leur suprématie a été nette dans une série qui oppose deux rivaux de division.

Les deux autres séries ont été conformes au bilan de la saison régulière. Les Blues de Saint-Louis (2) étaient la seule équipe de la conférence ouest qui n'avait pas participé aux playoffs l'an passé. Leur défense de fer (2 buts par match en moyenne en saison régulière) leur a permis de se qualifier et de sortir les Sharks de San José (7) en 5 parties également. En playoffs, la défense prime avant tout.

Les Coyotes de Phoenix (3) ont remporté pour la première fois de leur histoire un titre de division. Ils pourraient aussi quitter Glendale pour revenir au Canada (la franchise s'appelait avant les Jets de Winnipeg, qui sont revenus après la délocalisation des Trashers d'Atlanta) : Québec est bien placée pour accueillir les nouveaux Nordiques. Mais pour le moment, l'équipe contrôlée par la NHL a réussi à se qualifier en éliminant les Blackhawks de Chicago (6), vainqueurs de la Coupe Stanley 2009. 6 matchs ont été nécessaires pour gagner ce billet.

Dans la conférence Est, l'élimination des Bruins de Boston (2) par les Capitals de Washington (7) au 7ème match est également une sensation. Elle l'est d'autant plus que les Capitals ont ramé cette saison et qu'ils n'ont jamais eu la réputation d'être une grande équipe de série. Il reste que cette qualification peut être fondatrice pour les coéquipiers d'Alex Ovechkin.

En Pennsylvanie, les fans de hockey se sont déchirés entre le nord (Penguins de Pittsburgh 4) et le sud (Philadelphie Flyers 5). C'est le sud qui l'a emporté 4-2, après avoir remporté les 3 premiers matchs où les Penguins fait preuve de suffisance et de défaillance, ce qui leur a coûté la série.

Les deux autres séries ont été au bout, comme celle de Washington-Boston. Les Devils du New Jersey(6) l'ont emporté contre les Panthers de la Floride (3. Bien qu'ayant moins de points que les Devils mais vainqueurs de leur division) qui retrouvaient les playoffs après une bonne décennie d'abstinence. C'est une deuxième prolongation du match 7 qui a décidé de la série. Quant aux Rangers de New York (1), ils ont été poussés au bout d'un match ultime pour éliminer l'autre équipe canadienne de ces playoffs, les Sénateurs d'Ottawa.

Les affiches des demi-finales de conférence.

Elles opposent les classés 1 contre 4 et 2 contre 3.

Dans la conférence Est, les Rangers retrouvent les Capitals de Washington et les Flyers de Philadelphie affrontent les New Jersey Devils. Deux séries qui sont très compliquées à déchiffrer. On pourrait bien avoir une finale entre New York et sa banlieue : les Rangers contre les Devils, mais les Capitals pourraient bien créer la sensation avec cet esprit de survivant qui les a tant manqué ces dernières saisons.

A l'Ouest, le numéro un est l'équipe de Saint-Louis : les Blues sont opposés aux Kings de Los Angeles dans un duel dominé par les gardiens de but. Dans l'autre confrontation, les Coyotes et les Predators peuvent saisir l'occasion de disputer une première finale de conférence dans leur histoire.


Dans la NFL, la draft a commencé.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les premiers tours de la draft 2012 ont été tirés. Andrew Luck est le premier choix : il a été repêché par les Colts d'Indianapolis qui espèrent qu'il fera un digne successeur à Peyton Manning. Depuis que les Colts ont obtenu ce premier choix, la sélection de Luck était devenue évidente et les Colts ont agi en conséquence.Les Redskins de Washington ont choisi un autre quaterback : Robert Griffin.

Andrew Luck portera le numéro 12 chez les Colts. Autour de lui, la franchise compte se reconstruire, 14 ans après avoir repêché Peyton Manning.


Avec le troisième choix, les Browns de Cleveland sont allés chercher le coureur Trent Richardson. Il devra combler le départ de Peyton Hillis au sein d'une attaque déficiente. Les Vikings du Minnesota ont sélectionné en 4è position Matt Kalil : il joue bloqueur offensif -le rôle le plus ingrat et le moins médiatisé-. Les Jaguars de Jacksonville ont sélectionné Justin Blackmon en 5è position : c'est un receveur qui devrait aider la pire attaque aérienne de la NFL, en tout cas il a été repêché pour cela.

Les équipes de nos fans respectifs ont sélectionné au premier tour les joueurs suivants :

- Les Patriots ont négocié pour avoir deux choix, qui sont des choix défensifs : Chandler Jones en defensive end et Dont'a Hightower en linebacker. Priorité à la défense contre la passe en sélectionnant des joueurs qui feront pression sur le quaterback adverse.

- Les Packers ont sélectionné Rick Perry, un linebacker. Green Bay a eu de gros problèmes en défense, notamment contre les passeurs.

- Les  49losers ont repêché A.J. Jenkins, un receveur qui devrait avoir un rôle mineur pour la première saison.

- Les Giants ont retenu en 32è choix le running back David Wilson.

Dans la MLB...

Philip Humber a réussi dimanche un match parfait. Le lanceur des White Sox a retiré tous les frappeurs des Mariners de Seattle qui se sont présentés à lui : c'est le 22ème match parfait de l'histoire du baseball aux Etats-Unis. Le précédent remontait à 2 ans quand Dallas Braden et Roy Halladay avaient réussi l'exploit à 15 jours d'intervalle. Les sorties se suivent et ne se ressemblent pas pour Humbert, qui a subi le réveil offensif des Red Sox de Boston jeudi soir.

