dimanche 5 février 2012

Souvenir, souvenir...

Internet wayback peut avoir du bon, surtout quand on a supprimé ses propres articles.




Voici celui que j'avais publié il y a 4 ans sur Sportvox, après la victoire des Giants au Super Bowl contre les Patriots. J'ai rajouté la vidéo.


Super Bowl XLII. Géants Giants !


Les Giants de New York ont créé la surprise de la saison en battant l’Invicible Armada bostonienne. Retour sur cette rencontre historique qui a vu le 42ème Super Bowl prendre le chemin de Big Apple.



Résumé des meilleurs moments du Super Bowl XLII.

1er quart-temps. New York contrôle et marque.


Il ne s’est pas passé énormément de choses dans le premier quart-temps. En effet, les Giants ont décidé de manger l’horloge et de laisser Brady sur la touche. Une longue séquence de 10 minutes et 63 yards gagnés, bien orchestrée par Manning, n’arrive pas au but mais Tynes convertit un FG. 3-0 pour les Giants.
Relance pour les Patriots, qui repartent en bonne position grâce à une belle relance de Maroney. La séquence s’étire dans le temps mais New York défend bien à l’approche de l’en-but. Sauf que... Une pénalité pour interférence de passe est sifflée contre Pierce et voilà les Patriots sur la ligne des Giants. Fin du quart-temps.

2ème quart-temps. New England marque, puis plus rien!

Maroney conclue victorieusement la série par une petite course et les Pats prennent le score 7-3 dès l’entame du deuxième quart-temps.
Les Giants repartent à l’attaque. Ils avancent surtout à la passe car Jacobs est bien stoppé par la défense des Patriots. Manning trouve Toomer sur 38 yards et place son équipe en bonne position. Mais la bonne série s’achève 4 jeux plus tard: Manning lance pour Steve Smith, le receveur rookie (ne pas confondre avec le receveur des Panthers) mais la balle rebondit sur lui et est captée par Hobbs qui n’en demandait pas tant. Mais la série offensive ne dure pas pour New England: l’équipe ne franchit pas les 10 yards et doit rendre le ballon par un punt. La défense des Giants a décidé de fermer les portes et de ne pas laisser son adversaire réaliser un break qui serait déterminant.
Avant la pause, aucune équipe n’est en mesure de marquer. New York punte deux fois contre une aux Patriots. Ceux-ci ont la dernière série avant la pause. Malgré deux belles passes de Brady, elle n’amène à rien car le quart des Pats est plaqué par Tuck, lâche la balle et reprise par Umenyiora. Les deux tentatives Ave Maria d’Eli Manning ne conduisent à rien. A la mi-temps les Patriots mènent 7-3, on ne s’amuse pas beaucoup mais rien n’est joué.

3ème quart-temps. New York résiste.

Les Patriots ont la réception du coup d’envoi et veulent creuser l’écart pour tuer le match et gérer ensuite. C’est plutôt bien fait et Kevin Faulk est la vedette du drive par de courtes réceptions: le jeu lent mais progressif des Pats contre San Diego est reconduit. A la ligne des 28 yards, les Giants décident de décréter Verdun: Maroney n’avance pas, Brady passe pour Brady (le Tight-End) pour 3 yards et Tom est sacké pour 6 yards perdus. Plutôt que tenter le FG des 49 yards, New England tente la longue passe que ne capte pas Gaffney. Perte de balle, tournant du match? Erreur?
A priori non. Malgré quelques percées de Bradshaw et des réceptions de Toomer, les Giants n’arrivent pas en position de marquer et se débarassent du ballon. Mais les Patriots en font autant à la fin du troisième quart-temps, ils mènent toujours 7-3.

4ème quart-temps. Eli, Eli, Elisez-moi!

