mercredi 11 janvier 2012

Ca gronde chez le tricolore.

Oui, ça gronde car le Canadien n'a pas les résultats escomptés (au passage je suis à moitié étonné). Mais ce n'est pas tant pour la modestie des prestations du tricolore que les supporters s'agitent que pour l'affliction d'avoir un entraîneur non-francophone. Explications.





17 décembre 2011. Avant le match contre les Devils du New Jersey, le manager général Pierre Gauthier limoge Jacques Martin, l’entraîneur du Canadien de Montréal. La cause ? Les résultats décevants de l'équipe depuis le début de la saison mais surtout -on l'a su après- les mauvaises relations qu'ont entretenu le directeur et son entraîneur depuis quelques semaines.

Le choix de se séparer de Martin n'a pas été unanimement condamné mais les supporters du Canadien se sont davantage inquiétés de la nomination de Randy Cunneyworth, qui était l'adjoint de Martin. Quel est le problème ?  Pas sa compétence bien qu'il n'ait jamais été entraîneur en chef dans la NHL mais il est anglophone et non francophone. Une exception dans l'histoire des Habs.

Du coup, Cunneyworth voit s'abattre plus ou moins les reproches des prestations récentes de l'équipe depuis qu'il a pris ses fonctions. Un voyage désastreux fin décembre (6 défaites en 7 matchs) qui ont relégué la franchise au 12è rang de la conférence Est. Avec 39 points en 42 matchs, Montréal compte 7 points de retard sur le 8è les Pingouins de Pittsburgh. Certes, à mi-parcours ce n'est pas fini mais les carottes ou les patates sont déjà bien disposées sur la poêle. La faute aux blessés, aux prestations décevantes des gros salaires, à l'indiscipline et à la faiblesse de l'attaque en surnombre -qui était un des points forts du Canadien ces dernières saisons-.


Mais le problème n'est pas là. Il est culturel. Cunneyworth n'est pas l'homme de la situation car il ne parle pas le français ! Et chaque jour, on se demande, on se persuade, que le limogeage de Martin n'était pas une bonne chose, surtout qu'au moment de son congédiement, le Canadien pointait à 2 points de la 8è place.

Randy Cunneyworth. Le nouvel entraineur du Canadien est au coeur d'une  polémique identitaire.


Alors, deux hommes apparaissent maintenant comme les responsables de cette "trahison" : Geoff Molson, le propriétaire du club (dont la marque de bière est bien connue autour du Saint-Laurent) et Pierre Gauthier. Ils n'ont pas prévu de plan 'B' et ils n'ont pas estimés la mauvaise perception d'un anglophone à la tête de l'équipe. A la rigueur, la non-qualification du Canadien n'attristera pas plus les québécois, qui rêvent d'un retour des Nordiques à Québec ce qui n'est plus impossible.

D'ailleurs un nom circule déjà pour la saison prochaine : Patrick Roy. Le légendaire gardien, dont les exploits avaient donné au Canadien sa dernière Coupe Stanley en 1993. Le bouillant cerbère fait ses classes dans la ligue junior du Québec depuis quelques saisons.


Mais finies les digressions sportives, revenons au sujet. Oui, la question de la langue reste très sensible au Québec. Montréal est encore majoritairement francophone mais les anglophones sont de plus en plus nombreux : les montréalais anglophones représentent environ 30% de la population (12% se disent uniquement anglophone et 18% bilingues). Et le Canadien a toujours porté la langue française.

Lorsque Maurice Richard a été suspendu en 1955, les émeutes qui ont suivi la venue du commissaire Clarence Campbell ont été liées à la situation économique et sociale du Québec : pendant que la partie anglophone était en forte croissance, les francophones étaient plus ou moins exclus des Trente Glorieuses. Il a fallu la "Révolution tranquille" pour qu'ils soient davantage reconnus. A la fin des années 1960, les mouvements indépendantistes se sont faits plus agressifs, même si les premiers ministres fédéraux étaient souvent francophones. Deux référendums sur l'indépendance et l'appui du général De Gaulle ont montré que la conscience québécoise étaient encore une réalité.

Maurice Richard, le plus grand joueur québécois de l'histoire du hockey. Sa suspension entraîna des émeutes qui dépassèrent largement le cadre sportif. A ses obsèques le 31 mai 2000, plus de 100000 personnes l'accompagnent à la basilique Notre-Dame où l'archevêque préside les funérailles. Le "Saint de Glace" est l'emblème d'une identité culturelle sportive encore très forte au Québec.


Le Canadien, deuxième équipe nord-américaine au nombre de victoires, était le porte-drapeau de cette conscience nationale et culturelle. L'arrivée en 1979 des Nordiques de Québec a créé une vraie rivalité entre la cosmopolite cité, accusée de compromission avec l'anglais et la cité à la sainte-flanelle coeur de la culture québécoise. Un vendredi saint 1984, tout ça a fini en bataille rangée sur la patinoire.