Philip Humber est le troisième lanceur dans l'histoire des White Sox à réaliser un match parfait. Les deux précédents étaient Charlie Robertson en 1922 et Mark Buerhle en 2009.


Yu Darvish semble bien être le prodige promis. Le Japonais a signé un contrat de 110 millions de $ avec les Rangers de New York du Texas. Après un premier départ difficile et un deuxième plus convaincant, il a pris son rythme de croisière : lundi au Yankee Stadium, il a surclassé les frappeurs new yorkais.

Après 12 défaites de rang, les Royals de Kansas City ont aligné 2 victoires. C'était... je vous le donne en mille à ... Cleveland chez les Indians. Après un bon voyage (7-2), la tribu n'aime pas rentrer chez elle : 2 gains, 6 défaites et jamais plus de 4 points marqués. Mais pourtant, les Indians sont en tête de leur division, à égalité avec les White Sox et les Tigers, mais deux matchs de moins (donc un meilleur pourcentage de victoires). Cependant, le calendrier était assez clément avec les Indians.

Par contre, Albert Pujols est toujours sans circuit après 3 semaines de compétition. 254 millions de $ sur 10 ans et pas une seule claque pour le Dominicain qui traverse le début de saison en fantôme. Ce serait bien qu'il reste tranquille ce week-end. Pendant ce temps, Matt Kemp a déjà claqué 10 HR pour les Dodgers, soit un tous les deux matchs ; les rookies Lance Lynn (Cardinals) et Robbie Ross (Rangers) ont 4 victoires en autant de sorties.

13 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Comme je l'ai déjà dit, faudrait que les Indians jouent tous leurs matchs à l'extérieur !

Ca serait pas bon pour les recettes, mais top pour les résultats...

Tarswelder a dit…

Enfin, il faudrait claquer un peu plus de balles aussi.

Gin Tonic a dit…

C'est vrai que ça peut aider...

Tarswelder a dit…

Contre les Angels de Los Angeles, les Indians ont dominé 15 hits à 4 mais ne l'emportent que 3-2 après avoir été menés 2-0.

Gin Tonic a dit…

Ca fait toujours une victoire.
C'était à l'extérieur ?

Tarswelder a dit…

Non c'était à domicile, pour une fois. Enfin, les Angels sont complètement à la rue en ce début de saison (6-14) alors que les Indians sont en tête de leur division (10-8).

Pas de puissance pour les deux équipes, sinon les Indians auraient gagné le match autrement qu'en 9è manche.

Gin Tonic a dit…

A domicile, ça change...

Tarswelder a dit…

Oui, enfin l'équipe adverse marque encore moins de points.

Elfe a dit…

En NBA les Bulls viennent de perdre Rose pour tous les PO. La voie est grande ouverte pour le Heat.
Les Celtics vont avoir du mal mais on peut espérer une finale de conférence.

Les Bruins se sont inclinés d'entrée comme c'est souvent le cas pour le champion en titre en NHL.
Mes chouchous deviennent donc dorénavant les Coyotes de Phoenix. Mais leur tâche s'annonce compliquée.

En MLB les Indians sont en tête de leur division comme l'an passé. Mais cette année la situation est plus serrée car les Tigers et les CWS ne sont pas loin du tout. Espérons qu'ils gagneront les confrontations directes pour creuser un peu l'écart.

Elfe a dit…

Et ce matin les Crusaders l'ont emporté 37-33 chez les Waratahs, ils reviennent petit à petit en haut du classement.

Tarswelder a dit…

Les Indians vont chez les WS en début de semaine. Les Tigers ont été sur une mauvaise séquence mais il faut reconnaître que l'opposition était plus forte que celle des Indians.

Les Bruins se sont ratés contre les Capitals qui ont pourtant la mauvaise habitude de se rater en PO quand ils étaient favoris.

Elfe a dit…

Contrairement à l'an dernier les Tigers commencent mieux leur saison on dirait non ? ce n'est pas une bonne chose pour les Indians.

Les Indians ont une chance de se qualifier cette année ?

Pour les Bruins je n'ai pas pu suivre les PO, en fait je ne savais même pas qu'ils étaient commencés.

Tarswelder a dit…

10 matchs consécutifs sans un HR pour les Indians. L'attaque a du mal à produire beaucoup de danger à domicile alors que l'an passé, ses succès de début de saison étaient dus à de gros résultats à domicile (13 victoires de suite).

L'année dernière à la même date, les Indians avaient 16-8 et les Tigers 12-13.

Maintenant, il est toujours difficile de comparer une année sur l'autre : les Tigers ont embrayé à partir de juin et leur parcours en juillet-août était irrésistible pour tout le monde.

D'autre part, les Tigers sont ultra-favoris et même des prétendants à la série mondiale (même si les Rangers pourraient bien y retourner une troisième fois).

Parce que la saison dure 162 matchs, un début de saison n'est pas si significatif que cela.

Autrement, pour répondre à ta question sur les chances des Indians, je dirai qu'elles sont minces car on a au moins 6 équipes qui devraient les devancer au classement, malgré l'ajout d'une 5è équipe qualifiée : Yankees, Rays, Red Sox, Tigers, Rangers et Angels. Certes les Angels et les Red Sox sont mal partis (surtout les Angels) mais ils devraient revenir dans le coup, ce qui est déjà le cas de Boston.