Le dernier quart-temps est le moment de gloire pour Eli Manning. Il lance une énorme passe pour Boss (45 yards), puis quelques jeux après une autre pour Tyree: Touchdown! Converti, il donne 3 points d’avance aux Giants (10-7).
Les Patriots sont invaincus et veulent gagner. Brady a le mors aux dents mais il insiste trop sur les passes; en effet, Maroney est inexistant ou presque à la course (36 yards en 14 courses). Punt. Punt aussi pour les Giants qui échouent de peu à la troisième tentative de franchir les 10 yards pour continuer la première série. Il reste moins de 8 minutes à jouer et New England a la possession. Les Pats vont-ils manger le temps tout en avançant pour marquer? Oui! Ils mettent plus de 5 minutes pour gagner les 80 yards manquants et Brady trouve Moss (5 réceptions pour 62 yards alors que Welker a 11 réceptions -record du SB égalé pour 103 yards). Il reste 2 minutes 45 de bonheur et New England reprend l’avantage 14-10.
Cette fois, il ne faut plus tergiverser. Eli Manning est le héros, heureux ou malheureux, de cette fin de partie. Il parvient à faire avancer l’équipe mais les Giants doivent franchir 1 yard sur une quatrième tentative. Ballon à Jacobs qui en gagne 2. Ouf pour New York car le match aurait été plié. Trois jeux plus tard: 3ème tentative et 5 yards. Manning tente de trouver une cible, qui ne se dégage pas. La défense se déchaîne et la pression est forte, Manning est touché, presque plaqué mais parvient à se dégager et lancer une passe de 32 yards à Tyree, incroyable!!!! Malgré un sack, il lance encore une belle passe à Smith (12 yards et 13 à parcourir pour marquer). L’action suivante est décisive: Manning trouve Burress qui marque pour sa deuxième réception du match. TD! 17-14 pour les Giants. Invraisemblable. Les Patriots sont limités à 14 points, eux qui n’ont jamais inscrit moins de 20 unités.



La série victorieuse des Giants où quand Eli Manning se révèle

Il reste cependant 35 secondes à jouer et les Pats sont connnus pour avoir la réussite, la chance diront certains, de gagner en toute fin de match. Brady tente des passes: une première qui échoue, une deuxième action où Alford le plaque, deux autres passes Ave Maria pour Moss qui n’aboutissent pas. Il reste une seconde à jouer c’est fini. L’incroyable s’est réalisé, New York a gagné.
Bravo à la défense des Giants qui a contré la formidable machine des Patriots et secoué Brady (6 sacks). New England a probablement manqué de réalisme (voir la 4è tentative) mais n’a pas souvent été en position de marquer. Le très dictatorial Coughlin a su mettre de l’eau dans son vin et obtenir enfin l’adhésion de ses joueurs alors qu’Eli Manning a mérité son titre de MVP, après s’être libéré de l’égocentrique Jeremy Shockey (formidable mais insupportable Tight-End) qui lui réclamait toujours le ballon.

Les Giants attendaient de gagner le Super Bowl depuis 1990 et une victoire sur la magnifique génération des malheureux Bills de Buffalo. Quant aux Patriots, ils perdent leur premier match ultime sous l’ère Brady et d’équipe mythique, ils pourront presque être honteux car ils ne concèdent qu’une seule défaite, mais la pire! Les plus farouches adversaires des Patriots diront que c’est moral après le Spygate, surtout que des rumeurs d’une affaire d’espionnage avant le match Saint-Louis New England (Super Bowl 2002) ont circulé avant la rencontre.

Voilà, c’est fini pour cette superbe saison 2007. J’espère que vous avez apprécié mes commentaires et que vous aimerez regarder un match de football US. Il y aura le Pro Bowl, mais la saison prochaine reprendra en septembre avec la chasse aux Giants. Enfin New York prend le dessus sur Boston, les fans des Yankees apprécieront. (Commentaire original)

7 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Reste plus qu'à en faire autant cette nuit !

Tarswelder a dit…

Ah non, je ne réécris pas le même article !

Gin Tonic a dit…

Lol !

Aloïs 06 a dit…

C'est quoi ce bordel pour laisser un com ?

Aloïs 06 a dit…

Pour l'instant, c'est bien parti pour les Giants

Gin Tonic a dit…

Lol !
Suis sur l'autre article.

Gin Tonic a dit…

Sinon, le bordel pour laisser un com permet d'avoir l'heure française !