Les Québécois ont toujours cet attachement à leurs racines françaises, même si le Bloc Québécois -le mouvement nationaliste- s'est effondré aux élections législatives de 2011, au profit du Nouveau Parti Démocratique (gauche) de Jack Layton, un montréalais bilingue très populaire (il est décédé d'un cancer en août dernier). On n'imagine pas à quel point le symbole de cet îlot de francophonie dans le monde anglophone du sport nord-américain est aussi fort pour les Québécois.

Alors qu'un non francophone ne prenne pas la tête de l'équipe est inconcevable.

Les manifestations avant le match de samedi dernier ont eu lieu devant le Centre Bell et le public a commencé aussi à s'enflammer. Le pauvre Cunneyworth n'y peut rien, si ce n'est à tenir sa promesse d'apprendre le français. Non car le problème le dépasse. Et ses dirigeants ont oublié l'identité francophone profonde d'une équipe qui a longtemps été composé exclusivement de joueurs parlant le français.

24 commentaires:

Gin Tonic a dit…

Apparemment une belle bourde !
Comment les dirigeants ont ils pu commettre une telle erreur ?

Tarswelder a dit…

Tout simplement parce qu'ils n'ont jamais pensé à ça.

Il y a eu des entraîneurs non québécois mais francophones. Ici, les dirigeants ont cherché à relancer l'équipe mais non seulement ça ne produit pas trop ses effets mais en plus la polémique rebondit sur la langue.

D'ailleurs, à sa première conférence de presse, Cunneyworth avait bien compris la chose en s'excusant de ne pas parler français et en s'engageant à l'apprendre.

Gin Tonic a dit…

C'est quand même un peu idiot.
Et comme tu le dis, ça n'a même pas relancé l'équipe...

Tarswelder a dit…

Je crois qu'on ne se préoccupe pas de ce genre de problème, à part à l'Athletic Bilbao et un chouia au Barça. Tu vois les clubs anglais, l'Inter Milan et bientôt le PSQ.

Gin Tonic a dit…

Et encore, même l'Athletic Bilbao a été entrainé (si on peut dire...) par Luis Fernandez qui a des origines espagnoles certes mais n'est pas Basque.

Tarswelder a dit…

Oui mais les joueurs sont basques. Ils ont bien eu aussi un anglais.

Gin Tonic a dit…

Pour les joueurs, oui.
Finalement, le Canadien fait comme Bilbao....

Sinon, c'est la même situation d'une minorité qui s'estime "opprimée" (à tort ou à raison).

Tarswelder a dit…

Mais aujourd'hui, le Canadien n'a pas beaucoup de joueurs francophones. Les meilleurs vont jouer ailleurs (Philadelphie, Pittsburgh et Tampa Bay notamment). Même les techniciens font le bonheur des autres équipes : la finale de la coupe Stanley a opposé deux entraineurs québécois, Alain Vigneault pour les Canucks de Vancouver et Claude Julien pour les Bruins de Boston et ancien coach du Canadien.

Gin Tonic a dit…

Les Basques n'ont pas de grands joueurs de foot...
Ni de grands techniciens...

Tarswelder a dit…

Les gardiens ont été grandioses, surtout contre la France !

Gin Tonic a dit…

D'ailleurs, ce sont les seuls joueurs basques dont on se rappelle !

Tarswelder a dit…

Pour en revenir au Canadien, l'équipe est en train d'exploser, ce qui s'ajoute aux bagarres à l'entrainement.

Gin Tonic a dit…

C'est pas bon pour eux ça.

Par contre, l'affichage a tout changé !
Y a des horaires bizarres, la petite poubelle s'est transformée en un "supprimer" et apparemment on peut répondre aux coms.
C'est voulu tout ça ?

Tarswelder a dit…

Je viens de découvrir... Apparemment c'est la nouveauté de répondre aux commentaire.

Tarswelder a dit…

Y'a même le décalage horaire !

Gin Tonic a dit…

Oui, vais plus savoir quand aller dormir !

Tarswelder a dit…

Leur truc n'est pas top avec leur changement d'heure idiot...

Il fait toujours nuit alors qu'on est en pleine journée !

Gin Tonic a dit…

On va finir somnambule !

Gin Tonic a dit…

13-13 à la mi-temps entre la France et la Norvège.
Pour l'instant, on est en mode diésel...

Tarswelder a dit…

Je ne parle même pas des interlignes...

Gin Tonic a dit…

Victoire laborieuse de la France 28-24.
Ca ira mieux lundi contre l'Espagne pour le premier match de l'Euro...

Tarswelder a dit…

Faut espérer que les blessés ne pénaliseront pas trop l'équipe.

Gin Tonic a dit…

Ca devrait aller.
Guigou va aller de mieux en mieux et retrouver le rythme.
En cas d'absence de Sorhaindo, Detrez est un tout bon, y compris en défense même si à Chambéry il joue quasiment qu'en attaque.

Tarswelder a dit…

Pour revenir au sujet, le Canadien a envoyé son meilleur buteur (pas cette saison) à Calgary. Il faut dire qu'il l'avait aussi un peu ouverte la veille en disant que certains joueurs étaient des losers. Mais il était certainement sur la liste.